LES BLOGUES
21/06/2018 10:04 EDT | Actualisé 21/06/2018 10:23 EDT

La nouvelle destination culturelle montréalaise de l'été

Un lieu dédié à la découverte des talents locaux campé sur le bord du canal Lachine.

Benoit Mainguy

Une idée de fou, celle de réhabiliter de vieux wagons de métro dans l'espace public! Une idée qui a fait mouche et attiré des milliers de visiteurs depuis l'ouverture de la Station F-MR.

Ce lieu dédié à la découverte des talents locaux, campé sur le bord du canal Lachine a été imaginé par les frères Frédéric et Étienne Morin-Bordeleau. C'est Étienne qui a fait découvrir les arts à son frère. De son propre aveu, Frédéric dit ne pas avoir de talent artistique particulier, sa force réside dans le fait de montrer celui des autres.

Photo: Benoit Mainguy

Le soir de mon passage sur le site il y avait un atelier de peinture et la campagne de sociofinancement pour un projet du nom de MagicBus MTL. Pour l'occasion, le band Clark's Bowling Club s'apprêtait à animer la foule de son groove si particulier de jazz mélangé aux sonorités des années 90 à l'ancienne.

Photo: Benoit Mainguy

Avec sa scène extérieure, son wagon-boutique, wagon-galerie, et wagon-café où on peut se poser en journée pour travailler avec l'accès au wi-fi gratuit, la Station F-MR s'inscrit dans la tendance des lieux éphémères si populaire dans la métropole à l'heure actuelle, tout comme les Jardins Gamelins, les Jardineries, le Village au Pied-du-Courant et Aire commune.

Photo: Benoit Mainguy

Curieuse de tout ce bruit médiatique autour du projet depuis son ouverture, j'ai décidé d'aller y faire un tour et de poser quelques questions à Frédéric sur le pourquoi du commencement.

Qu'est-ce qui distingue la Station F-MR de ses semblables?

« L'offre culturelle est tellement riche et il y a plein de choses qui existent, mais ce n'est pas tout le monde qui est au courant. Le but de la Station est d'aider le grand public à découvrir des talents. C'est de piquer leur curiosité, de les amener à se dire : « je vais aller écouter un band local ». Plus on va pouvoir faire ça, mieux on va pouvoir faire vivre les artistes d'ici.»

La programmation est assez impressionnante, c'est aussi diversifié tant en ce qui concerne la bouffe, que l'aménagement. Comment avez-vous porté vos choix?

«J'ai une bonne équipe donc ça aide beaucoup, par exemple, un des membres à rédiger son mémoire de maîtrise sur l'art total et un autre a déjà travaillé sur plusieurs grands festivals à Montréal. Il y avait trois critères qui ont guidé nos décisions. Chacun des projets devait toucher à au moins l'un d'entre eux: les arts, le design et la gastronomie. C'est ce qui a amené une cohérence malgré la diversité des projets.»

La réponse du public est très positive qu'est-ce qui vous réjouit le plus dans tout ça?

«L'objectif était de créer un pont entre la culture et les gens, de rétablir ce lien en mettant sur pied un lieu rassembleur. C'est la plus grande réussite d'avoir créé un espace public. Au début l'idée nous appartenait, mais aujourd'hui c'est les gens qui se l'approprient. C'est leur espace.»

Photo: Benoit Mainguy

En terminant, quel est le prochain événement à venir, à ne pas manquer?

«Le party des 5 ans de Lisbon Lux Records le 30 juin. Ça va être un gros show! Je vous invite à visiter la Station F-MR. C'est définitivement la place où il faut être cet été pour découvrir de nouveaux groupes de musique, s'initier à des activités et ateliers artistiques en tout genre, bref recharger ses batteries culturelles et ce gratuitement (à l'exception de quelques événements). Toute la programmation est disponible sur la page Facebook de la Station F-MR. Quand on voit la tangente culturelle qui se dessine avec des salles de spectacles mythiques qui ferment et d'autres qui ont du mal à tirer leur épingle du jeu, ce nouveau concept audacieux à de quoi redonner foi en la culture!»

Le lieu de diffusion permanente MR-63 verra d'ailleurs le jour en 2020.