LES BLOGUES
22/12/2016 06:08 EST | Actualisé 22/12/2016 06:09 EST

Jordan Lebel brille en snocross aux États-Unis

Encore une fois le week-end dernier au Colorado, le jeune homme est grimpé sur le podium coup sur coup. Après des qualifications toutes dans le top 3, il brillera sur la plus haute marche lors des finales dans ses deux catégories. Il est le plus rapide de son âge au monde, point.

Je n'ai jamais aimé le mot « prodige ». À quelques exceptions près, un athlète ou une personne qui excelle dans sa discipline a mis les efforts pour mériter son titre.

Pilote de snocross, un sport s'apparentant au motocross, mais sur une motoneige dans un circuit de bosses, Jordan Lebel excelle. Le jeune homme de 12 ans, originaire de Ville de Saguenay, nous fait tomber la mâchoire de stupéfaction plus qu'à son tour. Des heures sur sa motoneige Ski-doo, Lebel en a passé à en perdre la notion du temps.

Oui, il y a bien le talent inné et l'intérêt pour cette passion qui le fait carburer à plein régime, mais il a tout, tout pour se réaliser. Pratiquer avec les meilleurs pilotes au monde à la maison, avoir le soutien financier et technique de ses parents et de son mécano : un cadeau du ciel. Du haut de ses 12 ans, il semble voir de plus en plus les nouveaux sommets qui se dessinent au loin.

Les sports motorisés sont une affaire de famille chez les Lebel, et ça peut mener loin. Jordan prend la route (ou l'avion) plusieurs fois par saison avec son père Janathan en direction des États-Unis : il participe au Championnat américain de snocross ISOC. Rien d'impressionnant vous me direz quand on a le temps et le fric, j'en conviens. Y participer c'est une chose, encore faut-il y voir le potentiel et des ambitions pour s'y illustrer. D'ailleurs, le pilote au # 511 participe au programme Sports-Études afin de concilier le tout.

Je vous assure pour l'avoir vu, quand il débarque de l'autre côté de la frontière, Jordan ne chôme pas, il participe à deux classes par jour 8-12 ans et 10-13 ans. Incluant les qualifications, cela consiste en six courses, souvent l'une après l'autre.

Un début de saison en constance

Encore une fois le week-end dernier au Colorado, le jeune homme est grimpé sur le podium coup sur coup, à en subjuguer les animateurs du réseau américain de télévision CBS. Après des qualifications toutes dans le top 3, il brillera sur la plus haute marche lors des finales dans ses deux catégories. Qu'importe, il est le plus rapide de son âge au monde, point.

Inutile de vous dire que d'être sur le réseau national américain à deux reprises dans les deux premières manches du championnat, ça fait tourner des têtes et ça allume des cerveaux. Si la tendance se maintient, on peut imaginer que le timide pilote sera courtisé par l'une ou l'autre des équipes Ski-doo d'ici les prochaines saisons, si ce n'est déjà fait.

Il peut d'ailleurs déjà compter sur de plusieurs commanditaires comme XPS Oil, Woody's, Cyclopgear, Troy Lee Design, Technikem, Abattage BCD, KYB suspensions, et bien d'autres.

Jordan, tu as énormément de talent, mais surtout une chance que peu de jeunes de ton âge ont. Il y a des camarades à l'école qui vont rêver toute leur jeunesse d'avoir une planche à neige et de l'amour. Toi, tu vis déjà ton rêve et tes parents te supportent, dors là-dessus !

Une discipline inconnue

Malheureusement au Québec, la discipline du snocross est totalement inconnue du public, et pourtant. Les Tim Tremblay, Megan Brodeur, Dany Poirier et Maxime Taillefer sont connus des mordus de sports motorisés partout aux É-U. On fait la queue pour avoir leurs autographes, et leurs visages sont placardés sur les écrans géants. On parle ici d'athlètes, d'entraînement, de régime de vie, de discipline, pas de campagnards de fond de rang avec une motoneige.

Ça me rappelle une émission de Tout le monde en parle ou Pierre-Luc Gagnon, champion du monde de skateboard totalement inconnu au Québec, nous expliquait à quel point on n'est « pas là pantoute » dans le domaine des sports extrêmes. Ici, on considère ce genre de personnes comme des ados attardés qui n'ont pas vieilli et non pas comme des athlètes. Je serai donc sûrement psychoéducateur dans une prochaine vie.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Snoped, la motoneige futuriste

  • Brian Kelly
  • Dean Van Dis
  • Dean Van Dis
  • Brian Kelly
  • Dean Van Dis
  • Brian Kelly