LES BLOGUES
28/09/2015 10:23 EDT | Actualisé 28/09/2016 05:12 EDT

Je ne suis pas raciste, je suis islamophobe

Islam, islamiste, wahhabite, salafiste, chiite, sunnite, écœurantite...

Dès qu'on parle d'islam, on se fait accuser d'en être, alors fidèle à mon habitude, je plaide coupable, question de sauver du temps.

Islamophobe, comme dans: peur de l'Islam. Non pas une peur irrationnelle qui me ferait manquer de respect envers les musulmans, mais une peur raisonnable, pour le futur de mon pays.

Je dis raisonnable, parce qu'en réalité, ce ne sont pas tous les musulmans qui me font peur. En fait, j'ai même une certaine sympathie à l'égard de ceux d'entre eux qui sont venus vivre ici pour fuir une culture barbare qui leur était imposée au nom de leur foi, et qui sont assimilés à des terroristes dans la perception populaire.

J'ai juste peur des islamistes. Or, beaucoup de musulmans affirment que les islamistes ne sont pas des musulmans, qu'ils se contentent de détourner leur religion. Si leur prétention est vraie, alors je ne suis pas vraiment islamophobe. Il faudrait alors créer un autre néologisme, disons islamistophobe: peur des islamistes.

Les islamistes existent. Ils contrôlent de nombreux pays, sont riches, et financent des conquérants, comme le groupe armé État islamique. Ils sont organisés et n'hésitent pas à recruter des jeunes afin de faire le jihad. Nos jeunes.

Parce qu'ils sont installés ici depuis longtemps. Dans un article publié récemment, Fatima Houda-Pepin relate que:

«Des imams payés par l'Arabie saoudite via la Ligue islamique mondiale, sont envoyés en mission, depuis le début des années 1980, pour diffuser l'idéologie salafiste et soumettre les musulmans à l'arbitraire de la charia wahhabite.»

Islam, islamiste, wahhabite, salafiste, chiite, sunnite, écœurantite...

Si vous comprenez l'anglais, je vous invite à cliquer sur ce lien pour écouter la vidéo où Reza Aslan nous explique que tous les pays musulmans ne se valent pas, et que d'associer le niveau de vie, le respect des droits humains et la religion musulmane est une grossière erreur, puisque des pays musulmans comme l'Afghanistan, le Pakistan, l'Iran ou l'Arabie saoudite sont dominés par une culture répressive; alors que l'Indonésie, la Malaisie, la Turquie et le Bangladesh sont également des pays musulmans, mais où le respect des droits humain et de l'égalité hommes-femmes est égal, voire supérieur, à ce qu'on peut observer dans les pays occidentaux.

Je ne prétendrai pas m'y retrouver dans ces nombreuses lignées, ce serait faux. Ce que je sais, c'est qu'il existe une foule de sous-branches à l'islam, mais pas d'autorité reconnue, équivalente au Vatican. Et comme Reza Aslan l'explique de façon si éloquente, on confond souvent culture musulmane et religion musulmane.

Au Canada, quiconque se réclame de l'islam est éligible à des accommodements religieux, ou accommodements (dont on tente de nous faire croire qu'ils sont) raisonnables. Or, le voile intégral est-il un vêtement religieux? Encore une fois, Fatima Houda-Pepin répond à cette question :

«Le niqab, la burqa et le tchador sont des signes d'infériorisation des femmes et non des symboles religieux.»

Mais alors, si ces vêtements qui sont, il faut le mentionner, une insulte à la culture canadienne et québécoise, ne sont pas religieux mais bien culturels, comment est-il possible que les tribunaux du pays ordonnent de nous les imposer?

En réalité, il faudrait établir devant la cour la preuve hors de tout doute raisonnable que cet outrageux déguisement n'a rien à voir avec la religion musulmane.

Vous commencez à voir le problème technique? Il faudrait d'abord répertorier toutes les ramifications de l'islam, trouver un spécialiste qui représente chacune de ces lignées, et qu'ils viennent tous témoigner devant la cour à l'effet que ce vêtement n'a rien à voir avec la religion.

Et on les trouve où, ces spécialistes? Chez les imams? Ce qui nous ramène à mon premier lien qui explique comment les islamistes radicaux ont infiltré nos mosquées et détourné la religion des musulmans.

Alors voilà, l'idéaliste en moi continue d'espérer que les musulmans démocrates du Québec et du Canada se mobiliseront pour nous aider à nous débarrasser de ces dangers publics qui se prétendent musulmans et qui s'infiltrent dans notre pays comme un cancer avec ses métastases.

Mais disons que si je me permets d'y rêver, je n'y crois pas trop. Alors en attendant, je vais jouer les chiens de garde pour tenter de bloquer le projet de loi 59 du gouvernement libéral, qui aurait pour effet d'introduire le concept de l'islamophobie dans la loi, tout en continuant de permettre l'utilisation des passages controversés des textes religieux, comme la sourate 4, verset 34:

«Les hommes sont les responsables des femmes (ont autorité sur elles), à cause de l'excellence d'entre eux qu'Allah a accordé, ainsi que de la dépense qu'ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont celles qui sont dévotes, qui protègent, même ce qui est caché, ce qu'Allah a protégé. Et quant à celles dont vous craignez l'infidélité, exhortez-les, abandonnez-les dans leurs lits, et battez-les. Si elles viennent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles. Allah demeure, Haut, Grand, vraiment!»

(Extrait vidéo où on a traité de la question en commission parlementaire.)

Alors j'espère sincèrement qu'on élira un gouvernement conservateur à la tête du Canada, le seul qui légiférera contre le port du niqab pendant la cérémonie d'assermentation.

Et tant qu'à rêver... Pourquoi pas conservateurs minoritaires, avec la balance du pouvoir au Bloc québécois?

Ainsi, les conservateurs auraient besoin de l'appui du Bloc pour passer cette loi. Et le Bloc ne l'appuiera qu'à condition de le bannir complètement de l'espace public.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Hijab, burqa, niqab ou tchador? Voyez les images