LES BLOGUES
10/10/2015 09:15 EDT | Actualisé 07/10/2016 05:12 EDT

Il était une fois la maladie: un mal commun aux hommes et aux dinosaures

Même si l'arthrite semble exister depuis la nuit des temps, il reste évident que le besoin en recherche soit de plus en plus criant pour trouver des solutions.

Une maladie commune aux dinosaures et aux humains : L'arthrite

Il s'appelait Ötzi. Aujourd'hui, il serait âgé de plus de 3 300 ans. Lorsque son corps a été découvert le 19 septembre 1991 dans les Alpes de l'Ötztal (région entre l'Autriche et l'Italie), il était dans un état de conservation excellent. Si bien qu'on put établir que notre ancêtre mesurait 1,65 m et pesait 50 kg. Il est mort après quelques jours de marche et après avoir été atteint d'une flèche à l'épaule gauche. Les analyses radiologiques ont démontré que notre aïeul souffrait d'arthrose à la colonne lombaire ainsi qu'aux genoux et à la cheville. Iceman, c'est son autre pseudonyme, apporte donc la preuve que les maladies arthritiques remontent très loin dans l'histoire humaine.

Et bien avant

En réalité, la preuve a établi que l'arthrite était aussi présente bien avant, et ce même chez les dinosaures particulièrement au niveau de la cheville primaire. Puis, environ 1500 ans av. J.-C., le papyrus d'Ebers en Égypte fait une description assez exhaustive de ce qu'on appelle aujourd'hui l'arthrite rhumatoïde. D'ailleurs, plusieurs momies égyptiennes corroborent ce fait. On retrouve dans le Charaka Samhita, ce vaste traité de médecine (8 livres, 120 chapitres) écrit en Inde quelques centaines d'années av. J.-C. une description de la douleur, du gonflement, de la perte de mobilité et du fonctionnement causés par l'arthrite. Hippocrate décrivit aussi l'arthrite sans en déduire les diverses formes et Galien, près de 200 ans apr. J.-C., est le premier à introduire le terme de rhumatisme du grec «rheuma» qui signifie : qui s'écoule. Les anciens analysaient la physiologie humaine comme provenant de diverses humeurs. Lorsque certaines de celles-ci, sises près des articulations s'écoulaient, il y avait alors enflure, douleur, déformation et rhumatisme.

Paracelse (1493-1541), cet alchimiste et médecin suisse, avance que les substances qui ne peuvent pas être éliminées par les urines se concentrent dans les articulations et engendrent l'arthrite.

Du XVIe au XXIe siècle

Les réels succès dans la compréhension et les traitements de la maladie débutent avec un singulier docteur anglais. Thomas Sydenham (1624-1689) était un médecin anglais qui connut une carrière bien étonnante. Il publia un an avant sa mort un livre qui s'imposa et qui portait pour titre Traitement de l'arthrite et de l'hydropisie.

Au XVIIIe siècle, au Devon, un comté du sud-ouest de l'Angleterre aujourd'hui nommé le Devonshire, on trouvait une maladie typique qu'on appelait alors la colique de Devon. On doit à un médecin anglais la première description scientifique de la maladie. Le Dr William Musgrave (1655-1721) publia en 1715 un ouvrage intitulé De arthritide symptomatica qui sera longtemps une référence mondiale sur les maladies arthritiques. Il y consacre un chapitre sur les coliques de Devon. À l'époque, il attribuait, comme ses concitoyens, la cause de cette maladie à la consommation de cidre de pomme, les gens du Devon étant friands de cette boisson. L'acidité naturelle de cette boisson était alors mise en cause. Ce n'est qu'une quarantaine d'années plus tard qu'un autre médecin britannique, G. Baker, trouva l'origine réelle de cette maladie. Elle était due aux procédés de fabrication du cidre dans lequel le plomb occupait beaucoup de place. On utilisait, entre autres, pour nettoyer les barils de petites billes de ce métal. Il s'agissait donc d'une intoxication au plomb et non d'un effet du cidre de pomme.

En 1858, Sir Alfred Baring Garrod propose le terme d'arthrite rhumatoïde pour différencier cette forme d'arthrite des autres. Il constate que les patients souffrant de la goutte affichent aussi une forte concentration d'acide urique dans le sang. Il fut le premier à proposer le lithium pour traiter la goutte, car le carbonate de lithium pouvait dissoudre les calculs d'acide urique. Puis, devant les résultats obtenus, il proposa aussi ce remède pour améliorer le sort de ceux qui souffraient de maniaco-dépression, maladie étant alors perçue comme une forme de la goutte, mais qui aurait affecté le cerveau plutôt que les articulations.

Évolution des traitements

Les plantes médicinales contenant de l'acide salicylique étaient déjà utilisées du temps d'Hippocrate et de Galien. Nous oublierons volontairement les saignées, les sangsues et les purgations empiriquement en usage au Moyen-âge si ce n'est que pour souligner que ceux qui n'en survivaient pas devaient être plus nombreux que ceux pour qui la cure apportait une certaine efficacité. Avec moins de risques et peut-être plus d'efficacité, on pouvait toujours se tourner vers la prière et les invocations comme celle-ci:

Fuis d'ici, je te le dis,

Et te le redis, et reconstruis, tu le dois,

Tous tes dégâts!

Arthrose, horrible chose,

Tu as réparé, tu es pardonnée,

Saint Thibault et Saint Caprais l'ont ordonné ,

Par ma bouche, Dieu l'ordonne

Vers l'époque de la renaissance, l'usage des sels de métaux commença à se répandre. Plusieurs furent tentés sans succès comme les sels d'arsenic, de cuivre et de bismuth. Le sel d'or montra une efficacité certaine et fait toujours partie des médicaments antirhumatismaux modificateurs de la maladie (DMARDs sigle anglais).

En 1895, Payne introduit la quinine dans le traitement des maladies rhumatismales et du lupus érythémateux. Plusieurs autres médicaments viendront s'ajouter au vingtième siècle tels la cortisone, la chloriquine, l'hydroxychloroquine et le méthotrexate pour en citer quelques-uns.

En 1897, un jeune chimiste allemand, Felix Hoffman voulait soulager les souffrances de son père atteint d'un rhumatisme chronique sévère. Le 10 octobre 1897, il réussit à obtenir de l'AAS assez pur à partir d'une plante : la spirée ulnaire. Il vint certes en aide à son père et de plus, le 6 mars 1899 Bayer obtient le brevet pour un nouveau médicament : l'ASPIRIN. Le nom vient de «a» pour acétyle, «spir» pour l'acide spirique (Hoffman avait extrait l'AAS à partir d'une plante: la reine-des-prés ou en latin Spiraea ulmaria), et «in» parce que plusieurs suffixes d'appellation de médicaments se terminaient en in ou ine, exemple: quinine, morphine, etc. Dès sa lancée, l'ASPIRIN alors sous la forme d'une poudre blanchâtre s'affiche comme numéro 1 de la vente de médicament au monde. Elle a même connu des percées dans la prévention des maladies cardiovasculaires et des maladies cardiaques et, de nos jours, elle présente des avenues intéressantes dans le traitement et la prévention de certains cancers.

Dans le traitement de l'arthrite, les médicaments ont apporté d'importantes améliorations à la qualité de vie de millions de personnes. Un avenir semble se dessiner pour les anticorps anti-TNF et d'autres thérapies géniques. D'autres avenues sont aussi à l'étude. Ainsi l'étanercept et l'infliximab ont fait leur apparition vers la fin des années 1990. Ils peuvent être utilisés dans les traitements des polyarthrites rhumatoïdes. Mais le fait qu'ils soient injectables réduit leur utilisation de beaucoup. Le 7 juillet 2015, la Société de l'arthrite annonçait l'attribution d'une subvention de recherche de trois ans à Jason McDougall, de l'Université Dalhousie, pour la réalisation d'une étude sur le cannabis médicinal et ses effets sur la douleur de l'arthrite et la prise en charge de la maladie. Il s'agit peut-être là d'un autre outil pour venir en aide à celles et ceux qui sont aux prises avec cette maladie.

En somme, même si l'arthrite semble exister depuis la nuit des temps, il reste évident que le besoin en recherche soit de plus en plus criant pour trouver des solutions. Actuellement, bien des recherches s'orientent du côté des produits biologiques et engendrent beaucoup d'espoir.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photoLes aliments à favoriser et ceux à éviter contre l'arthrite Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter