LES BLOGUES
05/11/2018 11:40 EST | Actualisé 05/11/2018 12:01 EST

Transformer notre action syndicale pour gagner

Nous allons mettre les travailleurs à contribution pour trouver des solutions aux problèmes documentés de surcharge de travail, d'accès à la formation et de santé-sécurité au travail.

Elijah Nouvelage / Reuters
Nous allons offrir l'occasion à tous nos membres des quatre catégories du secteur public, de nous dire ce qu'ils veulent voir dans le projet à développer.

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) s'engage dans un mandat transformateur pour parvenir à améliorer le sort du personnel des réseaux de la santé, des services sociaux et des services de garde éducatifs. Pour y arriver, la FSSS veut inverser la pyramide et donner davantage de pouvoir aux travailleuses et travailleurs.

Un mandat transformateur

Lors de notre congrès triennal en juin dernier, la direction de la FSSS-CSN a présenté un projet ambitieux pour contrer les attaques des 15 dernières années contre les réseaux de la santé, des services sociaux et des services de garde éducatifs.

Cette semaine, nous voyons l'ensemble des délégué-es des syndicats locaux pour la première fois depuis notre congrès. Nous allons débattre ensemble des propositions du congrès et de leur mise en application. Nous voulons sortir de notre réunion avec un plan d'action qui va canaliser les énergies de nos délégué-es. Ensuite, nous allons voir les membres à la base pour définir ensemble la direction que nous allons prendre pour ce mandat.

Lors du congrès, nous avons promis de faire tous les efforts nécessaires pour «inverser la pyramide». En d'autres mots, nous avons l'intention de bâtir nos revendications et nos plans d'action à partir des priorités identifiées par nos membres, au lieu de faire une proposition provenant de la direction sur laquelle nos membres se prononcent pour ou contre.

Nous allons offrir l'occasion à tous nos membres des quatre catégories du secteur public, de nous dire ce qu'ils veulent voir dans le projet à développer.

Des enjeux à saisir pour améliorer le sort du personnel

Nous allons travailler sur plusieurs chantiers à la fois. Nous allons mettre les travailleuses et travailleurs à contribution pour trouver des solutions aux problèmes documentés de surcharge de travail, d'accès à la formation et de santé-sécurité au travail. Nous réfléchissons aussi aux revendications pour la prochaine ronde de négociation qui approche à grands pas (mars 2020 est la fin de la convention collective pour la vaste majorité de nos membres).

Comme mentionné précédemment, contrairement à l'habitude syndicale depuis des générations, la Fédération ne consultera pas ses membres avec un projet bien défini, sur lequel les membres se prononcent «pour» ou «contre» en assemblée générale. Au contraire, nous allons offrir l'occasion à tous nos membres des quatre catégories du secteur public, de nous dire ce qu'ils veulent voir dans le projet à développer.

Le mouvement syndical doit se remettre en question et tout mettre en œuvre pour connecter avec les gens qu'il représente et pour reprendre l'offensive pour gagner.

Nous sommes conscients que les attentes sont très importantes après tant d'années d'austérité. Ces années ont eu des impacts négatifs sur la non-reconnaissance du travail et sur la qualité des services. Mais, comme comité exécutif, nous avons pris l'engagement au congrès de la Fédération que c'est notre monde qui est le mieux placé pour définir les priorités de négociation et éventuellement définir quelles actions il faudra faire pour avoir une réponse satisfaisante du gouvernement.

Déterminées à avancer

Nous avons fait un constat clair: il est temps de faire autrement. Le mouvement syndical doit se remettre en question et tout mettre en œuvre pour connecter avec les gens qu'il représente et pour reprendre l'offensive pour gagner. Après des années de stagnation, nous n'avons plus le choix de transformer nos pratiques.

La direction politique de la FSSS-CSN trouve très stimulants les défis devant nous. Dans les derniers mois avec notre campagne «Assez! Personnel surchargé», le personnel des réseaux a clairement indiqué que la réforme Barrette et des années de coupes budgétaires étaient un échec total et que des changements sont urgents pour rétablir les choses.

Les missions fondamentales de l'État québécois ont été mises à mal depuis quelques années. C'est vrai dans la santé, dans les services sociaux, dans les services de garde et dans l'éducation.

Ce n'est plus un secret pour personne. Des investissements importants vont être nécessaires pour rétablir une qualité de services dont la population est en droit d'exiger. Les dégâts de 15 ans de coupes ont laissé des traces incroyables sur les services et le personnel. Nos membres sont les mieux placés pour identifier les solutions pour régler les problèmes de services et ceux des conditions de travail du personnel.

Le personnel soutient ces réseaux à bout de bras. Il est maintenant temps d'attaquer de front les deux problèmes. Nous espérons que le nouveau gouvernement va respecter son engagement, devant notre congrès, d'engager un dialogue avec nous pour le bien-être de la population et de nos membres. Il n'y a aucun ministre, aussi bon ou bonne soit-elle, qui est capable de réparer seul les dégâts des dernières années. Des solutions à long terme nécessitent l'implication de tout le monde, en commençant par nos membres qui sont sur le terrain tous les jours.

À LIRE AUSSI:

» L'administration Plante, un an après

» Les obscures sections spécialisées de la police

» Malgré ce qu'en dit l'IEDM, réduire la taille de l'État serait un choix idéologique