THE_BLOG

Mon nouveau-né qui n'a que 15 jours a peut-être la rougeole

Encore sept jours avant de savoir si mon enfant est sain et sauf. Sept jours supplémentaires. Elle se passe comment votre semaine, vous les anti-vaccins ?
This post was published on the now-closed HuffPost Contributor platform. Contributors control their own work and posted freely to our site. If you need to flag this entry as abusive, send us an email.

Voici mon fils qui a 15 jours et qui a peut-être la rougeole

Le 9 février, j'ai reçu un appel de la direction régionale de la santé publique à York, m'informant qu'il était possible que Griffin, ainsi que ma mère et moi-même ayons été exposés au virus de la rougeole lors d'un rendez-vous pour peser mon nouveau-né chez mon médecin à Markham, le 27 janvier.

Griffin n'avait alors que 15 jours.

On m'a dit qu'environ 30 minutes à 1 heure avant notre arrivée, un individu qui a plus tard développé la rougeole s'était assis dans la salle d'attente du médecin. On m'a expliqué que la rougeole se transmet par des gouttelettes en suspension dans l'air et peut rester en l'air et sur des surfaces jusqu'à deux heures après le départ de la personne atteinte.

On m'a demandé si j'étais vacciné contre la rougeole. J'ai dit que oui.

Griffin. Non, pas Griffin. Il ne peut pas.

On m'a conseillé d'éviter les jeunes enfants. Si je travaillais dans un tel environnement, je devrais prendre un congé. En effet, je travaille dans un tel environnement : mon domicile. J'y suis maintenant avec Griffin et Aurelia, qui a trois ans et qui n'a encore pu recevoir qu'un seul vaccin ROR. Donc, en principe, elle est exposée aussi. On nous a dit d'être patient et de guetter l'apparition de symptômes : fièvre, toux, le nez qui coule. S'ils se présentent, je dois appeler mon médecin pour arranger une consultation sous un protocole de précaution. Nous devons attendre chez nous, en isolation, jusqu'au 17 février, la fin des 21 jours de la période d'incubation, avant de savoir si nous sommes sains et saufs.

Savez-vous contre quoi les vaccins protègent vos enfants ? La douleur. La souffrance. Un mal irréparable. La mort. Et vous seriez les premiers à faire la queue si vous aviez une idée de ce à quoi ressemble la mort d'un enfant.

Vous seriez dans la rue en train de supplier à genoux, supplier qu'on donne à vos précieux bébés ce vaccin, parce que c'est ce que moi j'aurais fait, si ça avait été possible, pour sauver ma fille. Mais en réalité, il n'y avait aucun vaccin pour elle, pour sa maladie. Et elle est morte. Elle est morte à l'âge de cinq ans et demi, elle n'est plus.

Griffin est maintenant le bébé de Schrödinger. À la fois atteint et pas atteint par la rougeole. Jusqu'au moment où des symptômes se manifestent, ou bien à la fin des sept prochains jours. Un ou l'autre.

Et je suis folle furieuse.

Je ne suis pas en colère contre la personne dans la salle d'attente, je ne la blâme pas. Sans doute j'aurais fait la même chose... si on est malade, on va chez le médecin. Je ne connais pas son histoire et je ne la saurai pas. Mais je sais une chose :

Si vous avez choisi de ne pas faire vacciner votre enfant ou de vous faire vacciner, je vous tiens responsable, je vous tiens responsable.

Vous êtes restés trop longtemps à l'abri, sous la protection collective. Vous avez reçu de très haut le privilège de notre protection, gratuitement. Et en retour, vous m'avez donné la semaine en cours. Une semaine d'enfer, où je ne sais pas si mon bébé va contracter quelque chose qui a comme conséquence potentielle la mort.

La mort.

Regardons ça de plus près. Jouons cartes sur table. Vous n'avez aucune idée de ce que représente cette « conséquence potentielle », mais moi je le sais. Aucune idée. Je le sais, moi. Malheureusement, je le sais. Vous croyez que vous allez protéger votre enfant du thimérosal ? C'est faux. Cette substance n'est pas présente dans ce vaccin.

Vous croyez que vous les protégez de l'autisme ? C'est faux. Il n'y a rien, nada, zéro dans la science qui appuie cette thèse. Si vous voulez vous servir de Google plutôt que de la science pour « prouver le contraire », vous êtes un imbécile en plus d'être mal renseigné.

Vous croyez que vous les protégez à l'aide d'essences, d'homéopathie, de pensées positives, des Lois de l'attraction, des danses de pleine lune ? C'est faux. JE PROTÈGE VOTRE ENFANT. Nous protégeons tous votre enfant, en étant des citoyens du monde qui se préoccupent de notre propre bien-être, de nos semblables, et des plus vulnérables parmi nous. Donc, nous nous faisons vacciner et nous faisons vacciner nos enfants.

Vous croyez que vous les protégez en les laissant manger un peu de terre, en réduisant les antibiotiques et en mangeant des aliments bio ? C'est faux. En tant que personne non vaccinée, vous n'êtes protégée que par nos bonnes grâces. Nous vous donnons ce privilège grâce à notre volonté de nous faire vacciner et de faire vacciner nos enfants.

J'ai suivi ces arguments sur Facebook et Twitter qui citent une fausse science et des « études » depuis longtemps discrédités mais qui persistent, les propos de Jenny McCarthy et « c'est mon choix » de ne pas faire vacciner... et je me demande... qu'auriez-vous fait si votre enfant était en train de mourir ? Lui auriez-vous donné un vaccin efficace, sûr, prouvé scientifiquement, malgré le risque minuscule d'effets secondaires ? Ou est-ce que vous décidez de les laissez aller, sachant qu'au moins ils ne développeront pas l'autisme (chose qu'ils ne développeraient pas de toute façon, pour raison de science) ?

N'ayez pas l'audace de me dire que vous ne les ferez pas vacciner. N'osez pas. Vous n'avez aucune idée de ce que j'ai vécu, de ce que nous avons vécu.

Regardez donc Griffin. Dites-moi pourquoi il doit être le premier touché par votre bêtise et votre abus irréfléchi de notre protection ? Dites-le-moi.

Encore sept jours avant de savoir si mon enfant est sain et sauf. Sept jours supplémentaires.

Elle se passe comment votre semaine, vous les anti-vaccins ?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost