LES BLOGUES
27/01/2019 06:00 EST | Actualisé 28/01/2019 15:11 EST

Les «Aspergirls» du web

Faire partie d’une gang où on se comprend vraiment, où je ne suis pas le mouton noir ou la fille étrange, ça fait une nette différence dans ma vie.

Smith Collection via Getty Images
Il existe des femmes, les Aspergirls qui, sans porter de cape, sont des super héroïnes parce qu’elles changent la vie de leurs semblables de bien grande manière.

«Je me suis découvert une identité, mais encore plus que cela, des amies en devenir qui seront là longtemps!»

«Dis? Tu viendras au souper que le groupe organise sous peu? Moi, j'adore être en compagnie d'autres Aspies comme moi. Et toi?»

C'est pour le moins déroutée que j'ai répondu à cette question suivie d'une telle affirmation. Moi? Aller dans un souper où il y aura beaucoup de gens? Me retrouver avec d'autres femmes Asperger comme moi? Je ne savais pas trop quoi répondre.

C'est que, dernièrement, j'avais décidé de ne plus participer à des activités comptant beaucoup de gens. Cela a pour effet de m'étourdir. Je m'y sens mal et, la plupart du temps, je quitte avant que l'activité n'ait lieu parce que plus capable de tenir.

Aussi, comment pourrais-je connaître l'effet que cela fait, d'être entourée d'Asperger comme moi? Cela ne m'est jamais arrivé auparavant. Il y a bien mon fils qui est également Aspie, mais c'est mon fils. Nous avons beau super bien nous entendre, ça me fait un peu peur de rencontrer des gens nouveaux...

Ayant reçu mon diagnostic d'autiste Asperger en début de mois, le psychologue que j'avais consulté m'a aussi conseillé de m'abonner à des groupes de discussions sur le web portant sur l'autisme au féminin.

Évidemment, j'ai suivi ses conseils à la lettre et, dès le lendemain du diagnostic, je faisais mes premiers pas dans un de ces groupes.

On m'y a chaleureusement accueillie et l'on a répondu à mes questions très gentiment. Certaines femmes m'ont immédiatement fait des demandes de contacts afin que nous poursuivions la «jasette» en privé. Et quand, dans toute ma candeur, c'est moi qui réponds à certaines questions posées, on apprécie mes commentaires.

J'avoue que j'avais certaines réticences à faire partie d'un tel groupe. Mais je me sens tellement mieux depuis. J'ai enfin la nette impression d'être comprise et c'est un sentiment envahissant de plénitude qui me soutient le cœur désormais.

Je suis normale

Je suis normale! Oui, je suis Asperger et différente, mais nos différences à toutes se rejoignent et cela me rend très heureuse.

Faire partie d'une gang où on se comprend vraiment, où je ne suis pas le mouton noir ou la fille étrange, ça fait une nette différence dans ma vie.

J'en suis même à écrire un livre sur l'autisme Asperger. Il ne s'agit de rien de scientifique. Je ne suis pas une scientifique. Mais je fais allusion à mon vécu jusqu'ici et à ce que je découvre chaque jour sur le sujet.

Je me suis donc adressée à mon groupe en différentes occasions, afin de tâter le pouls sur différentes questions et j'ai été étonnée chaque fois par la générosité des participantes. Elles sont incomparables de gentillesse et je suis convaincue que si nous sommes toutes là pour être soutenues par les autres, nous sommes aussi toutes là pour soutenir les autres.

Dans notre monde un peu fou, où tout va toujours vite, il existe des femmes, les Aspergirls qui, sans porter de cape, sont des super héroïnes parce qu'elles changent la vie de leurs semblables de bien grande manière.

J'en conclus que je suis fière d'appartenir à ce groupe de discussion, mais aussi à ce groupe que forment les Asperger, puisque je n'ai jamais vu autant de sollicitude depuis que je sais que je ne suis pas si à part des autres.

Les gens sont souvent enclins à pointer du doigt ce qui est différent d'eux. C'est humain, vous me direz. Peut-être, mais moi je salue bien bas ces femmes qui, malgré ou avec toutes leurs différences, font une réelle différence!

À LIRE AUSSI:

» Marie Kondo: et le patrimoine matériel personnel, vous en faites quoi?

» «Sérotonine», un road trip sur les traces de la désolation de l'âme

» Ceux qui nous font briller et ceux qui nous éteignent

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.