LES BLOGUES
23/11/2012 02:16 EST | Actualisé 23/01/2013 05:12 EST

Elle danse avec la folie, de Mélanie Fortin

courtoisie

Au premier abord, c'est la couverture de ce livre qui m'a donné envie de le lire. De cette image émane une liberté, un lâcher prise envoûtant...

Sœurs et amies, Alice et Marie sont très proches. Elles caressent toutes les deux des rêves qu'elles se confient souvent et elles s'encouragent mutuellement à les réaliser. Alice rêve d'écrire, de rencontrer l'amour et Marie; de danser dans la troupe de ses rêves. À l'abri, dans l'enfance, tout ça demeure possible. Toutefois, à 20 ans, la vie de Marie, et celle de sa famille, bascule. Ses comportements changent. Elle s'isole, abandonne ses cours de danse pourtant si chers à son cœur, néglige ses relations et tient des discours étranges... Alice travaille dans une maison d'édition et vit une relation amoureuse particulière avec un animateur de radio superficiel. Les agissements atypiques de Marie inquiètent Alice et ses parents.

style="float:

Dans les premières pages, on aborde le sujet des rêves et de l'idéal amoureux. La maladie mentale fait ensuite son apparition et cela surprend et touche beaucoup. L'auteure arrive adroitement à parler tantôt d'un sujet en apparence plus léger, la quête du grand amour, et tantôt de schizophrénie, un mot sous-tendant préjugés, incompréhension et peur pour plusieurs. Avoir été en mesure d'allier ces deux éléments équilibre le roman, le rendant intéressant et différent.

Mélanie Fortin a su décrire le quotidien d'une jeune femme aux prises avec des problèmes de santé mentale et les conséquences sur son entourage avec tant de réalisme que l'on finit par croire que l'histoire a bel et bien eu lieu. Avec habilité et sensibilité, l'auteure arrive à démystifier quelque peu cette maladie. Cela permet de mieux saisir ses impacts chez les personnes atteintes.

À l'instar des membres de cette famille, le lecteur est amené à ressentir à certains moments de l'impuissance, de la tristesse et de la peur, et à d'autres occasions, de la joie et de l'espoir. L'auteure a su nous permettre de percevoir la situation suivante: « [...] lorsqu'un membre d'une famille était malade, c'était la famille entière qui était malade. Tout était dit. »

Comme dans la vie, chacun a une quête. Alice apprendra à mieux se connaître et à se respecter. Marie devra apprivoiser sa maladie chaque jour et le regard des autres sur elle. Lisanne et Denis, leurs parents, devront composer avec la réalité de Marie et faire le deuil des rêves qu'ils avaient dessinés pour elle.

Finalement, j'ai apprécié les brèves incursions de Gabriel dans quelques chapitres. Il s'agit d'un personnage intriguant et dont on souhaite comprendre les motivations.

Un premier roman réussi pour cette auteure. Une histoire qui chamboule à l'occasion et suscite des réflexions.

L'auteure :

En 2001, Mélanie Fortin nous offrait un recueil de poèmes intitulé La caresse des mots. Elle travaille actuellement sur un second roman. Si vous souhaitez apprendre à la connaître, suivez-la sur Facebook.