LES BLOGUES
10/12/2015 02:44 EST | Actualisé 09/12/2016 05:12 EST

Louis T: le terrorisme islamiste vise toujours l'Occident

L' universalisation du modèle occidental (tant économique qu'idéologique) obsède les islamistes qui n'accepteront jamais que les populations musulmanes participent à ce qu'ils considèrent comme une débauche.

Les dernières semaines ont été consacrées en bonne partie à la démystification du terrorisme islamiste dans plusieurs médias. Statistiques et données à l'appui, des spécialistes de tous horizons nous ont expliqué que le terrorisme islamiste n'était pas très dangereux comparativement à des phénomènes bien plus graves comme le réchauffement climatique.

Ils nous ont montré comment, en fait, c'étaient les pays occidentaux qui étaient dangereux pour eux-mêmes en flirtant avec l'extrême droite et en ne réduisant pas suffisamment leurs émissions de gaz à effet de serre.

Quand la plupart des commentateurs ne trouvaient pas l'origine de ce terrorisme dans les mauvaises politiques d'intégration des pays européens et les options géopolitiques de l'Occident, ils ont trouvé le moyen d'en atténuer la portée en soulignant notamment leur caractère «épisodique». On ignore si cette attitude cherche à rassurer des populations fragilisées ou si elle est tout simplement naïve.

La palme d'or de cette grande entreprise de démystification revient toutefois à l'humoriste Louis T, qui, à l'occasion de son dernier passage à l'émission Bazzo.tv, a tenu à faire la démonstration de la nature pour le moins inoffensive du terrorisme islamiste.

Dans un sketch amusant qui a même été massivement visionné en France, Louis T affirme que le terrorisme islamiste ne vise pas véritablement l'Occident puisqu'il fait surtout des victimes dans les pays musulmans. En suivant sa logique, il faudrait prendre le terrorisme à la légère. Car non seulement une personne aurait-elle plus de chances de gagner à la loterie que de mourir dans un attentat, mais l'islamisme ne serait pas tellement anti-occidental. Ce dernier postulat ne passe évidemment pas le test de la réalité.

Anéantir l'Occident d'Orient

Nos personnalités publiques devraient pourtant comprendre que lorsque des islamistes tuent des musulmans, c'est parce que ces derniers sont soupçonnés d'avoir abandonné les enseignements du prophète pour se convertir au progrès. À un progrès qui dévoile leurs femmes et favorise l'éducation dans un mouvement libérateur. À un progrès qui les invite à regarder vers l'avenir au lieu d'entretenir la nostalgie d'un passé désertique.

Quand des islamistes tuent des musulmans, ils ne s'attaquent pas à l'islam en eux. Ils s'attaquent à l'Occident qui les habite. Les islamistes tuent des musulmans dont les mœurs sont jugées occidentales. C'est évident.

Un attentat récent est devenu emblématique de cette volonté d'éradication de la moindre trace de l'Occident en terre d'islam. En juin dernier, des djihadistes ont attaqué un hôtel de Sousse en Tunisie pour manifester leur opposition à l'occidentalisation des côtes tunisiennes et pour punir les infidèles n'ayant pas respecté le ramadan.

Revendiqué par l'État islamique, cet attentat a fait 38 morts. Si cette attaque visait aussi des touristes en présence, il envoyait surtout le message qu'on ne tolérerait pas les hérésies du peuple tunisien. Les femmes doivent se rhabiller, les bières doivent être vidées, le plaisir de vivre doit être éradiqué. Les houris ne seront pas sur les plages ni dans les bars, elles vous attendront bien sagement au paradis.

Peu importe le lieu: Tunis, Le Caire ou Islamabad. Ce sera toujours l'Occident qui sera visé. Car ce qui fait encore la force de la civilisation des Lumières, c'est son incroyable capacité à exporter son modèle dans le monde. Cette universalisation du modèle occidental (tant économique qu'idéologique) obsède les islamistes qui n'accepteront jamais que les populations musulmanes participent à ce qu'ils considèrent comme une débauche. Comme une impureté diabolique.

Ici, comme ailleurs.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Paris Attacks Voyez les images