Les blogues

La journée sans maquillage n'est pas vraiment pour moi

Je pense qu'elle est plus pour les filles qui ne sortent pas de chez elle sans maquillage parce que leurs peaux ont décidé d'être différentes, parce qu'elles sont insécures, parce qu'elles ne peuvent pas se voir belles sans en porter.
Cette publication a été publiée sur la plateforme des contributeurs au HuffPost, maintenant retirée du Web. Les contributeurs avaient plein contrôle sur leurs publications et le faisaient librement sur notre site. Si vous voulez signaler cette publication comme étant abusive, envoyez-nous un courriel.

Je trouve qu'au-delà des critiques envers la journée sans maquillage (qui se répètent d'année en année, y'a plus grande surprise ici), on pourrait peut-être parler de cette journée sous un nouvel angle.

Cette journée me fait réaliser combien je suis privilégiée d'avoir une «belle» peau, une peau sans cicatrice d'acné, pas de rosacée, pas de boutons, pas de whatever qui pourrait me déranger ou faire en sorte qu'on me regarde plus longuement sans que je le désire. D'avoir une job qui ne me demande pas de m'arranger, parce que soit que je travaille de chez moi ou soit j'ai une caméra dans la face, et une job où mon apparence n'est pas un enjeu d'embauche. Je suis privilégiée d'avoir des crèmes de luxe fournies par mes amies journalistes qui me donnent un petit teint d'éclat sans que je fasse rien de spécial.

La journée sans maquillage n'est pas vraiment pour moi ni pour celles qui sont en paix avec leurs images.

Je pense qu'elle est plus pour les filles qui ne sortent pas de chez elle sans maquillage parce que leurs peaux ont décidé d'être différentes, parce qu'elles sont insécures, parce qu'elles ne peuvent pas se voir belles sans en porter. Aux filles qui se font dire qu'elles sont fatiguées parce qu'elles n'ont pas mis de cache-cernes, aux filles qui se font dire qu'elles doivent se maquiller minimalement pour leurs jobs.

Il faut se questionner sur les commentaires que nous faisons sur l'apparence des autres, aux regards que l'on porte.

C'est pas juste la faute des magazines si tout le monde est devenu crazy sur leurs apparences. On regardait les différences même avant que les standards de beauté soient imprimés sur du papier glacé.

Il faut encourager la diversité à l'imprimé ET à l'écran. Il faut constater que les gens à qui l'on s'adresse dans la vie ont des pores de peau et des cernes eux aussi. Il faut se questionner sur les commentaires que nous faisons sur l'apparence des autres, aux regards que l'on porte. Il faut montrer que beauté n'égale pas séduction, que l'on peut choisir ou rejeter ce que l'on veut de la mode ambiante.

Tant mieux si tu n'as pas de problème à ne pas porter de maquillage ou que tu es en paix avec tes choix. Mais courage si tu essaies de te libérer de tout ça et que tu trouves ça difficile de mettre les pieds dehors sans maquillage et que tu voudrais que ça soit autrement. Baby steps, darling, baby steps.

(Et puis courage si tu essaies de sortir de chez toi en shorts, en robe, en crop top, les jambes pas faites, les aisselles pas faites, avec ta cellulite, les cheveux laittes, avec ton kit pour faire du lavage et que le regard des autres te fait peur. Un moment donné, le monde va en revenir).

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST