LES BLOGUES
03/03/2018 08:00 EST | Actualisé 03/03/2018 08:00 EST

L’ecstasy: un besoin inné de chaleur

L'ecstasy a un effet entactogène. Cet effet provoque le désir ardent d'être touché, de se rapprocher et finalement de désirer avoir des contacts sexuels.

Getty Images/iStockphoto

Un bébé singe fut placé dans une cage. À une des extrémités de la cage, il y avait une suce au bout d'un tuyau de métal de laquelle le singe pouvait téter autant de lait qu'il le voulait. À l'autre extrémité de la même cage se trouvait une fourrure légèrement chauffée à qui on avait donné l'odeur de la maman singe. Le bébé singe pouvait s'y blottir comme s'il s'agissait d'une guenon. Très tôt, les bébés singes allaient se coller sur ce faux ventre maternel oubliant d'aller boire.

Vers le milieu du vingtième siècle, les orphelinats étaient nombreux. La plupart étaient dirigés par des religieuses qui veillaient avec grand soin à l'hygiène et à l'alimentation des nouveau-nés. Il advint que dans un de ces orphelinats, des bébés se mirent à régurgiter le lait qu'on leur donnait et se laissaient littéralement mourir de faim. Des experts furent mandatés sur place pour trouver l'origine de cet horrible problème. La qualité du lait, sa fraîcheur et sa teneur alimentaire n'étaient absolument pas en cause. La propreté des bébés et de l'endroit était impeccable. On trouva rapidement la cause de ces morts. Comme l'orphelinat était surpeuplé, les gardiennes ne pouvaient plus nourrir chaque bébé individuellement en le prenant dans leurs bras pour lui donner le biberon. On roulait donc une serviette que l'on plaçait à proximité de la tête du bébé dans son lit et on y déposait la bouteille. Les bébés qui n'étaient jamais pris dans les bras finissaient par se laisser mourir, tout comme nos bébés singes dans le premier exemple.

Quel rapport avec l'ecstasy ? Contrairement à ce que nous pourrions penser, il existe plusieurs similitudes entre ces bébés peu ou mal dorlotés et les adeptes de la fameuse drogue. Nous soulignerons particulièrement les besoins d'être touchés, aimés, ceux d'établir un rituel et finalement la notion de plaisir.

J'ai besoin d'amour

L'ecstasy a un effet entactogène. Cet effet provoque le désir ardent d'être touché, de se rapprocher et finalement de désirer avoir des contacts sexuels. Rien de bien alarmant jusqu'ici, direz-vous. Les problèmes arrivent un peu plus tard et ils sont de deux ordres. Au niveau psychologique, la joie de vivre ressentie lors des premières consommations s'atténuera rapidement si bien que pour la retrouver, il faudra augmenter sa consommation et/ou ajouter d'autres substances (d'autres drogues, de l'alcool, etc.) dans son cocktail quotidien du bonheur. Graduellement apparaîtront de l'agressivité et de l'anxiété. Sur le plan physique, l'ecstasy apporte aussi son lot de malheur. Elle déshydrate l'ensemble des cellules du corps humain. Il est donc de la première importance de boire beaucoup d'eau lorsqu'on consomme de l'ecstasy. Il faut boire de l'eau au moins durant tout le temps que dure l'effet de la drogue. Il s'agit de boire de l'eau, et surtout pas de l'alcool, qui a aussi des effets de déshydratation, moins violents que ceux de l'ecstasy, mais qui s'additionneront à ceux-ci : attention danger.

Une personne au bord de l'épuisement qui en consommerait ne se sentirait pas fatiguée, mais prendrait quand même de grands risques en consommant cette drogue.

L'ecstasy a aussi pour effet d'inhiber la sensation de fatigue. C'est pourquoi la personne qui en a consommé peut danser pendant 8 à 10 heures sans se sentir fatiguée. Mais il ne faut jamais oublier que cette drogue n'enlève pas la fatigue. Elle ne fait que masquer la sensation de fatigue. Une personne au bord de l'épuisement qui en consommerait ne se sentirait pas fatiguée, mais prendrait quand même de grands risques en consommant cette drogue. La fatigue est un signal d'alarme qui dit à notre corps de se reposer. Il peut y avoir des conséquences graves à ne pas l'écouter. C'est un peu comme enlever la pile dans le détecteur de fumée de la maison. En cas de feu, l'alarme ne sonnera pas, ce qui n'empêchera pas l'incendie de tout détruire.

Un autre effet physique s'adresse particulièrement aux hommes (jeunes ou plus vieux). Nous avons mentionné que l'ecstasy augmentait le désir sexuel. Chez l'homme, l'envers de la médaille est aussi que cette fameuse pilule apporte des difficultés d'érection. Le consommateur mâle en arrive donc à ressentir un très grand désir d'avoir une relation sexuelle, mais... son pénis ne veut pas entrer en érection. Qu'à cela ne tienne, il trouvera alors une âme charitable qui lui proposera de prendre une autre pilule pour augmenter sa capacité érectile. Il en existe plusieurs comme Cialis, Lévitra, la plus connue demeure le Viagra. Encore ici il y a de grands risques de prendre de l'ecstasy et l'un ou l'autre de ces médicaments. Une chercheure de l'Université de Manchester en Grande-Bretagne s'est intéressée à ce nouveau phénomène et a conclu qu'il entraîne des risques importants d'attaque cardiaque et d'accident vasculaire cérébral (AVC). Ces médicaments qui seraient de plus en plus prisés par les adeptes de soirées rave ne sont pas sans danger lorsque consommés après avoir pris de l'ecstasy.

Extrait du livre que j'ai écrit: Ecstasy, la pilule de l'enfer. Les éditions Publistar, 2006.