LES BLOGUES
15/04/2019 15:59 EDT | Actualisé 15/04/2019 15:59 EDT

Un scrutin proportionnel mixte apportera davantage de stabilité à l'Assemblée nationale

Ce changement entraînera davantage de gouvernements de coalition et les députés seront encouragés à discuter et négocier afin d’adopter des positions qui rallient une majorité de citoyens.

Mathieu Belanger / Reuters
Les députés les plus appréciés dans leur circonscription ou leur région feront vraisemblablement plus de mandats. Au contraire, les candidats les moins populaires auront moins de vagues auxquelles s’accrocher.

Dans un article récent, Martine Biron soulève l'épouvantail des députés qui pourraient être «sacrifiés» à la suite de la réforme électorale qui est en préparation. Il s'agit d'une image forte, mais à courte vue. Pourquoi encourager les élus à adopter une mentalité carriériste et partisane?

Heureusement, le premier ministre et la ministre Lebel ont fait preuve de courage et de vision à long terme sur ce dossier en se prononçant clairement en faveur de l'intérêt commun. À titre d'exemple, lors du point de presse du 26 février dernier, Sonia Lebel a déclaré: «Mon objectif n'est pas de bafouer des collègues, de laisser tomber des collègues [...] Mon objectif est de travailler dans l'intérêt public et d'avancer dans ce sens-là. Et c'est le mandat qu'on m'a donné.»

C'est un fait établi: le mode de scrutin actuel (uninominal majoritaire à un tour) entraîne des distorsions entre la proportion des votes pour un parti et sa représentation à l'Assemblée nationale. Ces distorsions amplifient les vagues issues de la conjoncture (au moment du vote) et c'est le parti gagnant à l'échelle nationale qui en bénéficie.

SUR LE MÊME SUJET:

» Doit-on voter à la proportionnelle?

» Mode de scrutin: une réforme essentielle, mais qui doit remplir ses promesses

» La CAQ promet de réformer le mode scrutin dès l'an un

Ceci provoque fréquemment un changement radical dans la composition de l'Assemblée, où 100% du pouvoir passe du jour au lendemain d'un parti à un autre. Ainsi, les plans à long terme d'un gouvernement (ex: pour la transition énergétique) peuvent être démantelés par le gouvernement suivant. Grâce au mécanisme de compensation du scrutin proportionnel mixte, les allers-retours d'une politique à l'autre seront plus rares et moins intenses.

Par ailleurs, les distorsions ne profitent pas toujours au même parti. Au contraire, les vagues sont relativement imprévisibles. Un candidat serait dans l'erreur de s'imaginer que les distorsions l'avantageront aux prochaines élections parce qu'elles l'ont avantagé aux précédentes.

Rappelons-le, ce changement en cours dans le système électoral entraînera davantage de gouvernements de coalition. Les députés seront encouragés à discuter et négocier afin d'adopter des positions qui rallient une majorité de citoyens. Faut-il s'étonner qu'un parti ayant le mot «coalition» dans son nom soit ouvert à ce mode de gouvernance? Au contraire, je trouve ça rassurant.

Les députés les plus appréciés dans leur circonscription ou leur région feront vraisemblablement plus de mandats. Au contraire, les candidats les moins populaires auront moins de vagues auxquelles s'accrocher. Le scrutin proportionnel mixte apportera donc une stabilité accrue dans la composition de l'Assemblée nationale, favorisant la planification à long terme.

Plutôt que de nous faire douter, cette réforme audacieuse devrait nous inspirer!

À LIRE AUSSI:

» Les «trop-perçus» d'Hydro-Québec: faut-il s'en plaindre ou s'en réjouir?

» Avons-nous besoin de croix ou de croyants?

» Ménage du printemps à la Marie Kondo

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.