LES BLOGUES
06/05/2013 05:08 EDT | Actualisé 06/07/2013 05:12 EDT

On change encore les règles du jeu

AP
FILE - This April 4, 2012 file photo shows the Newmont Gold Quarry pit in Battle Mountain, Nev. While the U.S. government reaps billions of dollars in royalties each year from fossil fuels extracted from federal public lands and waters, it does not collect any royalties from gold, uranium or other metals mined from the same lands, Congressional auditors reported Wednesday Dec. 12, 2012. A Government Accountability Office report found that the federal government doesn’t even know how much these so-called “hard rock” mines produce from federal public lands in 12 Western states _ where most of the mining occurs. (AP Photo/The Reno Gazette-Journal, David B. Parker, file) NEVADA APPEAL OUT; NO SALES

C'est sans grand enthousiasme que l'Association minière du Québec (AMQ) a pris acte de la décision du gouvernement concernant la mise en place d'un nouveau régime de droits miniers qui vient modifier un régime qui fonctionnait bien et qui permettait aux Québécois de bénéficier des retombées liées à l'exploitation des ressources minérales du Québec.

Nous sommes déçus que cette décision nous ait été imposée, surtout qu'il s'agit d'un deuxième changement majeur dans nos façons de faire en moins de trois ans. Une fois de plus, on modifie les règles du jeu auxquelles nous devrons nous adapter. Nous aurions préféré le maintien de l'ancien régime qui répondait aux impératifs d'enrichissement collectif du Québec et des Québécois, de même qu'aux réalités de notre secteur d'activité.

LIRE AUSSI:Québec présente un nouveau régime d'impôts miniers

L'Association minière du Québec a, au cours des derniers mois, multiplié les rencontres et les actions afin de sensibiliser le gouvernement à l'importance de tenir compte des caractéristiques du Québec, notamment sur le plan de la compétitivité, afin d'éviter de causer des dommages irréparables au développement de l'industrie minière.

Maintenant, nous devons analyser les détails de ce nouveau régime afin d'en mesurer les vrais impacts, mine par mine, et nous devrons vivre avec les conséquences qu'il aura sur le développement du secteur minier au Québec. Le Québec a toujours été perçu positivement sur le plan international en matière d'investissements miniers, mais nous sentons que son pouvoir d'attraction des investisseurs est toutefois ébranlé.

L'industrie minière a toujours été d'accord à payer des redevances, mais elle souhaite que les droits miniers puissent permettre un développement des ressources minières qui soit rentable et économiquement acceptable afin de continuer à contribuer au développement du Québec comme société moderne et innovante.

L'AMQ tient à rappeler l'importance de la contribution de l'industrie minière à la création de richesse au Québec :

  • 45 000 emplois directs et indirects, dont plusieurs sont occupés par des membres des Premières Nations;
  • 3 800 fournisseurs répartis sur tout le territoire et principalement dans les grands centres que sont Montréal et Québec;
  • 5 milliards de dollars en 2012 en investissements miniers;
  • 1 milliard de dollars versés annuellement aux différents paliers de gouvernement, dont 710 millions au seul gouvernement du Québec.

Les retombées de notre industrie au Québec sont majeures et réelles. Il est donc essentiel d'avoir une vision à long terme du développement minier et de mettre en place les conditions favorables à son développement de façon durable.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois