Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
Les blogues

Pétrole: à notre tour d'être réalistes!

Saviez-vous qu'actuellement au Canada, il y a plus d'emplois dans le secteur des énergies propres que dans le secteur des sables bitumineux?

Soyons réalistes et arrêtons de nous fier sur les dires de personnes qui placent leurs intérêts corporatistes au-dessus de ceux de la population. Quand les dirigeants d'entreprises pétrolières nous enjoignent à être réalistes en nous gavant de chiffres difficilement vérifiables, voire totalement faux, il est évident que nous ne pouvons qu'être méfiants.

Comme dans le cas des cigarettiers qui nous ont tellement dupés avec leurs statistiques tronquées et mensongères, voilà que les pétrolières sont à leur tour acculées au mur par la science, qui les accuse d'avoir sorti du sol les hydrocarbures qui auraient dû prendre des millions d'années à revenir en circulation dans l'atmosphère. Il est indéniable que cette énergie a su donner à l'humanité un élan de développement formidable au cours du siècle dernier. Mais maintenant que nous connaissons le prix que nous aurons à payer pour cela, il serait temps d'être réalistes et de prendre une autre orientation énergétique.

À entendre les industriels tenants de l'énergie fossile, l'humanité ne peut pas faire autrement qu'utiliser le pétrole pendant encore une centaine d'années. On nous cite la Chine comme exemple. On se garde bien de dire que la Chine amorce actuellement un tournant majeur vers les énergies solaires et éoliennes. On tait ces faits, on ne nous dit que ce que l'on veut bien nous dire.

Le pire dans l'histoire, c'est que nos gouvernements semblent être à la botte de ces industriels. On continue bon an, mal an, à accorder de généreuses subventions à cette industrie et à lui paver la voie en adoptant des lois et des règlements facilitants.

On pousse même l'audace jusqu'à voter des lois qui entravent le droit à l'information de la population en prétextant la sécurité nationale (Loi C-51).

Alors, oui, soyons réalistes et utilisons notre libre arbitre et notre pouvoir de citoyen pendant que nous en avons encore un, et pensons-y bien avant de voter l'automne prochain.

Voterons-nous pour des candidats qui se complaisent dans cette façon de penser? Ou voterons-nous pour des politiciens qui oseront voir le monde autrement qu'à travers l'œil des industriels du siècle dernier?

Soyons réalistes, d'autres ont déjà amorcé le virage vers les énergies vertes.

Saviez-vous qu'il s'installe plus de centrales de production d'électricité renouvelable dans le monde actuellement que de centrales de production à l'énergie fossile?

Que la Chine et les États-Unis suivent cette tendance depuis 2013?

Que les États-Unis diminuent leur consommation d'énergie fossile depuis 2005?

Que la nouvelle législation californienne vise à réduire de moitié l'utilisation du pétrole d'ici 2030?

Que le Canada se classe au 58e rang sur 61 au chapitre des performances climatiques, devant l'Iran (59e), le Kazakhstan (60e) et l'Arabie saoudite (61e)?

Que la Suède prévoit éliminer totalement les énergies fossiles du secteur du chauffage d'ici 2020, que d'ici 2030 sa flotte automobile sera totalement indépendante des énergies fossiles et que d'ici 2050, son bilan carbone sera neutre?

Que l'industrie pétrolière perd graduellement le contrôle de l'industrie automobile?

Que le prix des véhicules électriques et des panneaux solaires diminue constamment, à tel point qu'au Japon il y a, actuellement, plus de stations de recharge électriques pour les voitures que de stations-service de pétrole?

Finalement, saviez-vous qu'actuellement au Canada, ici, chez nous, il y a plus d'emplois dans le secteur des énergies propres que dans le secteur des sables bitumineux?

Soyons réalistes!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Comprendre les projets de pipelines

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.