Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
Les blogues

Nous sommes des femmes et nous sommes désolées

Nous sommes des femmes et nous vous présentons nos excuses. Nous sommes désolées de la longueur de nos cheveux et des rondeurs de nos corps. De la pelouse gorgée d'eau et de vous avoir marché sous le pied. Désolées de trop manger, de ne pas avoir très faim...

Nous sommes des femmes et nous vous présentons nos excuses.

Nous sommes désolées de la longueur de nos cheveux et des rondeurs de nos corps. De la pelouse gorgée d'eau et de vous avoir marché sous le pied. Désolées de trop manger, de ne pas avoir très faim, et de devoir nous planter devant vous pour vous parler trop, ou pas assez. Désolées de poser des questions stupides, de nos ventres mous, de ne pas avoir encore d'enfant, de nos bébés qui pleurent au restaurant, d'avoir une opinion et de répéter "Je ne sais pas".

Nous voulons juste nous assurer que nous ne disons pas de bêtises, que nous n'avons pas commis d'impair. Nous sommes désolées d'avoir des sentiments, nous sommes peut-être folles mais..., nous nous trompons peut-être mais..., nous délirons peut-être, et si c'est le cas, désolées. Désolées de vous avoir blessé(e). Désolées tout court.

Nos mères sont désolées de ne pas avoir résolu ce problème il y a cinquante ans. Ce n'est pas faute d'avoir essayé. Elles sont désolées, car elles ne veulent pas êtres indiscrètes, comme leurs mères l'étaient, mais elles ont remarqué que nous partagions plein d'articles sur le viol dans les campus, et se demandent si nous avons envie d'en parler ce soir? De partager nos histoires et nos vécus? Nous sommes désolées de ne pas répondre, car nous n'avons pas encore songé à l'âge que nous aimerions avoir quand nos mères nous raconteraient leur viol, bien que certaines d'entre nous n'aient pas vraiment eu le choix de les écouter.

Désolées si nous avons oublié de le mentionner, mais nous sommes peut-être stériles, les médecins ne se sont pas encore prononcés de manière définitive, donc vous pouvez nous quitter si vous préférez.

Vendredi soir, au bar, nous nous sommes exclamées : "Tu peux répéter ce que tu viens de dire?" quand un bel inconnu s'est approché pour nous dire qu'il aimerait bien glisser sa paille et puis, un peu plus tard, sa bite entre nos dents du bonheur.

Nous sommes désolées que ce texte soit si long et plus très drôle, désolées de tout ce dont nous ne nous sommes pas encore excusées, même si nous parlons à la première personne du pluriel. Nous sommes désolées de parler au nom de toutes les femmes, et que ça ne plaise pas à tout le monde.

Nous ne nous sommes jamais excusées pour certaines choses, désolées. Nous sommes surtout désolées pour toutes les fois où nous les avons laissés te dire de ne pas faire ta femmelette, d'arrêter de chialer et de te ressaisir, et désolées pour toutes les fois où nous t'avons dit de te comporter comme un homme, jusqu'à ce mardi, quand tu as mis fin à tes jours.

Nous sommes désolées, mais nous devons encore aller aux toilettes, et désolées si nous en revenons toujours à l'amour que nous avons reçu, ou non, de nos pères. Presque toutes les nuits, nous sommes désolées parce que nous ne sommes toujours pas capables de sauver le monde, désolées pour toutes les filles, pour tous les enfants à vrai dire, désolées de ne pas pouvoir arrêter de nous excuser.

VOIR AUSSI :

Principales pionnières féministes du Québec

Cet article initialement publié sur le Huffington Post États-Unis a été traduit de l'anglais.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.