LES BLOGUES
08/02/2016 12:04 EST | Actualisé 08/02/2017 05:12 EST

11 ans, enceinte: quand les parents font entrer le loup dans la bergerie

Le danger avec les pédophiles, ce n'est pas l'inconnu dans le parc, c'est un parent ou un ami à qui on fait confiance.

L'information n'a pas été largement diffusée, mais Le Nouvelliste nous a appris que les parents de la petite de 11 ans ont hébergé pendant quelques mois Mathieu Roy, un ami de la famille de longue date, lors de sa séparation. Pendant cette période, Roy dormait dans la même chambre que la fillette, dans des lits superposés.

Avant de commencer, je tiens à faire une mise au point.

Mon but n'est pas de faire le procès de la famille de cette jeune fille, mais bien d'utiliser cet exemple pour diffuser des informations utiles visant à sensibiliser les parents sur ce genre de pratiques et ainsi prévenir des abus.

Ayant discuté du sujet avec quelques personnes, je me rends compte que de faire dormir un adulte dans la même chambre qu'un enfant est une pratique non seulement largement répandue, mais largement défendue par ceux qui y ont recours... Ce qui m'a convaincue de la pertinence d'écrire un article sur la question.

Le danger avec les pédophiles, ce n'est pas l'inconnu dans le parc, c'est un parent ou un ami à qui on fait confiance. Laisser des adultes, ou même des adolescents dormir dans la chambre d'un enfant constitue un risque élevé et inutile pour les enfants. Voici quelques informations utiles.

Sur le site de l'hôpital Ste-Justine, on apprend que:

-Au Québec, en 2008, 62 % des victimes d'agression sexuelle étaient âgées de moins de 18 ans.

-Les enfants âgés de 5 ans et moins représentent 10 % de ces victimes, ceux de 6 à 11 ans, 22 % et ceux de 12 à 18 ans, 36 %.

-La prévalence de l'agression sexuelle au cours de la période de l'enfance serait de 20 % chez les filles et de près de 10 % chez les garçons. Toutefois, il faut considérer fortement la probabilité que les agressions sur les garçons soient sous-estimées.

-L'agresseur est de sexe masculin dans 97 % des cas et il connaît sa victime dans 70 à 90 % des cas. Les enfants sont la plupart du temps agressés par des personnes de leur entourage. Dans la moitié des cas, il s'agit d'un membre de la famille immédiate ou élargie.

De son côté, l'Institut national de santé publique du Québec nous apprend que:

-C'est environ un homme sur 10 (9,7 %) et près d'une femme sur quatre (22,1 %) au Québec qui rapportaient en 2006 avoir vécu au moins un incident d'agression sexuelle avec contact avant l'âge de 18 ans.

-Les agressions sexuelles envers les enfants sont presque toujours commises par des personnes connues de la victime, incluant des membres de la famille et des personnes mineures. Dans près de 97 % des cas d'agression sexuelle corroborés par les services de protection de la jeunesse en 2008, l'agresseur était connu de la victime.

De plus, il n'existe pas un profil type des agresseurs sexuels permettant de les identifier facilement. Par contre, leurs stratégies sont connues, et quand ils ne font pas partie de la famille, ils se font un devoir de gagner la confiance des parents:

- Une forte majorité (entre 70% et 80%) des délits sexuels envers des enfants seraient prémédités, allant à l'encontre de la thèse des pulsions et du manque de contrôle des agresseurs sexuels d'enfants.

-Les agresseurs sexuels d'enfants qui sévissent à l'extérieur de la famille tentent habituellement de se placer dans des situations d'autorité dans lesquelles ils seront en contact avec des enfants sans la supervision d'adultes, comme en gardant des enfants, en faisant du travail bénévole auprès d'enfants ou en entraînant une équipe sportive. Ils tentent ensuite de gagner la confiance des enfants et de leurs parents.

-La plupart des agresseurs sexuels d'enfants créent un contexte pour faire tomber les résistances d'un enfant et ainsi leur permettre d'agresser sexuellement leur victime. Cette préparation leur permet de manipuler une victime potentielle afin qu'elle se soumette aux activités sexuelles initiées par l'agresseur. Ces moyens sont le plus souvent non coercitifs:

  • Établissement d'une dépendance émotionnelle/manipulation émotive
  • Séduction
  • Persuasion et manipulation
  • Jeux
  • Désensibilisation graduelle
  • Cadeaux, privilèges
  • Menaces
  • Coercition physique ou verbale

Je sais que la plupart des hommes ne commettront -heureusement- jamais d'agression sexuelle, et que ce genre d'agression est encore plus rarement commis par des femmes. Mais si on était collectivement plus à l'affût des stratégies utilisées par les pédophiles, on pourrait les saboter plus facilement, et ainsi mieux protéger nos enfants.

Alors soyons à l'affût des hommes qui sont si gentils qu'ils créent une dépendance émotive chez nos enfants ou qui proposent de nous rendre service d'une manière qui les laisse seuls avec notre enfant.

Et pas d'adulte dans la chambre des enfants. Cessons de faire entrer le loup dans la bergerie.

Voir aussi

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Enfants portés disparus au Québec Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter