LES BLOGUES
30/05/2016 03:25 EDT | Actualisé 31/05/2017 05:12 EDT

Merci papa pour la job de merde

Merci d'avoir teinté nos rencontres de ta haine envers ma mère, mon beau-père et mes choix de vie en général.

Récemment, ça a fait 10 ans que je n'ai pas parlé à mon père. Fucké, hein pour un Cool Dad? 10 ans depuis que j'ai décidé de couper les ponts d'une relation toxique, une relation qui en a détruit d'autres, qui m'éloigne de personnes que j'aimerais bien connaître et qui pèse sur la famille comme une ombre depuis si longtemps.

Mais malgré tout, malgré l'incompétence et les déceptions papa, la tristesse et l'échec de ce qui est si important pour un petit garçon, je dois quand même te dire un gros merci...

Merci papa, de n'être venu me voir qu'une semaine sur deux et de t'être présenté en retard et ça, c'est quand tu ne décidais pas de simplement ne pas te présenter du tout...

Merci d'avoir teinté nos rencontres de ta haine envers ma mère, mon beau-père et mes choix de vie en général.

Merci de m'avoir chaque fois retourné chez ma mère tout défait, débâti et frustré, prêt à détester l'autorité et ce qu'elle représente.

Merci de m'avoir promis la lune, Disney et tout le reste et de n'avoir jamais livré ou même fourni le commencement d'une explication.

Merci de m'avoir envoyé dans des camps de vacances chaque été au lieu de passer du temps privilégié avec moi.

Merci d'être déménagé le plus loin possible d'où je vivais 12 jours sur 14 et d'avoir ainsi fait en sorte que je n'aie aucun point de repère, ami ou intérêt en ta demeure.

Merci d'avoir choisi une compagne froide, mesquine et désagréable et de me l'avoir présentée de la pire façon possible : «oh by the way fiston, ça c'est ma nouvelle femme. À part ça, quoi de neuf à l'école»?

Merci d'avoir été absent lors de mes visites et de m'avoir permis de passer tous ces merveilleux moments avec cette parfaite inconnue.

Merci d'avoir cru ses mensonges à mon endroit, de l'avoir écoutée et de m'avoir lentement écarté de ta nouvelle famille.

Merci de n'avoir pas cru en moi et en ce que j'étais, d'avoir permis à ta conjointe de m'éloigner et d'avoir toléré sa méchanceté.

Merci papa de l'avoir choisie, elle, au lieu de moi quand elle t'a posé un ultimatum à mon égard.

Merci d'avoir accepté, pour elle, de mentir à tes nouveaux enfants et d'avoir accepté de leur cacher mon existence.

Merci d'avoir laissé nos rencontres s'espacer et d'avoir été si froid lors de celles-ci. Tes réactions agressives ont grandement aidé à me mettre en confiance lors de chacune de nos réunions.

Merci d'avoir exigé que je te demande par ton nom au téléphone au lieu de «mon père s'il-vous-plait» afin que tes «vrais» enfants ne se doutent pas de mon existence.

Et merci encore, pour la dernière fois que l'on s'est croisé chez grand-mère, de m'avoir reproché, après plusieurs années sans se voir, mon comportement d'adolescent et d'avoir jeté tout le blâme de ce que nous sommes devenus sur moi et mon égoïsme enfantin.

Je pourrais te remercier pour tant de choses encore et chanter les pénibles louanges de toute la médiocrité que tu t'es efforcé d'appliquer (car oui, pour être aussi médiocre à quelque chose, il faut vraiment s'y appliquer) à ta relation avec moi. Mais d'aucuns pourraient y voir du sarcasme, ce qui n'en est point.

Non, je te remercie sincèrement du fond du cœur papa, car même si tu n'as pas su me montrer le chemin à suivre pour être un bon père, tu auras avec brio, su me montrer tous ceux à éviter.

Chaque fois que mon pied glisse sur ma route de père et emprunte un chemin connu, vécu, je sais, grâce à toi, l'identifier, le reconnaître et éviter tous les effets qu'il aura sur mes enfants et la relation que nous avons.

Je suis le père que je suis grâce à toi et à ce que tu m'as appris. Notre expérience, aussi difficile fut-elle ne me laisse aucune rancune, aucune haine à ton égard, sinon une certaine froideur et cette certitude, que le chemin que je prendrai, sera diamétralement opposé à celui que tu m'as montré.

Une chance qu'avoir un père merveilleux n'est pas le seul critère pour en être un.

Je vous suggère ceci chers papas, cassez le cycle!

Si votre père était «ordinaire», le pattern peut s'arrêter avec vous. Toute chaine, aussi longue soit-elle a un dernier maillon quelque part. À vous d'endosser ce rôle de dernier maillon, de bon père et de ne pas emprunter les chemins tracés devant vous.

Au travail, parce que oui, ne pas reproduire ce qu'on a vécu, c'est une criss de grosse job!

À voir également:

Galerie photo De touchantes illustrations du lien entre un père et sa fille Voyez les images