LES BLOGUES
29/10/2015 11:38 EDT | Actualisé 29/10/2016 05:12 EDT

La famille Beaudoin-Bombardier, les libéraux et la CSeries

Encore une fois, la famille Beaudoin aura eu le dessus et nous aura soutiré un milliard de dollars US. Après avoir soutenu la cimenterie des Beaudoin en Gaspésie, le gouvernement Couillard a décidé que les Québécois deviendraient actionnaires d'une nouvelle compagnie dont la mission sera d'en finir avec la conception, la production et la commercialisation de la CSeries de Bombardier.

Hier, je me suis achetée une boîte de Whippets. Ça faisait bien 20 ans que je ne m'étais pas laissée aller à m'empiffrer de Whippets. Ça n'a pas aidé. Après ce texte, je vais jeter le reste de la boîte.

Si vous avez suivi l'actualité économique jeudi, ce n'était pas une bonne journée pour les contribuables du Québec. Encore une fois, la famille Beaudoin aura eu le dessus et nous aura soutiré un milliard de dollars US (environ 1,35 milliard $ CAN). Après avoir soutenu, avec de l'argent public, la cimenterie des Beaudoin en Gaspésie, le gouvernement Couillard a décidé que les Québécois deviendraient actionnaires d'une nouvelle compagnie dont la mission sera essentiellement d'en finir avec la conception, la production et la commercialisation de la CSeries de Bombardier.

Pas le choix, nous dit-on, Bombardier n'ayant pas réussi à se trouver d'autres partenaires pour régler son problème de liquidités et amener sa CSeries sur le marché. Ça va très très mal à Bombardier, raconte-t-on, et de plus en plus de gens n'hésitent plus à blâmer la famille Bombardier-Beaudoin elle-même. "Je ne veux pas être méchante, mais ce n'est pas parce qu'on est le petit-fils d'un Bombardier qu'on est apte à gérer une entreprise d'une telle envergure". C'est à peu près dans ces mots que s'exprimait une spécialiste de l'industrie ce soir à 24/60. (Le petit-fils en question, Pierre Beaudoin, a été PDG de Bombardier de 2008 à 2015; il a été remplacé par Alain Bellemare en février)

Et puis, nombreux sont ceux qui questionnent la véritable raison pour laquelle on en est rendus à cogner à la porte de l'État pour recevoir encore une fois, l'assistance du gouvernement. Plusieurs doutent de la gouvernance de Bombardier, de l'équipe de direction, du contrôle de la famille. Est-il normal que 14% des actions détenues par la famille Beaudoin-Bombardier leur assurent un contrôle de 54% de la compagnie et donc le contrôle total et entier sur les décisions qui y sont prises? Comment se fait-il qu'aucune institution ou gestionnaire de fonds institutionnels ne trouvent intéressant de soutenir Bombardier si ce projet était si prometteur? [Rumeur: le fait qu'elle ne veuille pas laisser aller le contrôle total de sa compagnie est souvent évoqué comme raison principale. Une autre rumeur est à l'effet qu'aucun investisseur étranger ne voudra mettre ses doigts dans une entreprise où le gouvernement du Québec est impliqué].

Ajoutons à cela le syndrome du "too big to fail" et on a là des contribuables déjà très lourdement imposés qui se font promettre un déficit zéro par un gouvernement qui, en bout de piste, choisira d'empruntera 1 G$ à la fin de l'année pour du gros B.S. corporatif. Je vais passer vite sur les grévistes qui ne comprennent pas pourquoi on gèlera leur salaire pendant deux ans, mais sérieusement, comment ne pas comprendre que c'est pas mal difficile à comprendre???

Qu'importe. Les dirigeants de Bombardier, eux, connaissent ça forcer la main des gouvernements. Ils ont l'expérience et on peut déjà anticiper le moment où ils cogneront à la porte du gouvernement de Justin Trudeau. Ça, ce sera intéressant. Bref, ils ont convaincu le gouvernement Couillard d'être actionnaire d'une nouvelle entité et d'y injecter 1,35 milliard $. Ça se passe le jour même où Bombardier dépose ses états financiers trimestriels et c'est pas beau: une perte de 4,9 milliards US. Ça, c'est savoir abrier une mauvaise nouvelle, mon ami. Un Whippet avec ça?

Le risque politique d'abord

Les contribuables du Québec assumeront donc le risque que la CSeries ne réussisse pas à prendre son envol. Les arguments évoqués? Le gouvernement n'avait pas le choix, ce sont 40 000 emplois qui sont en jeu, nous dit-on. Voilà où mène le nationalisme économique: l'incapacité de dire non à des fleurons qui sous-performent et qui au passage, n'ont absolument aucun incitatif d'améliorer leur gestion pour la simple et seule raison que si ça va mal, le gouvernement sera là. Un gouvernement pris en otage, soumis, et politiquement impuissant face à une menace du "fleuron" de déménager ses affaires ailleurs. Un autre Whippet.

Car soyons francs deux secondes. Si le gouvernement n'a pas le choix, c'est qu'il a préféré prendre le risque avec les 1,3 milliard $ des contribuables que de prendre le risque politique de se faire dire qu'il a contribué à faire mourir 1,700 emplois. Oh, le "spin" officiel est de 40 000 emplois, mais pour ce qui est de la CSeries, il s'agit bel et bien de 1,700 emplois. Bon. Mettons 5000 si on compte les fournisseurs qui vivent des contrats de la multinationale. Mais de grâce, arrêtez le 40 000, voulez-vous?

Amalgame explosif

Finalement, prenez un gouvernement du Parti libéral du Québec. Ajoutez-y une famille très proche du gouvernement qui a déjà bénéficié des largesses de l'État pour une cimenterie, assaisonnez ça d'un lobbyiste pour Bombardier du nom de Raymond Bachand (ancien ministre libéral des Finances), puis garnissez avec un dirigeant libéral Daniel Johnson (ancien PM libéral du Québec) qui sera à la tête d'une nouvelle compagnie en commandite financée à 49% par les contribuables du Québec... On dira ce qu'on voudra, c'est pas beau là... Et pas trop vendeur à des citoyens qui crient à l'austérité. Et puis, les libéraux croient-ils vraiment qu'ils pourront se sauver de tels amalgames? Que les gens feront la différence entre des "investissements" et des "dépenses d'épicerie"? Oubliez ça. Ce que ça sonne plutôt, c'est un régime de petits amis, des politiciens qui se prennent pour des entrepreneurs, et des entrepreneurs qui font payer leurs erreurs aux contribuables.

Et puis, bon sang, vous en connaissez, vous, des investisseurs qui voudraient mettre de l'argent de leurs cotisants dans une telle bébelle?

Est-ce que les partis d'opposition auraient mieux fait? Peut-être. D'ailleurs, les chefs du PQ et de la CAQ ont vraiment bien expliqué leurs positions à l'émission de 24/60 ce soir que je vous invite à regarder lorsque les vidéos seront disponibles.

Cela dit, là n'est pas mon propos. Mon propos porte sur la relation incestueuse qu'entretiennent nos gouvernements avec les soi-disant "fleurons" du Québec, avec leurs dirigeants et avec la trop grande facilité avec laquelle on fait chanter les gouvernements lorsque les choses ne vont pas bien. Va-t-on continuer à encourager la mauvaise gestion de tels dirigeants longtemps, dites-moi, sous prétexte de préserver des sièges sociaux au Québec?

Est-ce vraiment le rôle de l'État de devenir actionnaire et propriétaire des entreprises du Québec? Après avoir modifié la mission de la Caisse de dépôt pour agir comme maître d'oeuvre et opérateur de grands projets d'infrastructure, les libéraux de Philippe Couillard vont maintenant se porter acquéreurs d'entreprises québécoises dans le trouble? Ça dit quoi à toutes les autres entreprises qui en arrachent, passent à travers les moments difficiles, encourent des pertes à leurs frais? Aux PME qui déjà n'entretiennent pas nécessairement des relations copain-copain avec le gouvernement?

Je vais vous dire, c'est pas beau, ce que ça dit. Bon. Un p'tit dernier et après ça, je jette la boîte et je regarde le Jimmy Fallon d'hier soir. Assez dit!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo La CSeries de Bombardier Voyez les images