LES BLOGUES
21/04/2019 06:00 EDT | Actualisé 21/04/2019 06:00 EDT

Le dernier coach francophone de la NHL est un Julien d'Amérique

Julien fait parti de cette prestigieuse liste d'instructeurs de la diaspora en Ontario qui ont brillé dans le grand circuit.

AP Photo/David Zalubowski
L'entraîneur-chef des Canadiens, Claude Julien.

CLAUDE JULIEN

«Je suis franco-ontarien. J'ai été à l'école française toute ma vie», a dit fièrement Claude Julien sur le plateau de TLMP. Avant d'ajouter, au grand plaisir de Dany et Ti-Guy: «ma mère, qui a 80 ans, est une grande fan de l'émission.»

Avec un contrat annuel de cinq millions de dollars américains, Claude Julien est l'un des plus hauts salariés du Québec, l'un des plus gros contribuables donc...

Troisième instructeur le mieux payé de la NHL, Julien fait parti de cette prestigieuse liste d'instructeurs de la diaspora en Ontario qui ont brillé dans le grand circuit, de Toe Blake à Bruce Boudreau en passant par Jacques Martin, Bob Hartley et Al Arbour. Une production remarquable compte tenu de la faible démographie franco-ontarienne.

SUR LE MÊME SUJET:

» Canadiens de Montréal: tueurs de fierté

Et à l'heure où l'on prêche la grande diversité, Claude Julien est le dernier instructeur francophone de la NHL.

Après une longue carrière dans les mineures (Port Huron, Salt Lake City, Milwaukee, Fredericton, Baltimore, Halifax, Kansas City et Moncton) et seulement 14 matches dans la Grande ligue, avec les Nordiques, récoltant qu'une seule mention de passe, Julien s'est lancé dans le coaching où il a accumulé beaucoup de succès: Coupe Memorial en 1997, Jack Adams (meilleur entraineur de la NHL), Coupe Stanley en 2011 et médaille d'or aux Jeux de Sotchi en 2014.

Depuis le printemps 2017, il entraîne la Sainte-Flanelle, le rêve de tous les entraîneurs.

Claude Julien est né le 23 avril 1960, à Blind River dans le nord de l'Ontario. Il est le fils de Marcel Julien et de Bella Lapierre. Les Lapierre avaient quitté Saint-Ludger dans l'Estrie vers 1920 pour s'établir à Val Gagné.

Situé à une centaine de kilomètres à l'ouest de la frontière québécoise, Val-Gagné, qui portait le nom de Nuskka, a été complètement rasé par le feu en 1916. Une tragédie qui a fait 223 morts, des enfants de la diaspora pour la grande majorité. À ce jour, c'est le feu le plus mortel de toute l'histoire canadienne.

L'ANCÊTRE

L'ancêtre, Jean Julien (1640-1673), originaire du département des Deux-Sèvres, arrive en Nouvelle-France vers 1659. L'année suivante, il est confirmé par Mgr Laval.

En 1665, l'arrivée de 89 Filles du roi lui permet enfin de trouver une épouse. Il ne perd pas de temps et, le 10 novembre, il passe la bague à Madeleine Guérin (1640-?). Le couple s'établit à l'Ange-Gardien.

Au printemps 1671, le hangar appartenant à son voisin Nicolas Cantin est détruit par un incendie. Cantin accuse Julien d'en être responsable.

Acte criminel? Non. Les colons mettaient le feu aux souches pour les détruire. Parfois, il suffit que d'un coup de vent, une étincelle... et Dieu sait ce qui peut arriver.

Julien est condamné à lui payer 100 livres, mais la décision est infirmée en appel. Cantin va en appel à son tour et finalement Julien devra lui payer 30 livres.

Le couple Julien eut seulement trois enfants, ce qui était plutôt exceptionnel sur la Côte-de-Beaupré au XVIIe siècle où les familles de 10 enfants étaient la norme. Leur fils Nicolas (1669-1717) en a eu seulement trois lui aussi. C'est Jean (1698-?) qui répandra le nom des Julien en en ayant 17, dont 12 se sont mariés.

Au XVIIIe siècle, les Julien se déplacent à Maskinongé jusqu'au départ pour Val-Gagné au début du XXe siècle où, là aussi, un grand feu les attendra.

LIGNÉE PATERNELLE DE CLAUDE JULIEN

JULIEN, Marcel

LAPIERRE, Bella

Mariés le 7 septembre 1957, Val Gagné, Ontario

JULIEN, Lionel

LAMBERT, Claire

m. 22 juillet 1931 Val Gagné, Ontario

JULIEN, Joseph

GERVAIS, Maria

m. 24 septembre 1906, Ste-Ursule de Maskinongé

JULIEN, Jean-Baptiste

LAMBERT, Marie-Anne (1860-1930)

m. 10 juillet 1883, Ste-Ursule de Maskinongé

JULIEN, Jean-Baptiste

DUPUIS, Edesse

m. 10 août 1858, St-Paulin de Maskinongé

JULIEN, Jean-Baptiste (1810-1879)

LUPIEN, Marguerite (1805-1885)

m. 10 août 1835, Louiseville

JULIEN, François- (1774-1856)

AUCLAIR, Marie-Rosalie (1781-1846)

m 27 janvier 1807, Notre-Dame-de-Québec

JULIEN, Jacques (1730-1795)

RIOPEL, Marie (1741-1786)

m. 22 novembre 1762, L'Ange-Gardien

JULIEN, Jean (1698-?)

TRUDEL, Marie-Louise (1697-1762)

m. 8 février 1717, L'Ange-Gardien

(le couple a eu au moins 12 enfants)

JULIEN, Nicolas (1669-1717)

BRISSON, Marie (1675-1750)

m. 14 février 1695, L'Ange-Gardien

JULIEN, Jean (1640-1673)

GUÉRIN, Madeleine (1640-?)

m. 10 novembre 1665, Québec

À LIRE AUSSI:

» Les «trop-perçus» d'Hydro-Québec: faut-il s'en plaindre ou s'en réjouir?

» Avons-nous besoin de croix ou de croyants?

» Printemps d'espoir en Algérie et au Soudan

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.