LES BLOGUES
14/12/2018 11:46 EST | Actualisé 14/12/2018 11:48 EST

McGill: j'en ai fièrement porté les couleurs, «Redmen» n'est pas une insulte raciste

Je suis attristé par les récentes démarches visant à remplacer le nom des équipes sportives de McGill en prétendant que le mot Redmen est une insulte raciste, péjorative et méprisante envers les communautés autochtones.

Canadian Press / Jacques Boissinot
Durant ma carrière à McGill j'ai connu des athlètes d'origine amérindienne qui ont fièrement défendus les couleurs des Redmen. Je n'ai jamais entendu l'un d'eux exprimer qu'ils se sentaient dénigrés par le nom.

En tant qu'ancien joueur de football à l'université McGill, j'ai fièrement porté les couleurs des Redmen de l'Université McGill entre 1994 et 1998. Je suis attristé par les récentes démarches visant à remplacer le nom des équipes sportives de McGill en prétendant que le mot Redmen est une insulte raciste, péjorative et méprisante envers les communautés autochtones.

Je voudrais préciser que je respecte l'opinion des gens qui se sentent blessés par le mot et j'ai écouté leurs arguments avec une ouverture d'esprit. J'ai pris le temps et l'effort pour m'éduquer sur l'origine du mot et réfléchir sur ce que le nom Redmen signifie.

Il n'y a aucun doute que le nom Redmen est originalement en référence aux couleurs de l'équipe. Selon les archives de l'université, le nom Redmen date de 1928. De 1898 à 1928, plusieurs noms différents ont été utilisés pour les différentes équipes sportives, la majorité faisant référence aux couleurs du drapeau et du sigle de l'Université; c.-à-d. «The Red Team», «The Red and White», «The Red Team», etc.

Malheureusement, il y a eu une époque, commençant dans les années 50, où des logos associés à la culture autochtone ont été utilisés sur les uniformes.

Je comprends parfaitement bien comment ces logos peuvent être perçus comme étant offensifs par certains, mais le recours à des symboles autochtones n'est certainement pas pour les tourner en dérision, mais plutôt pour valoriser des valeurs positives de fierté, force, combativité, etc.

Ce mal a été corrigé lorsque l'Université a créé un comité ayant étudié l'origine du nom Redmen en 1992. À ce moment, la décision fut prise d'adopter une politique interdisant l'utilisation de logos autochtones. Depuis maintenant près de 30 ans, aucune référence autochtone n'a été utilisée.

Durant ma carrière à McGill, j'ai connu des athlètes d'origine amérindienne qui ont fièrement défendu les couleurs des Redmen. Je n'ai jamais entendu l'un d'eux exprimer qu'ils se sentaient dénigrés par le nom.

Je n'ai aussi jamais entendu un commentaire négatif jusqu'à très récemment. Je voudrais aussi rappeler qu'il y a plusieurs équipes sportives provenant de populations autochtones qui utilisent des noms à connotation amérindienne tels Indians, Redmen, Braves et je ne suis pas au courant d'un mouvement qui s'oppose à l'utilisation de ces noms.

La majorité des gens qui ont porté les couleurs des Redmen sont fortement opposés au changement de nom.

Pour ceux qui se sentent attaqués par le nom Redmen, je les invite à s'éduquer sur l'origine du mot qui est sans aucun doute dérivé des couleurs de l'équipe. La majorité des gens qui ont porté les couleurs des Redmen sont fortement opposés au changement de nom. Pour tous ces anciens Redmen, incluant des gens d'origine autochtones, le nom ne représente pas et n'a jamais représenté les peuples autochtones de manière négative.

J'ai de très beaux souvenirs de mes années à l'université McGill et la fierté avec laquelle j'ai défendu les couleurs des Redmen. Je suis fier du nom Redmen et de la riche tradition des équipes sportives associées à une des plus prestigieuses institutions académiques en Amérique du Nord.

À LIRE AUSSI:

» L'anglais en milieu académique, l'inarrêtable expansion

» Enseignants: quelle est la source du problème dans le port de signes religieux?

» Malaise néolibéral: l'envahissement de l'espace culturel par la compétition outrancière

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.