LES BLOGUES
15/06/2014 09:07 EDT | Actualisé 15/08/2014 05:12 EDT

Voici pourquoi vous devriez acheter votre musique légalement

Selon moi, avoir accès à toute la musicographie d'un seul clique, et ce, sans payer, tue la culture et tout le plaisir relié à celle-ci. Le quatrième art ne devient alors qu'un simple « objet de divertissement » ouvert à tous.

L'autre jour, j'étais dans un magasin de musique à la recherche de nouvelles découvertes musicales. À côté de moi, un homme d'une quarantaine d'années, bien habillé, cherchait à travers les milliers d'albums disponibles. Sa femme, juste à côté, lui indique que « ça ne sert à rien [il est possible] d'aller chercher tout ça gratuitement sur internet ». Voici la vision de la culture que nous avons : c'est bien plaisant, mais juste quand c'est gratuit.

C'est toujours la même chose. On demande des spectacles gratuits, on crie à l'injustice quand un logiciel d'échange de fichiers (comme LimeWire) est bloqué, et ce, pendant que les différents gouvernements coupent aux ciseaux dans les budgets destinés à la culture. Le pire dans tout cela, c'est que l'on regarde les quelques artistes ayant bien réussi en nous disant : « Regardez, ils sont riches! Moi, non, alors pourquoi paierais-je pour leurs albums? » Comme si tous les artistes vivaient dans une tour d'ivoire... Et même si c'était le cas, un bon travail mérite d'être payé. Voilà tout.

De plus, je n'y comprends éperdument rien au téléchargement illégal. Quels sont les avantages à tout cela? Les sites sont souvent bourrés de virus, la qualité sonore est médiocre et cette simple action peut engendrer une poursuite criminelle. Rare, certes, mais possible. L'achat légal, de son côté, est simple, peu dispendieux et ultra accessible. Entre les deux, le choix semble assez simple.

De surcroît, l'achat d'un album reste un moment génial! Rien ne remplacera le fait de voir l'album en magasin, ou sur iTunes, l'acheter et l'écouter, tout fébrile à l'idée de profiter de son nouvel achat! Selon moi, avoir accès à toute la musicographie d'un seul clique, et ce, sans payer, tue la culture et tout le plaisir relié à celle-ci. Le quatrième art ne devient alors qu'un simple « objet de divertissement » ouvert à tous. Sans le savoir, nous sommes victimes d'un avilissement graduel de la notion de propriété intellectuelle et ce phénomène est très inquiétant.

Par chance, les différents gouvernements investissent abondamment dans la culture... ou pas. Au fond, combien un gouvernement devrait-il investir en tout? C'est assez relatif selon moi. Prenons l'exemple du Québec, ce bassin francophone entouré de culture anglo-saxonne. Dans un contexte comme le nôtre, il me semble impératif d'encourager la création et la diffusion de matériel culturel comme la musique ou la production télévisuelle. Par contre, ce n'est pas exactement la vision du nouveau gouvernement. Effectivement, le budget Leitao, présenté il y a moins d'un mois, prévoit une diminution de 20 % des crédits d'impôt destinés à la création culturelle. Pas très rassurant tout cela. D'autant plus que 20 %, c'est énorme pour un milieu qui dépend de chaque dollar. Sans aucun doute, le gouvernement préconise l'austérité à la survivance de notre identité. Si vous aimez les produits québécois, demain, faites-vous plaisir et achetez-vous un album (ou deux) d'un artiste québécois. Cela peut juste nous aider.

En outre, nous seuls pouvons faire une différence dans l'épanouissement de notre culture. Cessons d'encourager les créateurs de logiciels malveillants et encourageons les artistes de partout à la place! C'est beaucoup plus gratifiant et c'est beaucoup plus payant, vous verrez.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Top 10 des jeunes artistes québécois à surveiller en 2014 Voyez les images
Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?