LES BLOGUES
05/12/2018 13:20 EST | Actualisé 05/12/2018 13:29 EST

Sortir des CHU en PPP, c’est se redonner des moyens d’améliorer notre sort

Le gouvernement ne peut continuer de défendre le mode PPP qui nous ruine.

La première chose qu'on a entendue dernièrement, c'est la confirmation que le contrat du CUSM en PPP a été accordé frauduleusement. C'est quelque chose!
Mario Beauregard/CP
La première chose qu'on a entendue dernièrement, c'est la confirmation que le contrat du CUSM en PPP a été accordé frauduleusement. C'est quelque chose!

Grosse semaine dans le dossier des CHU en PPP. Au banc des accusés, les consortiums privés qui s'en mettent plein les poches pendant que le personnel du réseau se fait dire qu'il n'y a pas d'argent pour mettre fin à leur détresse.

La fraude au cœur des PPP

La première chose qu'on a entendue dernièrement, c'est la confirmation que le contrat du CUSM en PPP a été accordé frauduleusement. C'est quelque chose! C'est un des plus gros contrats de PPP. L'ex-dirigeant du CUSM Yanaï Elbaz admet avoir accepté un pot-de-vin de 10 millions pour que le contrat de construction et d'entretien du CUSM soit accordé à un consortium, avec SNC-Lavalin en tête. C'est au minimum 22,5 millions qui a été versé en pots-de-vin, le reste a été versé en grande partie à l'ex-directeur général du CUSM, le défunt Arthur Porter.

La confirmation de cette fraude, c'est un argument clé pour sortir des PPP. Mais, pour l'instant, ni le CUSM ni le gouvernement ne semble vouloir se mettre au travail. Dans le jugement de cette semaine, le juge Claude Leblond se surprend de la situation et demande:

Et pourquoi le CUSM n'a-t-il pas poursuivi SNC-Lavalin, puisque les 22,5 millions venaient d'eux, et qu'ils ont les moyens de payer des dommages? Juge Claude Leblond

La réponse est incroyable: « Parce que ce sont des partenaires d'affaires pour les 20 prochaines années, étant donné qu'ils ont eu le contrat pour la gestion de l'hôpital».

Le gouvernement doit évaluer toutes les options pour sortir du PPP. La résiliation des contrats, le rachat ou l'annulation, il a tout ce qu'il faut pour avoir un bon rapport de force face au consortium privé.

Pourquoi faut-il se préoccuper de ce qui se passe dans les CHU en PPP?

Je suis certain que plusieurs sont un peu perdus quand on parle du CHUM et CUSM en PPP. Je comprends très bien. Mais c'est important de s'y attarder parce que les sommes faramineuses qui sont données au privé ne servent pas à aider le personnel à bout de souffle.

Et au rythme où vont les choses, on n'a pas fini de payer si le gouvernement ne met pas ses culottes. Les contrats des PPP prévoient que le privé va faire l'entretien pour les 30 prochaines années et le tout dans le plus grand secret. Ils ne veulent pas qu'on sache combien ça coûte d'installer deux prises électriques pour deux frigidaires. La réponse: en mode PPP, ça coûte 8000$.

L'autre PPP, le CHUM n'est guère mieux. Les coûts de l'entretien du CHUM sont aussi secrets et La Presse nous a appris que pour aménager un petit local de 10 pieds par 10 pieds ça coûte plus de 20 000$.

C'est certain que ça coûterait bien moins cher si on faisait confiance aux ouvriers spécialisés du public.

Le gouvernement ne peut continuer de défendre le mode PPP qui nous ruine. Ce n'est pas pour rien que les contrats PPP sont secrets, c'est pour cacher l'abus des fonds publics. Ça ne peut plus durer!

Discours du Trône de François Legault

L'autre chose qui a retenu l'attention cette semaine, c'est le premier discours de François Legault à l'Assemblée nationale. Nous ne pouvons que nous réjouir de la place que semble vouloir donner le nouveau gouvernement à l'éducation. Un bon système d'éducation accessible à tous est fondamental.

Je présume par ailleurs que le nouveau gouvernement est conscient que l'une des principales raisons pour laquelle il forme le gouvernement est les ratés incroyables en santé, en services sociaux et dans les services de garde éducatifs.

Voyez-vous le lien entre les PPP, nos conditions de travail et les services à la population? À l'heure actuelle, on s'épuise pour que le gouvernement puisse continuer de payer une fortune pour le privé. C'est ça qu'il faut changer.

Lors de la campagne électorale, la CAQ a répondu à notre invitation de s'adresser aux délégués au congrès de la FSSS-CSN. François Paradis, critique de la CAQ en matière de santé et services sociaux à ce moment, nous a dit qu'avec ce gouvernement, nous allions voir un changement d'attitude. Qu'un gouvernement CAQ allait travailler avec nous pour trouver de vraies solutions aux problèmes importants dans ces réseaux. Nous nous attendons à ce que le gouvernement Legault respecte cet engagement. Il y a beaucoup de travail à faire.

Justement, j'étais à Trois-Rivières avec un de nos syndicats pour déposer une poursuite contre le CIUSSS de la Mauricie et Centre-du-Québec pour dénoncer le climat de travail malsain dans lequel est forcé d'évoluer le personnel en cette période de crise. Souhaitons que ce recours force l'employeur et le gouvernement à se mettre au travail pour appliquer des solutions.

À LIRE AUSSI:

» Quelle est la place du Canada dans le marché mondial du cannabis?
» Dans l'ère de la post-vérité, la mauvaise foi devient épidémique
» François Legault: cessez de faire l'idéologue avec l'urgence climatique

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.