Les blogues

L'ancien et le nouveau

La main accrochée aux heures je dessine pour ma petite-fille la fuite du temps dans mes cheveux Je m'abaisse à sa hauteur au vestibule de la maison l'euphorie de se retrouver
Cette publication a été publiée sur la plateforme des contributeurs au HuffPost, maintenant retirée du Web. Les contributeurs avaient plein contrôle sur leurs publications et le faisaient librement sur notre site. Si vous voulez signaler cette publication comme étant abusive, envoyez-nous un courriel.

La main accrochée aux heures

je dessine pour ma petite-fille

la fuite du temps dans mes cheveux

Je m'abaisse à sa hauteur

au vestibule de la maison

l'euphorie de se retrouver

Elle n'attend que cela

se jeter dans mes bras

m'élever à ses yeux

avec tout l'abandon du monde

l'ivresse de la confiance

Fraîche cuvée du nouvel an

quelle soif me pousse à boire cette joie

comme si j'embrassais la mer

touchais le ciel azuré

mon hommage levé

aux enfants de la promesse

Les vœux de bonheur

fondent comme neige

quand la tendresse relie

le proche et le lointain

l'ancien et le nouveau

Ce poème est tiré du recueil Un souffle de fin silence, Montréal, éditions du Noroît, à paraître en février 2017 et a également été publié sur le blogue personnel de Jacques Gauthier.