LES BLOGUES
15/05/2018 06:00 EDT | Actualisé 15/05/2018 06:00 EDT

Changer une piasse pour CAQ trente sous, mais avec un bonus conservateur…

Le mot changement est malheureusement un terme trop souvent galvaudé en politique pour leurrer la population, et il l'est encore plus aujourd'hui dans la bouche de François Legault...

Coalition Avenir Quebec Leader Francois Legault questions the government, Wednesday, April 12, 2017 at the legislature in Quebec City. THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot
Jacques Boissinot/PC
Coalition Avenir Quebec Leader Francois Legault questions the government, Wednesday, April 12, 2017 at the legislature in Quebec City. THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot

Vous me permettrez ce jeu de mots facile à la lumière des derniers rebondissements, ou, dirais-je, retournement dans le merveilleux monde de la politique de la belle province où le vent de l'analphabétisme politique et celui de l'aveuglement volontaire pousse la nation québécoise à vouloir voter pour une formation de droite, en l'occurrence la Coalition avenir Québec.

Ce parti politique qui utilise frauduleusement le mot changement afin de remplacer les libéraux, mais qui au fond est une copie carbone du PLQ, toutefois, avec un jupon néolibéral plus dominant et conservateur qu'il ne cherche dorénavant plus à cacher...

À preuve, l'acquisition d'un grand partisan du néolibéralisme, Youri Chassin et avec la récente annonce d'Éric Girard – un banquier de la Banque Nationale s'étant déjà présenté pour les troupes de Stephen Harper dans la circonscription de Lac-Saint-Louis en 2015 – combinée aux pourparlers à moitié secrets entre la Coalition Avenir Québec et le Parti conservateur canadien, tout indique que les Québécois sont en train de se faire passer un Québec...

Le mot changement est malheureusement un terme trop souvent galvaudé en politique pour leurrer la population, et il l'est encore plus aujourd'hui dans la bouche de François Legault...

En effet, on ne peut prétendre au changement quand plusieurs des députés importants de l'actuelle cohorte à l'Assemblée nationale sont passés de libéraux à la CAQ et l'inverse...

Que ce soit, Gaétan Barette, Sébastien Proulx, Dominique Anglade, Marguerite Blais pour ne nommer que ceux-là, on ne peut effectivement pas prétendre au changement en appliquant les mêmes politiques avec les mêmes acteurs. Que dire d'ailleurs des propos d'Éric Caire au sujet de Martin Coiteux indiquant que la famille naturelle de ce dernier était la CAQ...

Du changement... vraiment?

Soyons claire, la Coalition avenir Québec appliquera les mêmes recettes que les libéraux, mais ira encore plus loin dans les politiques d'affaiblissement de l'État, et ce, à la faveur du libre marché avec en prime des projets pétroliers pour le Québec.

Non! Que pensez-vous que François Legault négocie avec les conservateurs de Sherr?

D'ailleurs, qu'est-ce que Andrew Sheer au juste? Simple! Ce sont les mêmes politiques rétrogrades conservatrices, mais, avec le sourire...

Il est ouvertement contre le mariage des gais et l'avortement et semble avoir un côté créationniste...

Andrew Scheer a d'ailleurs promis d'autoriser la construction de l'oléoduc Énergie Est au Québec...

Le vernis progressiste que les conservateurs du Québec tentent d'appliquer à leur formation n'est aucunement épais et partira au premier coup de vent, et ce, sans « remover ».

Si la CAQ négocie un pacte secret avec le PCC pour aller chercher certains pouvoirs comme le prétend son pseudo projet nationaliste – la prépondérance des pouvoirs en matière de langue et d'immigration, l'obtention d'une autonomie fiscale accrue, la possibilité de développer l'économie québécoise à la faveur de nouveaux leviers et de déployer un projet de société qui est propre au Québec et l'obtention d'une reconnaissance constitutionnelle pleine et entière, accompagnée de garanties quant au poids du Québec dans les institutions fédérales en adoptant une approche souple, favorisant notamment des modifications constitutionnelles bilatérales avec le gouvernement fédéral et la négociation d'ententes administratives, dont certaines auront un caractère légal – il est clair que tous les projets pétroliers seront acceptés par un gouvernement caquiste.

De toute manière, le pétrole est déjà inscrit dans l'ADN de la CAQ... « Qui se ressemble s'assemble » comme l'affirmait mon professeur de 6e année.

Dans la même veine, comme l'avait dit le chef de l'Union nationale, Maurice Duplessis à Gérald Martineau un peu avant sa mort : « C'est pour ça que j'te dis qu'il n'y a pas grand différence entre les libéraux et nous autres. Mais ça, ne répète pas ça à personne... »