LES BLOGUES
01/09/2016 08:40 EDT | Actualisé 01/09/2016 08:40 EDT

Le sens de l'éducation

ENSEIGNER AU 21e SIÈCLE - Le but de l'éducation, selon Hannah Arendt, c'est la formation de l'homme en vue de son plein épanouissement comme personne, c'est-à-dire en vue de son bonheur.

Au premier cours de philosophie, je demande à mes étudiants ce qu'ils viennent faire ici dans cette salle de classe; pourquoi ils sont ici; pourquoi ne sont-ils pas plutôt chez eux à faire autre chose que venir assister à un cours de philosophie. La plupart sont incapables de répondre. Je me permets de rire d'eux, afin de les provoquer, en leur disant qu'ils ne savent pas ce qu'ils font! Ils ne paraissent pas maîtres d'eux-mêmes et automnes malgré qu'ils soient de jeunes adultes.

Au-delà de l'obligation de suivre un cours de philosophie, insistais-je alors, pourquoi le législateur les contraint à suivre des cours (trois) de philosophie? Soudain, la lumière apparaît, certains avancent cette réponse : pour apprendre. Quelle est donc la valeur, je demande ensuite, que sous-tend l'apprentissage? Un étudiant lance alors : l'éducation ! À chaque fois, j'ai l'impression de faire comme Socrate qui se disait «accoucheur» des esprits de ses interlocuteurs.

Les étudiants assistent donc à leurs cours parce qu'ils chérissent la valeur de l'éducation. Pourquoi dès lors tant chérir l'éducation? Quel est le sens de l'éducation? Quel est son but, sa direction? «Questions philosophiques!», leur dis-je, «... parce que la philosophie s'intéresse en toute priorité aux questions de sens. Le sens est viscéral à un être humain, et c'est faire injure à son intelligence que de le priver de sens.»

Je pose aujourd'hui à mes lecteurs la même question qu'à mes étudiants : qu'est-ce qu'éduquer? Pourquoi éduquer? Il existe un grand nombre de définitions de l'éducation. (J'invite le lecteur à consulter la bible en éducation, le Dictionnaire actuel de l'éducation de Renald Legendre). Pour ma part, j'aime n'en tenir à la définition littérale du mot latin educare, mener au bien (ducere : conduire ; care: prendre soin, élevé). La question devient dès lors celle du sens à donner au bien auquel le pédagogue doit conduire l'enfant ou le jeune adulte. Là-dessus, on comprendra volontiers que les avis divergent.

Or, au Québec, l'éducation menant au bien est bien circonscrite. L'éducation est calquée sur la définition que le philosophe américain John Dewey (1859-1950) en a donné : «...l'éducation est une fonction sociale qui assure le développement des êtres non parvenus à maturité en les faisant participer à la vie du groupe auquel ils appartiennent.» (Démocratie et éducation, chapitre VII, publiée en 1916). Donc, selon Dewey - ce qu'il désigne par ailleurs comme étant la conception « progressiste » de l'éducation -, l'éducation est foncièrement de nature sociale, démocratique en l'occurrence, puisque nous qui vivons comme Dewey dans une démocratie. Éduquer ne vise pas tant à former des personnes pour elles-mêmes, mais de bons citoyens. C'est l'éducation à la citoyenneté qui, aujourd'hui, a le vent dans les voiles. Ainsi, selon la définition progressiste de Dewey, le bien auquel doit parvenir l'étudiant est le bien social; bref, le bien commun. C'est là, soi-disant, une « richesse collective » que l'État doit assurer et protéger, tout comme il doit protéger les richesses naturelles que recèle le sol québécois. Ce bien est un savoir-faire, et non pas tant un savoir comme tel.

«En fait, le but de l'éducation, selon Hannah Arendt, c'est la formation de l'homme en vue de son plein épanouissement comme personne, c'est-à-dire en vue de son bonheur.»

Dans ce contexte pédagogique, le professeur détient lui aussi des savoir-faire bien plus que des savoirs. La pédagogie devient dès lors une science de l'enseignement en général; une sorte de réservoir d'outils permettant d'enseigner n'importe quelle matière, n'importe quel contenu. Le professeur devient alors une sorte d'expert, de technocrate du savoir-faire.

L'éducation progressiste n'est pas, tant s'en faut, partagée par tous. Par exemple, la philosophe allemande Hannah Arendt (1906-1975), s'est faite la défenseure d'une éducation « conservatrice » dans son grand essai La crise de l'éducation (1954). Selon elle, l'éducation doit protéger et conserver l'enfant ou le jeune adulte de ce qu'il n'est pas encore, à savoir une personne adulte. En fait, le but de l'éducation, selon Hannah Arendt, c'est la formation de l'homme en vue de son plein épanouissement comme personne, c'est-à-dire en vue de son bonheur. L'éducation « conservatrice » doit donc conduire à quoi ? Au bonheur.

Or, l'éducation sociale ou progressiste, qui a cours aujourd'hui, a rejeté le bonheur comme fin ultime de l'être humain. L'éducation « conservatrice », elle, veut réhabiliter cette donnée fondamentale. Ce n'est pas le bien de la société que vise l'éducation conservatrice, mais le bonheur définit comme épanouissement d'un être humain en tant que personne singulière. L'être humain n'est pas un être social, un être « collectivisé ». Ce n'est pas qu'un « numéro » parmi d'autres, un simple « objet » plus ou moins semblable aux autres. C'est un être unique, original, singulier.

Il est vrai, par ailleurs, que le jeune entre en relation avec d'autres comme lui, tout aussi unique, original et singulier. C'est dans ses rencontres qu'il se forme et se transforme. L'être humain est un être relationnel. C'est cela que l'éducation doit assurer et protéger.

Je laisserai le mot de la fin à John Lennon qui, dans cette citation de lui, avait tout compris. « Quand j'étais petit, ma mère m'a dit que le bonheur était la clé de la vie. À l'école, quand on m'a demandé d'écrire ce que je voulais être plus tard, j'ai répondu "heureux". Ils m'ont dit que je n'avais pas compris la question, je leur ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie.»

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

  • Librairie "M'Enfin" à Rennes
    Librairie
    "L'anniversaire de Kim Jong-Il"
    Scénariste/auteur : Aurélien Ducoudray Dessinatrice : Mélanie Allag

    "Le scénariste a pris le prétexte d'un enfant en Corée du Nord qui fête son anniversaire en même temps que Kim Jong-Il. Et il est content parce qu'en Corée du Nord les anniversaires ne se fêtent pas, mais lui il peut célébrer le sien en fêtant en même temps celui de Kim Jong-Il. L'auteur va dépeindre la Corée du Nord à travers les yeux de cet enfant, sa naïveté. Pendant la première partie, il décrit la Corée du Nord comme un pays fantastique tandis que la Corée du Sud serait le mal ultime.
    Un jour, son père rentre du travail, de la mine. Il ne peut plus supporter sa vie et veut quitter la Corée du Nord. On suit le parcours de ce gamin et de sa famille. C'est vraiment intéressant de découvrir cette culture, ce pays, à travers l’œil d'un enfant. Et puis il y a aussi l'humour avec lequel c'est dépeint. Cette légèreté enlève la gravité dans le traitement."

    "Iroquois" Auteur: Patrick Prugne

    "C'est sa première BD sur les amérindiens. Elle raconte l'histoire de Samuel de Champlain chargé par le roi de France d’explorer et de pacifier les rives du Saint-Laurent. Le point de départ est la guerre contre les Iroquois. Les planches sont vraiment magnifiques, toute en couleur."
  • Librairie "La Lison" à Lille
    Librairie
    "Une bouche sans personne" Auteur: Gilles Marchand
    "Il s'agit d'un premier Roman. Il raconte l'histoire d'un homme qui, tout les jours, compte, décompte, recompte. Il est comptable. Sa vie est vraiment ennuyeuse. Il faut toujours la même chose mais, le soir, lorsqu'il arrive au bar et retrouve ses amis du comptoir tout change. La monotonie de sa vie s'évapore dès qu'il rentre dans ce bistrot. il a une bouffée d’oxygène.
    Depuis son enfance, il se cache derrière une écharpe. Un mystère. En réalité, il cache une cicatrice dont il n'a jamais parlé. Un jour, dans le bistrot, il se renverse son café brûlant dessus et court aux toilettes. Il quitte le bar laissant ses amis sans explications. Le lendemain après réflexion, il décide de raconter son histoire. Le récit prend un tour surréaliste et des gens viennent l’écouter en masse. Il revit. C'est un texte très touchant et dont la fin est très surprenante. Dès qu'il décide de se livrer tout peut prendre forme et on peut enfin rêver."
    "Le Grand Jeu" Auteur: Céline Minard
    "Elle nous raconte l'histoire d'une femme qui a décidé de tout quitter pour vivre en haute montage. On suit cette jeune femme sans prénom qui survit pratiquement en autosuffisance. S'exiler lui permet de se poser réfléchir à son existence. Mais son projet est compromis lors de la découverte d'une cabane habitée. Une religieuse y vit, recluse depuis très longtemps. Le récit raconte la rencontre entre ces deux femmes. C'est un magnifique roman sur le sens que l'on donne à sa vie à sa manière de vivre."
  • Librairie "La Belle Lurette" à Paris
    Librairie
    Cette librairie a aussi eu un coup de cœur pour le roman de Céline Minard "Le grand jeu". "C'est un livre très précis très bien écrit. Dans les étapes de la préparation physique mais aussi son entrainement philosophique et spirituel."
  • Librairie "Vivement Dimanche" à Lyon
    Librairie
    "Tropique de la violence" Auteur: Natacha Appanah
    "A Mayotte, on suit Marie une jeune femme infirmière qui part vivre là-bas après une rencontre amoureuse. On la suit dans son couple qui bat un peu de l'ail. Ils veulent un enfant qui n'arrive pas.
    Au fur et à mesure elle se retrouve seule, séparée de son mari dont elle ne veut pas divorcer. Un jour à l’hôpital elle s'occupe d'une jeune femme qui arrive des Comores. Elle a dans ses bras un enfant dont Marie va s'occuper et qu'elle va adopter. Pour sa mère il est maudit à cause de son œil vairon. Marie décide de l'appeler Moïse. On suit son trajet jusqu'au moment où il devient Mo.
    Cette fresque familiale décrit extrêmement justement Mayotte. De sa beauté, on plonge dans la violence des enfants abandonnés qui vivent dans les bidonville de Mamoudzou. Le récit est fait de plusieurs voix. Celle de Marie, celle de Moïse, celle d'un policier en charge d'une enquête... Tout est très juste. Elle décrit un quotidien dont on entend peu voir pas parler. Où le problème de l'immigration clandestine est régulier et dramatique. on l’aime aussi car il est magnifiquement écrit."
  • Librairie "Les Beaux Titres" à Levallois-Perret
    Librairie
    "L’Insouciance" Auteur: Karine Tuil
    "Le personnage principale revient d Afghanistan très affecté et va fr un séjour dans un hôtel luxueux de Chypre. Il y rencontre une jeune journaliste et écrivain qui travaille sur l'Afghanistan. Une liaison fulgurante entre eux va bouleverser leur vie et celle de leurs époux respectifs.
    Ce livre propose une étude très approfondie des personnages, très actuelle. Ça pourrait peut-être s’appeler "La fin de insouciance". J'ai adoré. Ce livre est assez fabuleux."
    "Mr Origami" Auteur: Jean-Marc Ceci
    "C'est l'histoire d'un Japonais qui croise une Italienne au Japon. Il est persuadé qu'elle l'invite à la rejoindre en Toscane. Sauf que c'est un rêve éveillé. Il fait le voyage, s'installe là-bas, un peu à l’écart de tous et pratique l'art qu'il maîtrise: le washi, le papier japonais qui sert à faire l’origami. Il va croiser un jeune homme qui a le projet fou de construire une montre,le mécanisme le plus complexe à créer face à l'origami relativement simple.
    Le livre est assez bref, assez économe dans les mots, très dépouillé dans le style. "Mr Origami" est un très joli premier roman, très original."