LES BLOGUES
18/03/2015 10:26 EDT | Actualisé 18/05/2015 05:12 EDT

Démocratie étudiante mon oeil...

Épisode de vie chez la coiffeuse ce matin. La technicienne en coloration, également étudiante en sciences politiques à l'Université Laval:

- Eh oui. J'ai assisté à ma première assemblée d'association étudiante cette semaine.

- Ah oui. Raconte. Vous étiez combien dans la salle?

- On était 300... mais l'association représente 10 000 étudiants. (Il s'agit de l'association qui regroupe toutes les sciences sociales, semble-t-il).

- D'accord. Et puis?

- J'ai été déçue. C'est du gros n'importe quoi. Un étudiant a suggéré de faire un vote par voie électronique. On a débattu, mais ça n'a pas passé. Il y a une clique qui est très très forte. Le vote portait sur une grève pour les 2 journées du 23 mars et du 2 avril. L'assemblée avait commencé à 19h et s'est terminée à 23h. Moi, j'ai dû quitter vers 21h, je n'en pouvais plus.

- Et puis?

- Et puis, j'ai su qu'il y avait aussi eu quelqu'un pour suggérer un vote dans des boîtes de scrutin. Le vote aurait pu s'étaler sur quelques jours sur le campus. Plus d'étudiants auraient pu voter, il me semble.

- Et puis?

- Ça n'a sûrement pas passé parce que le vote de grève a passé à la fin de la soirée.

Message au ministre de l'Éducation, aux dirigeants de collèges et aux recteurs d'université:

VOUS avez la responsabilité de respecter le contrat qui existe entre votre institution et les étudiants qui ont choisi de recevoir un enseignement dans votre collège ou université.

VOUS avez la responsabilité de protéger ces jeunes de l'intimidation et de la violence dont peuvent faire preuve les activistes qui se réclament d'un concept de grève étudiante qui n'est ni légal ni légitime.

VOUS avez la responsabilité d'en appeler aux forces policières pour assurer la tenue des cours auxquels se sont inscrits les jeunes et qui sont payés en grande partie par l'ensemble des contribuables.

VOUS avez la responsabilité d'envoyer un message au corps professoral de vos institutions à l'effet qu'ils doivent se présenter à leurs cours et les donner aux étudiants présents.

Ce à quoi nous assistons est le résultat direct de l'influence syndicale, de l'obligation pour les étudiants de contribuer à une association étudiante (style formule Rand) même s'ils n'en ressentent ni le besoin ni la nécessité, et il est le résultat de la quasi-gratuité scolaire.

En effet, on imagine mal qu'un tel phénomène se produirait si d'une part, les étudiants contribuaient une plus grande part de leurs études et d'autre part, s'il n'y avait pas un trop-plein d'étudiants en sciences humaines qui choisissent de faire de l'activisme syndicalo-politique au lieu d'obtenir une formation qui leur assurerait d'une plus grande indépendance, liberté et mobilité sociale.

Alors au ministre, aux directeurs de collèges et aux recteurs d'université, il va sans dire que cette fois-ci, la balle est dans votre camp. Vous savez ce que vous avez à faire: vous organiser pour que soit respecté le contrat qui existe entre une institution d'enseignement qui a le devoir de dispenser de la formation, l'étudiant qui a droit de la recevoir et le contribuable qui la paie!

P-S. Ne me parlez plus de démocratie étudiante. Vous aurez beau instaurer le meilleur système de votation qui puisse exister, voter en grand nombre pour quelque chose d'illégal et d'illégitime ne rend pas la chose plus démocratique pour autant.

P-S. Bravo à la Fondation 1625!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

MANIFESTATION DU 22 MARS 2012

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter