Vivre

Socialisation et projet de vie chez la personne Asperger

Les femmes Asperger ont appris à imiter les autres très tôt dans leur existence, si bien que cela leur est plus facile, jusqu’à un certain point, de fonctionner en société.
Cette publication a été publiée sur la plateforme des contributeurs au HuffPost, maintenant retirée du Web. Les contributeurs avaient plein contrôle sur leurs publications et le faisaient librement sur notre site. Si vous voulez signaler cette publication comme étant abusive, envoyez-nous un courriel.
Se projeter dans le futur à l’aide de scénarios sociaux l’aidera grandement à mieux réagir devant certains événements de la vie quotidienne.
Se projeter dans le futur à l’aide de scénarios sociaux l’aidera grandement à mieux réagir devant certains événements de la vie quotidienne.

Si la socialisation des personnes ayant le syndrome d'Asperger est une nette ouverture vers l'intégration, l'intégration, quant à elle, permet une franche socialisation. L'un ne va pas vraiment sans l'autre.

«Nous sommes des êtres de relations», ai-je déjà entendu de la bouche d'une psychothérapeute. Et c'est ainsi pour tous les êtres humains...

Pourtant, la socialisation est une habileté développée en bas âge et elle est d'autant plus importante pour ceux et celles ayant reçu un diagnostic une fois devenus adultes.

Monique Benoit, psychoéducatrice à la Clinique Autisme & Asperger de Montréal, nous rappelle que les jeunes adultes Asperger ne voient pas nécessairement l'importance de socialiser. «... l'appétit n'y est pas toujours. Un jeune adulte peut préférer être seul et, selon lui, il est vraiment mieux ainsi...»

Si la socialisation permet de créer des ponts avec les autres et mène souvent à l'acceptation, madame Benoit explique aussi que, fréquemment, les jeunes seront attirés par des gens neuroatypiques, tout comme eux.

«Ils ressentent le besoin de discuter avec les autres et de se reconnaître en d'autres personnes.»Monique Benoît

Ce besoin de connecter existe pour tous. Mais, souvent et très malheureusement, les jeunes Aspergers ont été victimes d'intimidation dans le milieu scolaire. Heureusement, les choses changent à l'âge adulte. On y retrouve davantage de bienveillance de la part des pairs.

Un projet de vie: la promesse d'une vie meilleure

Madame Benoit m'explique qu'il est préférable pour un jeune adulte présentant le syndrome d'Asperger de se développer un projet de vie.

Cependant, il importe de se souvenir que ce «plan de vie» se réalisera en différentes étapes, pensées et déterminées par le jeune adulte. Ainsi, se projeter dans le futur à l'aide de scénarios sociaux l'aidera grandement à mieux réagir devant certains événements de la vie quotidienne.

Le contrat de cohabitation: une idée pas bête du tout

Les jeunes femmes Asperger ont appris à imiter les autres très tôt dans leur existence, si bien que cela leur est plus facile, jusqu'à un certain point, de fonctionner en société.

Un problème, plus fréquent chez les jeunes Aspergers, est leur dépendance aux jeux vidéo.

«Certaines familles établiront des contrats de cohabitation, afin d'aider leur jeune à participer à certaines activités domestiques et ainsi contribuer à la vie familiale, tout en apprenant à assumer des responsabilités», relate madame Benoit. «Cela aide les jeunes à moins s'isoler...» Et cela peut faire partie du fameux projet de vie. N'oublions pas que c'est dans l'action qu'on réalise des choses.

Bien évidemment, le «projet de vie» doit venir du jeune lui-même, parce qu'il aura exprimé le besoin de réaliser des choses comme aller sur le marché du travail, par exemple. Il fera d'une pierre deux coups, puisque le fait de travailler lui permettra également de socialiser.

En conclusion

Si vous êtes parents d'un jeune adulte Asperger ou encore, si vous êtes vous-même neuroatypique, l'important est de ne pas vous décourager. Et il ne faut surtout pas oublier que le «projet de vie adopté» se vit une étape à la fois, nous explique Monique Benoit.

Donc, la patience et l'étalement des étapes dans le temps vous permettront de découvrir tout un monde sur vous-mêmes, au sujet des autres et tout en atteindre, pas à pas, les buts qui auront été fixés préalablement.

Sachez enfin qu'il existe des cliniques privées et des associations sans but lucratif dont le personnel est formé pour vous aider dans un projet tel qu'un «plan de vie».