LES BLOGUES
08/08/2018 12:01 EDT | Actualisé 08/08/2018 12:11 EDT

Laval: notre détermination a ruiné le «spectacle» du ministre Barrette

Le bilan présenté par le ministre Barrette nous a démontré que la détresse des travailleurs de la santé et des services sociaux n'est pas prise au sérieux.

Le ministre libéral de la santé au Québec, Gaétan Barrette.
LA PRESSE CANADIENNE / Jacques Boissinot
Le ministre libéral de la santé au Québec, Gaétan Barrette.

Le Parti libéral du Québec (PLQ) tenait il y a quelques jours une activité de présentation du bilan de la réforme Barrette à Laval.

C'est d'ailleurs le ministre lui-même qui s'était déplacé pour venir vanter les mérites de ses décisions. Le ministre multiplie d'ailleurs ses annonces à quelques semaines du déclenchement des élections.

La cassette du ministre Barrette

Inutile de revenir sur la présentation du ministre qui ne nous a aucunement surprise. Il a minutieusement choisi certains chiffres et statistiques pour tenter de démontrer la grande réussite de sa réforme.

Malheureusement, comme plusieurs l'ont fait valoir pendant la période de questions, tous les chiffres du monde ne peuvent permettre de bien saisir la souffrance et l'épuisement du quotidien.

Et pour toutes les statistiques que le ministre a choisi de présenter, nous aurions pu soulever toutes celles qu'il omet de présenter, comme l'augmentation des arrêts de travail depuis l'entrée en vigueur de la réforme ou encore le manque à gagner de plus de 7 milliards dans le financement des établissements publics du réseau depuis l'arrivée du gouvernement Couillard.

C'est maintenant très clair: le bilan présenté par le ministre Barrette nous a démontré que la détresse des travailleurs et des travailleuses de la santé et des services sociaux n'est pas prise au sérieux. Selon le ministre, il ne faut pas s'attarder sur des «cas isolés».

Les militants libéraux absents pour défendre la réforme insensée du ministre

Sur une note positive, et je crois que c'est ce que nous devons retenir de cette soirée, c'est la composition de la salle et la solidarité intersyndicale.

La salle était en effet composée à très forte majorité de syndicalistes et de travailleurs et travailleuses de la santé et des services sociaux. Il y avait environ une quinzaine de libéraux assis à l'avant et, malgré cela, le seul à avoir pris la parole pendant la période de questions était critique de la réforme. Comme il l'a bien dit: «Je suis libéral, mais...»

C'est fascinant de voir qu'à un mois des élections, le PLQ peine à remplir une salle.

C'est quand même fascinant de voir qu'à un mois à peine du déclenchement des élections, le PLQ peine à remplir une salle, afin de présenter les résultats de son dossier le plus contesté sur la place publique.

C'est dire à quel point la réforme Barrette est impopulaire, même au sein des troupes libérales.

Une présence syndicale incontournable

La période de questions a été riche et inspirante. Les personnes, toutes allégeances syndicales confondues, qui ont pris la parole l'on fait avec assurance et courage. Nous connaissons le terrain, nous partageons les difficultés vécues au quotidien par nos membres et ça parait!

Cette soirée aura permis de nous recentrer sur l'essence même du mouvement syndical.

Nous étions forts, solides et solidaires! Cette soirée aura au moins permis de nous recentrer sur l'essence même du mouvement syndical. Nous avons un rôle de représentation, mais aussi de contestation sociale!

Nous avons rempli notre rôle. Et nous continuerons de le remplir tant et aussi longtemps que les gouvernements tenteront de nous imposer des réformes destructrices.

Ce texte a été coécrit avec Marie Pagès.

À LIRE AUSSI:

» Lettre à Gaétan Barrette d'une infirmière épuisée
» L'avenir du Québec appartient aux Québécois
» Changements climatiques et santé: l'incohérence du gouvernement Couillard
» Pour en finir avec les vaches sacrées en politique

À VOIR AUSSI: