LES BLOGUES
20/02/2013 05:53 EST | Actualisé 22/04/2013 05:12 EDT

Le Québec dans le monde: solidarité et dérives canadiennes

Shutterstock

L'extrait de mon discours du CORIM du 11 février portant sur la solidarité québécoise, l'ACDI et les dérives canadiennes:

La solidarité et la dérive canadienne from Production Aura on Vimeo.

Verbatim:

L'action internationale du Québec toute entière est traversée par une idée qui dépasse la simple défense de nos intérêts nationaux. Par une idée qui nous ressemble et qui nous définit, ici et ailleurs : la solidarité.

Depuis quelques décennies, le Ministère des relations internationales a défini ses propres programmes de solidarité internationale, en collaboration avec l'AQOCI.

Dans la mesure de nos moyens, et avec une réelle efficacité que nous savons mesurer, l'aide québécoise, à Haïti et dans plusieurs pays africains et latino-américains, est centrée sur le transfert d'expertise, en matière agricole notamment, sur la pérennité des actions et leur prise en charge par les partenaires locaux ainsi que sur les droits humains.

Avec l'AQOCI, nous avons entamé la semaine dernière le parcours qui nous mènera vers la création d'une Agence québécoise de solidarité internationale. Pourquoi ? D'abord, en soi, pour marquer officiellement et de manière pérenne notre volonté de solidarité. Pour définir ensemble, ces prochains mois, les valeurs que cette agence doit incarner et les priorités qui doivent l'animer.

Mais notre décision est rendue plus urgente du fait que l'Agence canadienne de développement internationale, l'ACDI, est depuis quelques années victime d'une dérive qui nous attriste et qui l'éloigne des valeurs altruistes qui avaient animé sa création et que lui avaient insufflé des Québécois de grande valeur, notamment Paul Gérin-Lajoie, que je salue.

La solidarité canadienne semble aujourd'hui mise au service d'intérêts commerciaux. Nous pensons que ces impératifs doivent rester distincts. Nous aidons nos entreprises à exceller à l'étranger, c'est une chose. Mais lorsqu'on fait preuve de solidarité, le mercantilisme n'a pas sa place.

Canada et Québec : des chemins qui divergent

L'action internationale du Québec, sa présence, sa pertinence, prennent ces années-ci plus d'importance encore, car les Québécois se retrouvent de moins en moins dans les orientations prises par le gouvernement canadien.

Ce n'est pas nous qui changeons. Nous sommes fidèles à nous-mêmes. C'est le Canada qui s'éloigne.

L'engagement du Canada dans des opérations de maintien de la paix était longtemps le point de convergence, en matière de défense, entre l'opinion québécoise et canadienne. Mais Ottawa n'a plus que dédain pour les opérations de paix et notre ami Jocelyn Coulon nous apprenait le mois dernier dans La Presse qu'Ottawa a récemment refusé en plusieurs occasions de prendre la direction d'opérations de paix. Cela ne l'intéresse plus.