LES BLOGUES
29/08/2013 11:43 EDT | Actualisé 29/10/2013 05:12 EDT

Le Québec que j'aime(rais)

Ça va probablement vous paraître nono. Soit. Mais en cette saison de valeurs québécoises et de Canadien en 7, j'ai envie de vous parler du Québec que j'aime. Ou que j'aimerais, selon la situation.

Mon Québec, je l'aimerais gestionnaire de ses propres lois. Je l'aimerais gestionnaire de sa propre fiscalité. Je l'aimerais décideur des relations qu'il a avec les autres nations du monde.

Mon Québec, je l'aimerais inclusif. Noir, blanc, rouge, jaune, gai, hétéro ou aux deux, j'en ai rien à cirer. Est québécois celui qui désire l'être, tout simplement.

Mon Québec, je l'aime quand il a le coeur qui bat. Vous savez, quand il bat si fort qu'il construit. Qu'il construit haut, fort, solide.

Mon Québec, je l'aime quand il a un front de boeuf, quand il ne se laisse pas marcher sur les pieds.

Mon Québec, je l'aime souriant. Blagueur. Un peu baveux, peut-être. Je l'aime rêveur, un peu naïf.

Mon Québec, je l'aime chialeux. Même si c'est tannant, ça prouve juste qu'il a encore envie de mieux. Et c'est franchement réconfortant.

Mon Québec, je l'aime juste pour tous. Je l'aimerais, plutôt, juste pour tous. Et toutes.

Mon Québec idéal ne se laisserait pas dicter ses volontés et ses besoins par des gens qui se prennent pour de plus grands que lui. Ça fait chier, des gens qui se pensent importants. Parce que la vie est bien trop courte pour se prendre au sérieux.

Mon Québec idéal ferait de ses cerveaux sa principale ressource naturelle.

Mon Québec idéal ne voit pas un virage vers un développement durable comme une corvée, mais comme une fierté.

Mon Québec idéal ne laisserait aucun enfant dans la faim, dans la misère ou dans la violence.

Mon Québec idéal donnerait un toit aux toxicomanes pour qu'ils soient en sécurité au lieu de les laisser se débrouiller avec des seringues souillées, seuls devant le vide.

Mon Québec idéal choisit Éole avant le pétrole.

Mon Québec, je l'aime fier et droit. Je l'aime courageux devant toutes les tempêtes.

Mon Québec, j'aime l'entendre chanter. J'aime le voir danser. Je l'aime heureux. Je l'aime ému. Je l'aime un peu baveux.

Mon Québec idéal ferait de ses terres agricoles un patrimoine national. Et il serait fier de manger ce qui y pousse.

Mon Québec idéal refuse l'injustice, qu'il soit chez lui ou ailleurs.

Mon Québec idéal serait écouté du Monde et il écouterait le Monde. Il échangerait comme jamais auparavant.

Mon Québec idéal n'aurait pas peur de se métisser et d'être multicolore.

Mon Québec, j'aimerais qu'il sorte un peu plus de chez lui.

Mon Québec, je l'aime pacifiste. Je l'aime féministe.

Mon Québec, je l'aime un peu quétaine.

Mon Québec idéal serait le plus bel endroit du monde.

Mon Québec, j'aimerais qu'il soit l'endroit où les gens de partout viennent éclater de rire.

Mon Québec, j'aimerais qu'il prenne soin de ses vieux. Parce qu'ils ont construit la fondation sur laquelle les prochaines générations auront à y poser la charpente.

Mon Québec, je l'aime travaillant. Sueur à gages.

Mon Québec, je l'aimerais audacieux, courageux. Créateurs de grands projets. Qu'il ne sache pas que l'impossible existe, donc qu'il lui envoie un doigt d'honneur.

Mon Québec, je l'aime en santé. Pis si la santé y est pas, qu'il soigne bien. Autant que possible.

Mon Québec, je l'aimerais pour tout le monde. Peu importe si on s'appelle Tremblay, Nguyen, Gusarov, Smith, Nordin, Haïmani, Sorensen ou Goldberg.

Mon Québec, je l'aime franc et débatteur. Parce que débattre n'est pas de la chicane: c'est juste un signe flagrant qu'on est encore en vie.

Mon Québec idéal penserait continuellement aux prochaines générations à ce que le présent leur lègue. Parce qu'après tout, c'est pas le but, de laisser aux suivants quelque chose de plus Grand?

Je ne sais pas si une charte doit contenir autre chose que ça. Mais je sais qu'un Québec qui commencerait par en arriver à cela, ce serait un bon début.

Et si on s'y mettait?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

25 raisons pour lesquelles on aime le Québec

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.