LES BLOGUES
17/10/2015 09:21 EDT | Actualisé 17/10/2016 05:12 EDT

Portrait de médecin: Albiny Paquette

Le Dr Paquette a reçu de nombreux honneurs durant sa vie pour l'ensemble de son œuvre.

Fils de Wenceslas Paquette, instituteur, et de Marie Lareau, Albiny Paquette est né à Marieville en Montérégie, le 7 octobre 1888. Il fait ses études classiques au Collège Mont-Saint-Louis à Montréal. En 1909, il est admis à la faculté de médecine de l'Université de Montréal. Durant ses études en médecine, Albiny s'occupe de bien des choses. Les soirs et le dimanche, il travaille dans une pharmacie pour défrayer les coûts de ses études. En 1912, il est élu président des étudiants en médecine. Il prend part à la formation d'une fédération universitaire qui organise une activité de parlement modèle. Peut-être pourrait-on y voir ses premiers amours avec la politique. En véritable touche-à-tout, le futur docteur devient aussi secrétaire du cercle littéraire de Laval et s'occupe d'y recevoir des conférenciers.

Diplômé en 1913, il est d'abord employé de la Croix-Rouge au Proche-Orient, puis se retrouve à Paris en 1914 au service de l'armée canadienne alors que la Première Guerre mondiale éclate. Il se rend ensuite à New York en 1915 pour entreprendre un cours de spécialisation en gynécologie. Mais quelques mois plus tard, il apprend qu'une épidémie de typhus fait rage en Serbie et se porte volontaire pour aller aider là-bas. Il s'y retrouvera à l'été 1915 avec deux autres médecins québécois: la Dre Irma LeVasseur et le Dr Raoul Brault.

Il est nommé officier médical du 69e régiment à Shorncliffe en 1916. Puis en 1917, il retourne en France et est promu au poste d'officier médical senior (il a alors 28 ans !) du 10e bataillon de réserve à l'Hôpital militaire de St-Cloud. Il en devient l'adjudant-major en 1918 et se rend en Angleterre pour occuper un poste de radiologiste à l'Hôpital Princess Patricia à Eastbourne. Durant un de ses nombreux voyages entre l'Angleterre et la France, il rencontre Marcelle Lévy-Génard qu'il épouse à Paris le 15 mai 1919. De cette union naîtront 3 enfants : Gisèle, Jean-Claude et Gilbert. Marcelle décédera en 1933 à l'âge de 37 ans et, six ans plus tard, Albiny épousera en seconde noce Rose Daviault.

Après son premier mariage en 1919, il revient au Québec où il décide d'exercer sa profession à Mont-Laurier. C'est là que commença pour lui une double carrière des plus actives : celle d'un médecin de campagne et celle d'un politicien. Il faut se rappeler qu'à l'époque, le médecin était en service 7 jours sur sept, 365 jours par année. Albiny Paquette avait la réputation d'être avant tout un bon médecin dévoué entièrement à ses patients. Mais il faut croire que le bon Dr Paquette était un tant soit peu hyperactif. Élu maire de Mont-Laurier de 1926 à 1935, il cumula aussi les fonctions de préfet de comté de Labelle à partir de 1929 jusqu'en 1932. On le retrouve aussi président de la Chambre de commerce de Mont-Laurier à la création de celle-ci en 1930. Il est élu en 1935 comme député de l'Action libérale nationale (ALN) du comté de Labelle. Une vingtaine de députés de cette formation dont Albiny Paquette décidèrent en 1936 de rallier les rangs de l'Union nationale de Maurice Duplessis. C'est sous cette bannière qu'Albiny Paquette fut réélu aux élections de 1936, 1939, 1944, 1948, 1952 et 1956.

Dès son entrée en fonction en 1936, Albiny Paquette se voit promu Secrétaire de la province, ce ministère a alors la charge de plusieurs responsabilités en matière d'éducation et de culture. Le 12 novembre de la même année, Maurice Duplessis procède à la création d'un nouveau ministère, celui de la santé. Et le premier élu comme ministre de la Santé sera le Dr Albiny Paquette. Le ministère de la Santé se verra octroyer un budget de $3 millions de dollars pour sa première année (aujourd'hui, ce budget dépasse les 37 milliards de dollars). Il occupera ce poste de 1936 à 1939 et de 1944 à 1958. Entre temps, il fonde le journal Le Flambeau, et acquiert une imprimerie. Il cédera ces entreprises à son fils Gilbert en 1950. Au ministère de la Santé, le Dr Paquette ne chôma pas : ainsi, il organisa des cliniques régulières pour visiter les paroisses, enseigner la prévention aux mères, examiner les nouveau-nés et conseiller les futures mamans. Afin de faire le dépistage de la tuberculose, il organisa des unités sanitaires mobiles, véritables laboratoires ambulants qui procédaient gratuitement à des radiographies pulmonaires. On enregistra 60 000 radiographies en un an seulement. Quelque 1 800 lits furent ajoutés pour le traitement des tuberculeux. Autre réussite du Dr Paquette : les frais d'hospitalisation et de traitement étaient assumés par le gouvernement qui ajoutait, au besoin, une allocation supplémentaire pour les chefs de famille. Grâce à son initiative, on s'occupa de prévention auprès des jeunes et on fit la promotion des mesures d'hygiène dans les foyers, les usines, les camps de bûcherons et les mines. En 1938, une section d'hygiène dentaire était ajoutée à chaque unité sanitaire de comté. La recherche était aussi encouragée : c'est ainsi qu'en 1938, l'Institut de microbiologie du Dr Armand Frappier était fondé. (Référence : CMA JOURNAL/NOVEMBER 18, 1978/VOL. 119 page 1254.)

Comme bien des hommes de son époque, Albiny Paquette était profondément attaché aux valeurs religieuses. Ainsi, une de ses premières actions comme secrétaire de la province fut de faire placer des crucifix au-dessus des fauteuils des présidents de l'Assemblée législative (maintenant l'Assemblée nationale) et dans celle du Conseil législatif (chambre haute du gouvernement provincial qui a cessé d'exister en 1968). Dans toutes les controverses actuelles concernant la présence de ce symbole religieux dans les lieux publics, la plupart des gens ont oublié que cette mesure avait été mise en place en 1936 par le Dr Albiny Paquette. Autres temps, autres mœurs.

Le Dr Paquette a reçu de nombreux honneurs durant sa vie pour l'ensemble de son œuvre. Ainsi il fut décoré de la médaille de Mons pour son travail au Proche-Orient (1918), il reçut la croix d'honneur du gouvernement français (1919), la médaille militaire du gouvernement britannique (1920), la médaille du couronnement de sa majesté Élizabeth II (1953) et celle du centenaire du Canada (1967).

L'Église catholique récompensa aussi le Dr Paquette en l'honorant de membre perpétuel de la Terre Sainte (1937), membre de l'Ordre latin (1938), de la croix de Jérusalem (1946) ainsi que plusieurs autres décorations.

En 1977, le docteur Paquette publia ses mémoires sous le titre : Honorable Albiny Paquette. Soldat, médecin, maire, député, ministre 33 années à la Législature de Québec : souvenirs d'une vie de travail et de bonheur. Bien sûr, personne ne contesta ce titre. Il est décédé un an plus tard, tout près de ses 90 ans, preuve que le travail ne tue pas...

Du même auteur : CES MÉDECINS QUI ONT MARQUÉ LE QUÉBEC, Éditions MultiMondes, 2014

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Top 5 des catégories de médecins les mieux payés (2014) Voyez les images