LES BLOGUES
15/08/2015 09:05 EDT | Actualisé 15/08/2016 05:12 EDT

Les deux pieds plantés dans des épicentres d'émotions

ENSEIGNER AU 21e SIÈCLE - Je travaille avec le matériau le plus complexe qui soit: l'esprit humain avec son potentiel créatif, ses craintes et surtout ses émotions.

Année après année, on enseigne. On tourne des pages de calendrier comme un geste connu et répété. Mais en réalité, il n'en est rien, on vibre totalement dans la non-routine. À chaque fin d'année scolaire, on a l'impression d'abandonner les élèves dans la cassure estivale, à chaque début d'année scolaire, on ne sait jamais quels petits miracles ou quelle marée houleuse se pointeront sur notre chemin.

J'ai vite compris que l'école, ce n'est pas uniquement une « boîte à cours », expression que je me plais à employer chaque année avec mes élèves. L'école, c'est plutôt un lieu d'explosion des forces humaines qui la composent. Et je souris encore devant mon choix de carrière fait à l'âge de 8 ans, alors que je fréquentais la classe de madame Denise et que j'étais la seule à savoir dans mon groupe comment s'appelait la femelle du lièvre. Je me rappelle en boucle, avec vérité, que j'exerce le plus beau métier du monde, avec chaque jour des échanges humain-humain au programme, les deux pieds plantés dans des épicentres d'émotions.

«Lire l'avenir de la société dans les yeux des étudiants, c'est une des beautés d'être prof. »

Je travaille avec le matériau le plus complexe qui soit: l'esprit humain avec son potentiel créatif, ses craintes et surtout ses émotions. Il existe certes de bons enseignants, motivés et bien formés. Mais je prends de plus en plus conscience qu'au-delà du savoir, il y a l'impact affectif que j'ai sur mes élèves, qui sont a priori des êtres humains. C'est une grande et belle responsabilité - et parfois ça fait presque peur - que de faire partie des modèles qui les aideront à définir leur identité, à grandir dans l'harmonie, à découvrir leurs talents. Chaque année, je reconduis mon objectif premier: avoir devant moi des élèves heureux, épanouis, équilibrés.

Certains enseignants vont réconforter par leur façon d'être, vont rassurer par leur manière de parler, vont apaiser en reprenant autrement une explication mal comprise... Qu'on se le répète, un encouragement ou une appréciation au passage n'est pas une chose banale. Certains mots ou certaines paroles peuvent avoir, chez un jeune en recherche de sécurisation, une valeur inestimable. Ce sera un événement émotionnel fort qui participera à structurer sa personnalité. Je me rappellerai toujours d'une élève qui m'avait confié en juin que le moment le plus marquant de son année scolaire était le commentaire positif que j'avais laissé sur son bulletin de première étape. Enseigner, c'est aussi éduquer, c'est-à-dire cheminer avec une personne qui découvre ses potentialités, ses valeurs, qui construit son avenir. Ce n'est pas uniquement le rôle des parents.

Première paye de l'année. Maude, 12 ans, mon élève depuis trois semaines: « On dirait madame qu'on est dans un cours pour apprendre à sourire. » Ces paroles valent de l'or. Ka-ching! Ou bien ma paye, c'est quand un élève dyslexique me lance spontanément en classe: « Madame, c'est la première fois qu'un prof lit un de mes textes en avant de la classe. » Ka-ching! Ou il y a aussi les généreuses payes de fin d'année : « Alors je veux juste vous remercier pour tout ce que vous avez fait lors de mon secondaire. C'est rare de rencontrer une enseignante aussi impliquée dans la réussite de ses élèves, avec une telle présence. Je suis très reconnaissante de vous avoir eue comme prof et j'envie ceux qui vous auront l'an prochain. Encore merci d'avoir marqué de manière positive mon expérience à l'école. Merci de m'avoir partagé votre passion pour la langue française et la lecture. Merci d'avoir cru en moi. Merci pour tout. » Ce qui me donne du tournis dans le ventre dans son message, c'est : « Merci d'avoir cru en moi. » Ka-ching! Ka-ching! Ou bien retrouver par hasard un témoignage sur le mur Facebook de mon élève Sabrina: « J'étais si poche, mais cette année madame Julie a été à mes côtés tout au long de l'année, à m'aider et me faire réussir! Waw!! » Ka-ching! Ka-ching! Ka-ching!

Si certaines paroles d'élèves résonnent comme une caresse, les nôtres claironnent tout autant dans leurs petites oreilles.

D'autres blogues de profs en visitant notre rubrique Enseigner au 21e siècle

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images