LES BLOGUES
14/02/2018 09:00 EST | Actualisé 14/02/2018 09:00 EST

Journées de la persévérance scolaire: une même chance de réussir

Il est inacceptable que 21% des jeunes Québécois n’obtiennent pas de diplôme ou de qualification avant l’âge de 20 ans et qu’encore trop de jeunes aux parcours atypiques ne trouvent pas leur place dans la société.

Getty Images/Blend Images

Beaucoup de jeunes Québécois réussissent à l'école grâce, entre autres, à l'engagement de leur famille, de leurs amis, des membres de leur entourage qui les ont encouragés. C'est aussi grâce au dévouement extraordinaire des enseignants, des éducateurs, des professionnels, des directions et des intervenants de tous les milieux qui les ont soutenus tout au long de leur parcours, et ce, depuis leur petite enfance. Les Journées de la persévérance scolaire, qui se déroulent en ce moment, sont l'occasion de souligner la réussite de ces jeunes qui parviennent à poursuivre leur parcours éducatif jusqu'au développement de leur plein potentiel.

Mais s'il faut se réjouir de ces réussites, il est toutefois inacceptable de constater qu'encore aujourd'hui, 25 % des enfants sont vulnérables à la maternelle dans au moins un domaine de développement et que cette proportion dépasse 30 % dans les milieux défavorisés. Il est inacceptable que 21 % des jeunes Québécois n'obtiennent pas de diplôme ou de qualification avant l'âge de 20 ans et qu'encore trop de jeunes aux parcours atypiques ne trouvent pas leur place dans la société. Il est inacceptable de constater que plus de 165 000 jeunes de moins de 18 ans vivent sous le seuil de la pauvreté au Québec. Le sort qui bien souvent les attend est tout aussi inacceptable. D'après une récente étude du Conseil supérieur de l'éducation, selon le milieu dans lequel ils évoluent, les jeunes Québécois n'ont pas tous la même chance de réussir. Ce n'est pas seulement leur développement qui est compromis, c'est aussi celui de toute notre société.

Plusieurs organismes, groupes, initiatives de la société civile et institutions partagent l'aspiration collective de créer les conditions permettant à chaque enfant et chaque famille de se réaliser pleinement. Il s'agit d'un projet de société fondamental qui nécessite une volonté commune et l'engagement du plus grand nombre. C'est la raison pour laquelle nous sommes fiers de soutenir plusieurs de ces acteurs et d'être partenaires des Journées de la persévérance scolaire.

C'est avec beaucoup d'espoir que nous constatons dans la société une volonté nouvelle de faire de la réussite éducative des jeunes une priorité partagée par tous.

C'est avec beaucoup d'espoir que nous constatons dans la société une volonté nouvelle de faire de la réussite éducative des jeunes une priorité partagée par tous. Nous sentons que cette volonté rallie, chaque jour, davantage de groupes sociaux, de leaders économiques et de leaders gouvernementaux dans ce qui ressemble de plus en plus à un mouvement collectif. Autant l'opinion publique que l'ensemble des acteurs qui travaillent auprès des enfants et des jeunes s'accordent pour dire que le temps est venu de mettre en place des conditions favorables et des mesures concertées pour que tous les jeunes Québécois, sans exception, développent leur plein potentiel.

Par la diversité des acteurs impliqués (petite enfance, scolaire, familial, communautaire, municipal, économique, services gouvernementaux, etc.), la récente Politique de la réussite éducative et la Stratégie 0-8 ans, qui en découle, sont l'illustration que ce mouvement influe sur les politiques publiques. Plus largement, toutes les politiques en lien avec le parcours éducatif des jeunes Québécois doivent également s'arrimer de façon cohérente entre elles. Pensons notamment au récent Plan d'action gouvernemental pour l'inclusion économique et la participation sociale.

Souhaitons que chacun d'entre nous choisisse de joindre ce mouvement et de poser les gestes qui permettront de lever de façon efficace et durable les obstacles à la réussite éducative d'encore trop de jeunes Québécois.