LES BLOGUES
29/08/2016 10:04 EDT | Actualisé 30/08/2016 02:16 EDT

La grande rentrée!

Septembre bat son plein et n'ayez crainte l'automne nous surprendra encore avec quelque chose d'inédit. Ne cessons d'apprendre si nous ne voulons pas vieillir trop vite. Bonne rentrée!

Nous y sommes déjà! C'est la grande rentrée automnale! L'arrivée de septembre vient sonner le glas aux vacances estivales sans doute bien méritées et remettre de l'avant les nombreux projets laissés en plan en juin dernier. Adieu grasses matinées et randonnées campagnardes! Il faut bien reprendre la cadence trépidante de ce coin de pays en pleine mutation. Ces jours-ci, plus d'un million d'élèves du primaire et du secondaire reprennent progressivement la route de l'école, quelque dix mille autobus jaunes envahiront massivement les routes de la province et quelques dizaines de milliers d'enseignants s'affaireront hardiment à instruire cette jeunesse de plus en plus métissée. Le Québec d'antan n'est plus ce qu'il était. La belle province vit au rythme de la mondialisation et se maintient numériquement grâce au flot migratoire constant. Depuis quelques décennies, le Québec se transforme rapidement, vit des changements culturels profonds, voit sa population se diversifier de plus en plus et doit répondre aux attentes de plus en plus complexes de celle-ci.

Que nous réserve cette rentrée automnale 2016? L'éclatement de la récente controverse Jacques Daoust et l'arrivée d'un troisième ministre des Transports n'annoncent aucune accalmie dans le grenouillage au sein des officines gouvernementales. Le 27 août dernier marquait le cinquième remaniement ministériel du gouvernement Couillard depuis sa prise du pouvoir en avril 2014. Une tuile de plus qui risque d'assombrir davantage l'intégrité et la solidité de l'équipe ministérielle. Malgré les promesses de réinvestissements du gouvernement libéral en éducation et en santé, les coupures draconiennes des dernières années ont fait mal, très mal même et ont laissé un goût amer à bien du monde. Il ne sera pas facile de remettre sur les rails, après les récents remous de la population, les secteurs vitaux, voire névralgiques de l'éducation et de la santé. L'obsession du déficit zéro et de la réorganisation étatique sur tous les fronts ont réduit sensiblement au cours des deux dernières années les services aux plus démunis de la société car, finalement, ce sont eux qui font souvent les frais de tous ces chambardements décidés unilatéralement en haut-lieu. Fort heureusement, le pire de la tempête de l'austérité semble en fin de course. L'horizon apparaît plus calme sans toutefois nous révéler le sort des 72 commissions scolaires et leurs 782 élus à travers la province.

Les récents propos du troisième ministre de l'Éducation depuis deux ans, Sébastien Proulx, semblent plus inspirants que ceux de ses prédécesseurs démissionnaires. Il déclarait le 25 août dernier à Châteauguay en Montérégie : «L'éducation est l'une des voies privilégiées pour construire l'avenir. Voilà pourquoi le gouvernement entend investir là où ça compte le plus, où nos actions auront des effets positifs, tangibles et durables dans la vie des jeunes.» Espérons que ces paroles encourageantes se traduiront par une série de gestes concrets et salvifiques pour tant de milieux scolaires en manque de tout. Devant des infrastructures scolaires en piteux états, rappelons que le gouvernement actuel a déjà annoncé son plan d'investissements de l'ordre de 1 058 milliards pour le maintien en bon état des bâtiments des commissions scolaires du Québec. Il était plus que temps!

Le récent rapport du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV) portant sur la situation des jeunes radicalisés pose évidemment question à notre société et à nos établissements scolaires en cette rentrée automnale. Combien de jeunes vulnérables de chez nous sont victimes de quelques leaders manipulateurs et radicaux? Que faisons-nous pour aider nos jeunes à trouver sens à leur vie, à s'intégrer sur le marché du travail, à les aider dans leurs difficultés personnelles, leurs malaises identitaires? En fait, pourquoi autant de jeunes Canadiens, nés dans un pays envié de par le monde pour sa tolérance, sa liberté et sa richesse, se convertissent à un Islam radical et deviennent des extrémistes kamikazes? N'y aurait-il pas lieu d'investiguer sur un certain mal de société, un mal-être qui bousille la vie de nombreux jeunes de chez nous si souvent marginalisés ou ostracisés par des politiques et des mesures parfois absurdes? Combien de nos jeunes ne savent plus sur quel pied danser face à leur avenir, aux valeurs de la société dominante? Où est le sens de la solidarité, celle qui favorise l'éclosion du respect et de l'attention à l'autre, qui donne des racines, de l'aplomb à toute vie humaine?

Les chantiers ne manqueront pas! La rentrée automnale comporte évidemment de nombreux défis et son lot d'exigences; elle est souvent synonyme certes de réunions, d'organisations, d'achats, de sorties culturelles, mais aussi d'argent. Il faut participer et s'organiser sans se ruiner quoi. L'année risque d'être assez vorace pour le portefeuille de chacun d'entre nous. À nous, de bien choisir quoi. Eh! oui, l'automne sera encore le théâtre de nombreuses activités sociales et artistiques qui ne sont pas à négliger. C'est étonnant ce que le Québec produit et réalise.

Que de talents dans ce petit coin de pays! Profitons des beaux jours de ce magnifique automne pour vivre intensément les splendides moments que nous offrent la création qui est fort généreuse ces temps-ci. Les journées ensoleillées des derniers jours sont fort magnifiques. À travers ces rayons de soleil qui percent les immenses arbres feuillus devant chez moi, je réalise combien nous sommes privilégiés de pouvoir respirer et vivre en toute liberté. Septembre bat son plein et n'ayez crainte l'automne nous surprendra encore avec quelque chose d'inédit. Ne cessons d'apprendre si nous ne voulons pas vieillir trop vite. Bonne rentrée!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Des astuces pour une rentrée scolaire réussie Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter