LES BLOGUES
07/05/2013 06:51 EDT | Actualisé 07/07/2013 05:12 EDT

Suggestion de cadeau

Courtoisie

Cette lettre ouverte signée par Jeanne Lagabrielle est écrite au nom de la Coalition des familles homoparentales.

Dans votre dernier numéro de Popi (mai 2013), vous avez souhaité clarifier la position du magazine concernant la représentation quasi exclusive d'une famille composée d'une maman, d'un papa et d'un enfant. Vous avez ainsi montré une vision étriquée de la famille, mais aussi du rôle de la littérature

jeunesse.

En effet, vous avez souligné que la rareté des représentations de familles monoparentales, recomposées et nombreuses ainsi que l'absence totale de représentations de familles homoparentales ne relevait pas selon vous de la discrimination, mais d'un «certain idéalisme». Vous sous-entendez doncque ces quatre formes de familles sont forcément par trop éloignées del'idéal pour un enfant. Oui, que vous le vouliez ou non, il s'agit bien de discrimination que de porter un jugement de valeur en ne s'appuyant que sur des idées reçues. Nous vous invitons à lire le livre de la chercheuse Susan Golombok, Parenting: what really counts, qui montre que l'idéal ou les obstacles à l'idéal pour le développement d'un enfant ne sont pas à chercher dans la structure familiale, mais dans les relations humaines qui se jouent à l'intérieur de sa famille.

De plus, si l'on continue à décoder la suite de votre message à la lumière de votre volonté de garder les familles homoparentales «carrément inconnues» (nous vous citons toujours, aussi incroyable cela puisse-t-il paraître), que pensez de votre justification: «Le rêve universel est celui de l'amour»? Que deux hommes ou deux femmes ne peuvent s'aimer? Ou encore de celle-ci: «Plusieurs enfants, qui s'accommodent fort bien de leur maisonnée atypique, se projettent quand même dans un idéal plus classique»? Qu'un enfant qui grandit avec deux parents de même sexe aurait préféré deux parents de sexe opposé, que, dans ses rêves inavoués, il échangerait bien un de ses parents contre un autre?

Concernant la conception de votre mission, vous affirmez «POPI autorise et encourage les tout-petits à se voir au coeur d'une famille d'amour et d'harmonie, que leur foyer réel cadre ou non avec cet idéal. Un cadeau pour la vie!» Nous avons déjà écrit plus haut que la structure familiale n'influait pas sur le degré d'amour et d'harmonie présent dans une famille. Nous souhaiterions donc soulever une autre objection. Il est essentiel pour l'estime de soi d'un enfant de voir sa réalité représentée dans ses lectures, afin qu'il voie que celle-ci est aussi digne que les autres et qu'il profite de l'expérience des personnages de fiction pour construire ses propres réponses à son environnement proche. Il est tout aussi essentiel pour un enfant de voir d'autres réalités que les siennes représentées, afin qu'il se construise une compréhension du monde qui l'entoure, qu'il saisisse tout à la fois les similitudes et les différences entre son propre vécu et celui des autres.

Si vous voulez offrir un «cadeau pour la vie» à celles et ceux qui, sur les genoux d'un parent, découvrent chaque mois les mots et les images qui leur sont adressés, en voici un que nous vous soufflons à l'oreille: offrez leur la surprise de voir toute la diversité familiale dessinée et nommée, offrez-leur la joie de reconnaître leur famille, offrez-leur le plaisir du questionnement et de la découverte de familles différentes.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST QUÉBEC

Quelques pubs contre l'homophobie