LES BLOGUES
02/01/2016 09:39 EST | Actualisé 02/01/2017 05:12 EST

Il était une fois la maladie: La quinine et Zima la traitresse

Qu'ont en commun la boisson gazeuse Schweppes, les Jésuites et la naissance de l'industrie pharmaceutique? Mais avant de répondre directement à la question, voici une belle et cruelle histoire qui se passe au Pérou au temps des colonies espagnoles. L'épouse du vice-roi, la comtesse Anna del Chinchon, est atteinte du paludisme. Zima, sa dévouée servante péruvienne lui fait boire une décoction qui guérit la comtesse. La servante sera exécutée par les autochtones parce qu'elle a dévoilé à l'ennemi l'unique moyen de se prémunir contre la malaria. Et cette maladie constituait alors leur seule chance d'espérer voir un jour les conquistadors quitter leur pays. Comme les victimes de l'histoire sont habituellement oubliées, les botanistes ne devaient retenir que le nom de Chinchona pour baptiser l'arbre sauveur. L'écorce de l'arbre quinquina allait faire le tour du monde. Les Jésuites de Lima en rapportèrent à Rome pour lutter contre les fièvres qui faisaient alors rage chaque été en Italie; d'où son nom Herbe ou Poudre des Jésuites.

Deux pharmaciens français, collaborateurs de longue date, allaient isoler le principe actif de l'écorce de cet arbre. Pierre Pelletier et Joseph Caventou travaillent ensemble à l'Hôpital de Saint-Antoine à Paris. Dès 1826, ils ouvrirent un atelier de fabrication et traitèrent plus de 160 tonnes d'écorce de quinquina pour fabriquer quelque 1 800 kilogrammes de sulfate de quinine. Cette production marque le début du remplacement des plantes médicinales par des principes actifs. Ceux-ci offraient l'avantage d'être bien dosée par rapport aux plantes médicinales dont le contenu était variable, incertain et parfois même frelaté.

La malariathérapie

Au début du vingtième siècle, un médecin neurologue autrichien, le docteur Julius Wagner-Jauregg, trouva une utilisation originale de la quinine, ce qui lui valut le prix Nobel de médecine et de physiologie en 1927 pour sa technique appelée «malariathérapie». Wagner-Jauregg avait remarqué que lors de forts accès de fièvre, les patients atteints de syphilis voyaient leur condition s'améliorer temporairement. Il lui vint donc l'idée d'injecter à ces patients le paludisme. Une fois infectés, trois ou quatre grands accès de fièvre étaient souvent suffisants pour les guérir de la syphilis en tuant la bactérie responsable de l'infection. Par la suite, il ne restait qu'à traiter ces patients avec la quinine pour les guérir de la malaria. Il valait mieux risquer quelques morts dus à la malaria que de garder une syphilis qui allait tuer à coup sûr. Mais l'arrivée des antibiotiques allait rendre désuète la malariathérapie du récipiendaire de ce prix Nobel.

À votre santé

La quinine connut d'autres applications hétéroclites. Ainsi la légende veut qu'à cause de son goût amer, elle soit à l'origine du gin-tonic. Le célèbre cocktail aurait été inventé par les Britanniques en Inde. Il fut aussi introduit dans diverses eaux gazeuses dont le Schweppes, le Canada Dry et diverses autres eaux toniques (Tonic Water). Mais la quinine apporte aussi son lot d'effets secondaires, c'est pourquoi la proportion maximale admise de nos jours dans ces breuvages doit être en dessous de 100 parties par million (PPM).

À fortes doses, plusieurs effets secondaires peuvent se manifester chez les personnes qui prennent de la quinine comme médicament. Il faut s'en méfier dans les cas de diabète, de problèmes cardiaques, de grossesse (elle peut causer des malformations, ou même la mort du fœtus), et durant l'allaitement. La quinine présente une forte toxicité pour le système nerveux. C'est pourquoi on lui chercha des remplaçants contre le paludisme.

En 1926, les laboratoires Bayer mirent au point la plasmoquine. En 1932, ce fut l'arrivée de la rhodoquine, dont les effets ressemblaient à ceux de la plasmoquine mais qui jaunissait la peau des patients. En 1934, la Chloroquine est synthétisée. C'est le premier médicament antimalarique de synthèse de la classe des amino-4-quinoléines. La recherche d'autres médicaments pour lutter au paludisme n'est pas seulement en vue de trouver des médicaments de synthèse plus faciles à produire ou encore pour trouver des médicaments avec moins d'effets secondaires ou avec effets secondaires moins forts. Il faut chercher d'autres médicaments, car le paludisme développe avec le temps des résistances à ces médicaments. Ainsi en 1960 apparaissent les premiers cas de résistance à la chloroquine. Il fallait chercher autre chose.

Les Chinois à la rescousse

Lors de la guerre du Vietnam, l'armée nord vietnamienne avait fait creuser un réseau de souterrains. Ceux-ci comportaient de vastes étendues d'eaux stagnantes (excellents réservoirs pour l'anophèle, le moustique qui peut transporter la malaria), ce qui fit en sorte que durant cette guerre, plus de soldats nord-vietnamiens moururent de paludisme qu'au combat. Les généraux firent appel aux Chinois pour venir à bout de l'infestation. Une région de la Chine était alors très peu touchée par la malaria. Les chercheurs chinois remarquèrent que les habitants de cette région buvaient une décoction d'armoise annuelle, une plante indigène de l'endroit, dès les premiers signes du paludisme, ce qui les en guérissait. On eut alors tôt fait d'en extraire le principe actif: l'artémisine.

En 1990, les cas de résistance à la chloroquine ayant sensiblement augmenté, on se rabattit donc sur l'artémisine. Comme le souligne Santé Canada, l'artémisine est un lactone sesquiterpénique contenant un radical peroxyde qui n'a aucune parenté structurale avec un antipaludéen connu. Le Qinghaosu, dérivé de la plante cultivée Artemisia annua, est offert sous plusieurs formes: la molécule mère artémisine (préparations orales, parentérales et suppositoires) ou trois dérivés semi-synthétiques, soit un hémisuccinate hydrosoluble (artésunate) pour administration parentérale ou orale et deux composés liposolubles, artemether et arteether, pour injection intramusculaire. Toutes les préparations ont été étudiées et utilisées seulement à des fins thérapeutiques. Leur emploi est recommandé uniquement dans le cadre d'un traitement curatif et non pour la chimiosuppression.

Un autre dérivé

En 2001 l'Organisation mondiale de la santé (OMS) proclame l'artémisine comme étant le plus grand espoir mondial contre le paludisme. Mais elle doit adoucir ses propos dès 2006 et ne plus encourager l'artémisine en monothérapie de crainte que certaines résistances s'installent. L'artémisine ne tue pas le parasite, elle ne fait que l'affaiblir. De fait, des études ont révélé la présence de foyers de résistances dès 2009.

Malgré la quinine, la chloroquine, l'artémisine et tout le reste de l'arsenal thérapeutique à notre disposition, le paludisme demeure une maladie grave. Ainsi en 2008, à l'échelle mondiale, 247 millions de personnes en étaient atteintes dont pas moins d'un million de personnes sont mortes. Toujours selon Santé Canada, il s'agit de la principale infection pouvant mettre en danger la vie des Canadiens qui voyagent dans des régions où cette maladie est endémique. Le taux de mortalité parmi les cas graves d'infection à Plasmodium falciparum peut atteindre les 20 % et plus. Les patients doivent être hospitalisés sur-le-champ et recevoir un traitement médical urgent et intensif, dont un antipaludéen par voie parentérale. Le paludisme grave n'est pas fréquent au Canada, en moyenne 14 cas étant enregistrés par année (de 8 à 20 cas chaque année entre 2001 et 2008).

La quinine a donné naissance à l'industrie pharmaceutique et nous rappelle tout au long de son histoire l'importance de continuer à investir dans la recherche de nouveaux médicaments. La guerre entre l'homme et les divers agents infectieux n'est jamais gagnée et sans nouveaux médicaments disponibles en cas opportun, les pathogènes gagnent du terrain.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter