LES BLOGUES
08/01/2018 09:00 EST | Actualisé 09/01/2018 09:55 EST

CIBL ne fermera pas

TEXTE COLLECTIF CIBL appartient à ses membres. Unissons-nous pour que ça perdure. 

Imani Washington via Getty Images

Face à notre mise à pied soudaine, nous, employé.e.es de la station, nous mobilisons pour la sauver. Il s'agit d'une occasion parfaite pour réaffirmer sa mission et provoquer une implication historique.

Nous portons cette station à bout de bras et à salaire réduit depuis des lustres. Le nombre d'employé.e.s a fondu de moitié en quelques années à peine, et il est devenu de plus en plus difficile d'honorer sa mission.

Malgré ce contexte tendu et une situation financière clairement précaire, nous tenions le phare avec une détermination et une passion inébranlables. Or, vendredi dernier, de façon inattendue, nous avons été mis.es à pied en bloc. Dans la foulée, nous nous serrons les coudes pour assurer la pérennité de la station. CIBL aura bientôt 38 ans et nous sommes plus fiers et solidaires que jamais.

Depuis l'annonce de notre mise à pied, nous avons été inondé.e.s de messages de soutien des membres et auditeurs de CIBL — vague d'amour qui a d'autant plus cimenté notre volonté de la sauver.

Que ce soit clair : nous ne visons d'aucune façon à préserver nos emplois individuels. Il s'agit d'une démarche collective pour sauvegarder une institution dont la valeur est inestimable, pour trois raisons évidentes.

Le journal que vous lisez, la station de radio que vous écoutez, les nouvelles télé que vous regardez et les influenceur.e.s que vous suivez portent toutes et tous, d'une certaine façon, la marque de CIBL.

Dès ses premiers jours, au tournant des années 80, CIBL a établi sa place comme école pour les artisan.ne.s des médias. D'innombrables chroniqueurs et chroniqueuses, animateurs et animatrices, journalistes et autres personnalités publiques aujourd'hui nationalement reconnues y ont fait leurs classes. Rock et Belles Oreilles, Marie-France Bazzo, Line Beauchamp, Bruno Blanchet, Alain Brunet, Jean-René Dufort, Catherine Ethier, Pascal Forget, Monique Giroux, Philippe Laguë, Marc-André Lussier, Mononc' Serge, Philippe Papineau, Catherine Pogonat, Philippe Renaud, et bien d'autres. Le journal que vous lisez, la station de radio que vous écoutez, les nouvelles télé que vous regardez et les influenceur.e.s que vous suivez portent toutes et tous, d'une certaine façon, la marque de CIBL.

Jusqu'à vendredi dernier, dans la poursuite de cette même mission, nous produisions des émissions de qualité axées sur la communauté et appuyées par des talents renommés aujourd'hui ou d'autres qui le seront demain. CIBL n'est pas et ne sera jamais en compétition avec les grands médias montréalais — elle en est un complément essentiel.

Chaque année, des centaines de musiciens, poètes, auteurs, humoristes, cinéastes et analystes y promeuvent leurs créations et leurs idées.

En second lieu, le rôle de CIBL comme tremplin pour la culture émergente est aussi largement reconnu, à l'heure où la vedettisation sans borne gagne du terrain. Chaque année, des centaines de musiciens, poètes, auteurs, humoristes, cinéastes et analystes y promeuvent leurs créations et leurs idées.

Finalement, dans un contexte de concentration médiatique flagrant, CIBL est l'une des rares antennes encore libres de toute pression éditoriale. Son indépendance n'est pas qu'un slogan, mais une raison d'être. La parole alternative qu'elle propage est un rempart essentiel dans une société où la polarisation s'enracine, et où l'information locale de qualité s'émiette. Sans elle, trop de voix seront muselées.

Nous lançons donc un appel à l'implication pour permettre à CIBL de rebondir et d'entamer un virage numérique essentiel qui n'a jamais été effectué.

Nous lançons donc un appel à l'implication pour permettre à CIBL de rebondir et d'entamer un virage numérique essentiel qui n'a jamais été effectué.

Nous avons besoin de vous.

Il est possible de devenir membre, de s'impliquer comme bénévole, de participer au rayonnement de la station sur les réseaux sociaux, et de soutenir les éventuelles opérations de financement qui seront déployées. La station entame également une démarche de recrutement pour pourvoir le poste de direction générale, rôle central dans la structure et la vision de notre OBNL.

Parallèlement, l'assemblée générale annuelle se tiendra d'ici la fin de février, et la prise de parole des membres sera cruciale. La majorité des postes seront ouverts sur le conseil d'administration.

Notre démarche peut être suivie via « Unis pour CIBL »

CIBL appartient à ses membres. Unissons-nous pour que ça perdure.

Les employé.e.s de CIBL

Marie-Félixe Baril-Nadeau

Maurice Bolduc

Patrice Caron

Antoine Cayouette

Valérie Crête

Alexa Jurjan

Félix-Antoine Leroux

Élise Madé

Marie-Gabrielle Ménard

Jason Paré

Marie-Eve Pineault

Julien Poirier-Malo

Antonine Salina

Galerie photoLes billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images