LES BLOGUES
30/05/2016 08:52 EDT | Actualisé 31/05/2017 05:12 EDT

S'ouvrir à notre vulnérabilité

La vulnérabilité est cette force tranquille qui nous permet de nous connecter aux autres, de ne plus être seul, de sortir de l'isolement, de guérir en relation. C'est une des plus belles forces.

Ce matin j'ai eu la chance d'être témoin de la montée humble et impressionnante du lever du soleil dans le ciel rosacé. Se lever très tôt offre ses dividendes. C'est un plaisir intrinsèque, un baume pour l'âme et un délice pour les yeux d'avoir la chance d'apprécier les richesses de l'univers. Le bonheur est dans les petites choses, dit-on. Eh bien, le bonheur était présent entre le soleil et mes sens ce matin. Aujourd'hui, le sujet de mon article porte sur la vulnérabilité, bien qu'elle puisse porter à nous faire souffrir lorsqu'on s'en défend. C'est à son côté lumineux et étincelant que j'ai plutôt envie de faire honneur.

«En dévoilant notre vulnérabilité, soit on l'effleure, soit on s'y plonge intensément. Cependant en l'offrant à l'autre, on risque de rendre cet instant précieux en un morceau éternel qui autrement aurait pu pencher vers notre nature mortelle...» - Karine Gagné

La vulnérabilité

La vulnérabilité, c'est cette partie en nous qui est touchée par un lever de soleil. C'est celle qui, lorsque vécue dans toute sa beauté, devient un pont vers la communion. Elle est cette zone fragile qui s'expose devant l'autre avec ses peurs et qu'il accueille sans jugement. C'est cette trace de sensibilité en nous qui s'allume quand nous regardons un film et que nous en sommes touchés. C'est cette force et ce désir qui nous habitent et nous submergent lorsque nous faisons l'amour un soir particulier. C'est cette peine qui nous transforme quand nous faisons un deuil. C'est ce côté humain qui nous unit tous au même endroit.

J'ai longtemps eu peur de ma vulnérabilité, de ma grande sensibilité. J'avais peur de perdre pied et de ne pas pouvoir trouver suffisamment de ressources en moi pour la surmonter. J'ai eu à apprivoiser ma vulnérabilité et aujourd'hui, quand je me laisse toucher par elle, je souffre moins longtemps et je me sens plus libre d'exister avec le spectre de toutes mes émotions. La vie est plus belle et colorée.

Offrir une partie de son cœur

Il suffit de penser que lorsqu'un enfant se fait mal et pleure, nous accourons pour le réconforter. Nous offrons une partie de notre cœur à sa vulnérabilité qui s'est exposée. Pensons à un ami qui tente de se rétablir d'une dépendance et qui chute un soir. Il nous avoue son écart : que faisons-nous? Nous offrons une partie de notre cœur à sa vulnérabilité qui s'est exposée, nous lui disons une parole encourageante pour lui tenir la main. Sa vulnérabilité a touché la nôtre. Nos cœurs s'unissent pour trouver la force de continuer. C'est par l'entremise de la vulnérabilité que nous sommes frères au cœur de la vie. La vulnérabilité est cette force tranquille qui nous permet de nous connecter aux autres, de ne plus être seul, de sortir de l'isolement, de guérir en relation. C'est une des plus belles forces qui soient.

S'ouvrir à elle, comme on s'ouvre à la beauté

S'ouvrir à notre vulnérabilité, c'est nous donner le droit d'exister. S'ouvrir à notre vulnérabilité, c'est permettre à nos ressources de se manifester pour faire grandir la confiance en nous. S'ouvrir à notre vulnérabilité, c'est descendre en nous, ce lieu parfois inconnu et si effrayant.

On éprouve cette sensation, cette obsession, et nous ne pouvons plus faire autrement : nous devons la vivre impétueusement. S'ouvrir à notre vulnérabilité, c'est puiser dans des puits parfois plus sombres les uns des autres pour découvrir des horizons plus vastes et plus lumineux, la source sacrée. C'est une quête sans fin sur la connaissance de soi. C'est souvent un pont vers l'autre, l'union d'un moment de relation riche en proximité, en humanité. Ne plus craindre cette intensité, mais l'accueillir comme on accueille un brasier passionné.

Ne redoutons plus de nous laisser toucher par notre vulnérabilité. Trouvons cette personne avec qui nous pouvons nous exposer. La vie est trop courte pour vivre ses souffrances isolé. Émerveillons-nous devant la nature, et n'oublions plus jamais comment nous sommes beaucoup plus grands que tous nos tourments. Nous sommes bien plus forts qu'on le croit, bien plus aimant qu'on le croit.

Sur ce, je vous souhaite une belle entrée dans le printemps qui s'installe tranquillement, et merci de m'avoir lu.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Une dizaine d'albums à écouter au printemps 2016 Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter