LES BLOGUES
01/05/2018 09:00 EDT | Actualisé 01/05/2018 16:02 EDT

Tuer pour tuer

Chaque fois, pendant des semaines, on nous bassine d'hypothèses ridicules qui n'apportent strictement rien à personne, puisqu'à la base, il n'y a qu'une seule raison à cette folie: la maladie mentale.

Carlo Allegri / Reuters
Pourquoi Alek Minissian a-t-il décidé de prendre sa voiture, un matin, et d'aller faucher des piétons qui ne demandaient rien à personne? Maladie mentale.

Je ne suis plus l'actualité. J'attrape les grandes lignes si je suis dans ma voiture à la bonne heure, mais je ne cherche plus à m'informer. Je pourrais vivre en Chine, ou au Liban, pour ce que je sais des nouvelles de mon propre voisinage. D'une façon ou d'une autre, s'il devait se passer quelque chose d'important, je sais que cela me rattrapera. Que ce soit par des conversations au boulot ou dans la file d'attente d'un café, par Facebook ou par un ami, je finirai par en entendre parler. Je n'ai aucun intérêt pour le fait divers, et tout ce qui le dépasse est couvert de façon abusive par les médias, au point où il est impossible d'y échapper, à moins de vivre dans une grotte...

J'ai naturellement entendu parler des événements de Toronto. Pas immédiatement, mais quelques heures après les faits. J'aimerais dire que ce genre d'horreur me surprend encore lorsqu'elle survient, mais que l'on en soit rendu à faire le parallèle avec des événements similaires survenus ailleurs dans le monde donne une assez bonne indication de la presque banalité de la chose. L'horreur, désormais, est un fait divers comme un autre...

Je compatis avec les dix victimes, les seize blessés, et leurs familles, mais sincèrement? Je ne les connaissais pas. La veille, cinquante personnes ont été tuées, et cent douze autres blessées, dans un attentat anti-électoral perpétré à Kaboul, une tragédie à peine couverte par les médias, et je ne considère pas que leurs vies valaient moins que celle d'habitants de la Ville-Reine parce qu'ils habitaient à plusieurs milliers de kilomètres plutôt qu'à quelques centaines. Ce qui touche la population, ce n'est pas la mort d'innocents. C'est la possibilité, dans un avenir rapproché, de faire partie d'un pareil bilan.

Ce qui me pousse toutefois à délaisser les médias, le plus souvent, est de voir à quel point ils tentent d'étirer la sauce. On peut ou non argumenter sur le fait que de rapporter de tels événements offre la publicité souhaitée aux cinglés qui passent aux actes, sans parler du risque d'en inspirer d'autres, mais il serait assez difficile de simplement ignorer de telles tragédies. Ce qui me dégoûte, toutefois, est de les voir s'étendre jusqu'à plus soif sur les motivations potentielles de tels actes de barbarie. Chaque fois, pendant des semaines, on nous bassine d'hypothèses ridicules qui n'apportent strictement rien à personne, puisqu'à la base, il n'y a qu'une seule raison à cette folie: la maladie mentale.

De tenter de leur trouver des motivations, c'est vouloir partager les lubies de leurs esprits dérangés.

Pourquoi Joe Lombardo, le tueur de Las Vegas a-t-il fait ce qu'il a fait? Pourquoi Bissonnette est-il entré dans une mosquée pour tuer des innocents? Pourquoi Alek Minissian a-t-il décidé de prendre sa voiture, un matin, et d'aller faucher des piétons qui ne demandaient rien à personne? Maladie mentale. De tenter de leur trouver des motivations, c'est vouloir partager les lubies de leurs esprits dérangés.

Le terrorisme a la cote, et le dos large, mais pas à ce point. Les terroristes ont un but. Tout aussi malsain, et dérangé, sans aucun doute, mais ils visent quelque chose. Obtenir la libération de prisonniers de leur mouvement. Empêcher la tenue d'élections, ou influencer celles-ci en indiquant aux électeurs que de se rendre aux urnes pourrait leur coûter la vie. Causer la chute de l'occident. Allez savoir...

Un type qui entre dans une mosquée pour tirer sur des gens venus prier ne vise rien. Il laisse simplement libre cours à son racisme, et à sa folie. Un homme qui tire du trente-deuxième étage d'un hôtel sur des gens venus écouter de la musique ne vise rien. Un cinglé qui fauche des piétons intentionnellement ne vise rien. Ne peut avoir une raison logique d'agir ainsi. Il tue pour faire parler de lui. Il tue parce qu'il n'en peut plus d'être lui-même. Il tue pour tuer.

La plus grande connerie, je crois, ayant découlé de l'attaque de Toronto a été de donner de la visibilité aux Incels. Un mouvement dont le nom pourrait se traduire, en français, par célibataires involontaires. J'en avais entendu parler lors de la tuerie perpétrée par Elliot Rodger en Californie, mais je n'y avais pas porté plus d'attention que ça. Comme Minassian et même Alexandre Bissonnette, le tueur de Québec, y ont également fait référence, le mouvement a refait surface dans les médias, ces derniers temps.

Les Incels, derrière leur idéologie et leur organisation, sont, en clair, un groupe de losers finis. Des frustrés, quoi, qui ne parviennent pas à se trouver de conjointe et qui, plutôt que de se demander pourquoi, préfèrent penser qu'il en est ainsi parce que toutes les femmes de la planète leur en veulent. Parce qu'elles leur ont volé leur pouvoir. Du gros n'importe quoi, finalement. Bien que la plupart de leurs membres se soient dissociés des tueurs s'étant réclamés de leur mouvement, nombre de leurs membres se sont également réjouis de voir des femmes assassinées dans les attaques. Et on s'étonnerait ensuite qu'ils soient célibataires, volontairement ou pas? Plus je lis sur eux, plus je demeure abasourdi.

Je peux comprendre que l'on soit dépité d'être rejeté par une femme, ou de ne pas avoir trop de succès auprès du beau sexe, mais de là à en faire un mouvement?

Je peux comprendre que l'on soit dépité d'être rejeté par une femme, ou de ne pas avoir trop de succès auprès du beau sexe, mais de là à en faire un mouvement? Et encore, s'il s'agissait d'un groupe de soutien où les perdants pouvaient se retrouver, passe encore, mais ils prônent bien souvent la violence contre les femmes qui les empêchent d'être de «vrais » hommes! Ils tiennent des discours pro-violence, et pro-viol! Juste avant de se lancer sa voiture dans son parcours de mort, Minassian a écrit sur Facebook que la «rebellion Incel » était lancée... La façon dont les journaux ont couvert le mouvement et donné de la publicité à ces malades est néfaste, et n'apporte rien à l'actualité.

Car lorsqu'un homme considère que les femmes sont responsables de son manque de popularité auprès d'elles, c'est déjà un signe que quelque chose ne tourne pas rond entre ses deux oreilles...

Alors, tenter pendant des jours et des jours de trouver une raison logique au fait qu'il ait fauché deux douzaines de piétons sur un trottoir à l'heure du midi, en plein Toronto? C'est étirer la sauce, jusqu'à en faire de la flotte.

Cliquez ici pour consulter le blogue de Jean-Michel David.