LES BLOGUES
05/10/2018 13:58 EDT | Actualisé 09/10/2018 09:17 EDT

Interdiction des signes religieux (c'est reparti!)

J'ai peur du pouvoir religieux et le passé tend à me donner raison.

Le «déchirage» de chemise, le dialogue de sourds, les arguments qui ne tiennent pas debout, la haine décomplexée, la peur de dire ce que l'on pense réellement, la démonisation des positions contraires aux siennes et j'en passe reviendront sans doute grâce à ce débat.
SIphotography via Getty Images
Le «déchirage» de chemise, le dialogue de sourds, les arguments qui ne tiennent pas debout, la haine décomplexée, la peur de dire ce que l'on pense réellement, la démonisation des positions contraires aux siennes et j'en passe reviendront sans doute grâce à ce débat.

Dès que j'ai lu que la CAQ allait de l'avant avec son interdiction des signes religieux chez les personnes en position d'autorité, comme à peu près tout le monde (j'imagine), je me suis dit: «Et voilà, c'est reparti!». Le «déchirage» de chemise, le dialogue de sourds, les arguments qui ne tiennent pas debout, la haine décomplexée, la peur de dire ce que l'on pense réellement, la démonisation des positions contraires aux siennes et j'en passe.

Pour être franc, je me suis demandé si ça valait réellement la peine d'écrire sur ce sujet, à ce stade. En partie parce que les gens ont déjà leurs idées faites sur le sujet, mais surtout, surtout, parce que c'est déprimant d'écrire sur un sujet quand on connait l'importance exagérée qu'il aura dans les médias et sur les réseaux sociaux dans un avenir proche.

On dit «signes religieux», mais tout le monde sait de quels signes on parle réellement. Faut-il le répéter, la vaste majorité des musulmans sont des gens normaux, c'est-à-dire comme n'importe quels Québécois et Québécoise de souche. Ils mangent, boivent, travaillent et ont toutes les caractéristiques spécifiques au genre humain.

J'aimerais aussi rappeler un petit fait historique, fort important, mais souvent occulté, à tous ceux et celles qui clament haut et fort que l'Islam est incompatible avec la civilisation occidentale. Si l'Ouest est tel qu'il est, c'est dû en bonne partie grâce à l'héritage des philosophes grecs et, plus spécifiquement, au labeur des traducteurs de textes anciens. Parmi les traducteurs célèbres de l'œuvre d'Aristote au Moyen-Âge on retrouve, vous me voyez venir, un musulman du nom d'Averroès. Sans son travail, qui sait quelle trajectoire intellectuelle notre civilisation aurait pu emprunter.

J'ai peur du pouvoir religieux et le passé tend à me donner raison.

Ceci étant dit, j'ai peur du pouvoir religieux et le passé tend à me donner raison. C'est quelque chose que je reproche au camp de ceux qui s'opposent à toute forme d'interdiction du port de signes religieux. Généralement, ils ne parlent qu'en termes de droits individuels en se souciant, me semble-t-il, très peu de notre devenir collectif. Et même s'il ne faut pas verser dans le catastrophisme, il y a lieu de s'inquiéter lorsqu'on prend connaissance de certains de ces chiffres.

Un des problèmes majeurs de cette discussion collective est qu'elle souffre de présentisme et, parfois, sans vouloir être prétentieux, d'inculture historique. Pour le dire autrement, elle souffre d'une saine dose de peur face à des conséquences imprévues qui peuvent survenir, gracieuseté de la minorité d'une minorité de musulmans qui croient dur comme fer que la Cité de Dieu doit advenir en ce bas monde.

Je cite de mémoire ici, mais je me souviens avoir entendu Gabriel Nadeau-Dubois dire que les changements sociaux importants étaient généralement dus à une minorité de la population. Il a raison. Mais ce ne sont pas toujours des changements souhaitables pour l'ensemble d'une société.

Mais bon, pour citer notre nouveau premier ministre, on verra...

À LIRE AUSSI:

» Élections québécoises: les gagnants, les perdants et les perdus
» La canne magique
» La difficile relation QS/PQ