LES BLOGUES
15/07/2018 06:00 EDT | Actualisé 15/07/2018 06:00 EDT

Tout est parfait, même quand ça ne l’est pas

«Je remercie tous ceux qui m'ont ignoré car, sans eux, je n'aurais pas fait en sorte de prendre ma place.»

Pixabay

Hier soir, je suis revenue à la maison avec ce genre de réflexion / raisonnement en tête et j'ai trouvé cela très beau et réconfortant:

«Je remercie tous ceux qui m'ont fait souffrir car, sans eux, je n'aurais pas appris à mettre mes limites.»

«Je remercie tous ceux qui m'ont manqué de respect car, sans eux, je n'aurais pas compris ma véritable valeur.»

«Je remercie tous ceux qui n'ont pas cru en moi car, sans eux, je n'aurais pas développé la détermination.»

«Je remercie tous ceux qui m'ont ignoré car, sans eux, je n'aurais pas fait en sorte de prendre ma place.»

Et la liste pourrait s'allonger...

Apprendre de notre histoire

Nous vivons tous des revers de situation, des moments où nos interactions avec les autres ne se passent pas comme nous l'aurions souhaité ou désiré.

C'est justement durant ces périodes désolantes et décevantes que nous devons apprendre à réagir de la façon la plus constructive possible, c'est-à-dire en faisant des choix qui n'alimenteront pas le drame ou le malaise, mais le rendront beaucoup plus supportable si ce n'est d'arriver à ramener la paix tout simplement.

Il est toujours bon pour nous d'en retirer une leçon afin de faire différemment la prochaine fois.

Toutefois, nous le savons tous, lorsque l'émotion est au rendez-vous – et souvent à son paroxysme – il s'avère difficile d'arriver à bien manœuvrer la barre. Je suis certaine que nous avons tous en tête des exemples d'épisodes de notre vie où nous avons agi et réagi avec excès ou avons totalement manqué de discernement.

Mais je vous rassure ici, rien ne sert de se taper sur la tête pour quelque chose qui est déjà bien loin derrière nous. Néanmoins, il est toujours bon pour nous d'en retirer une leçon afin de faire différemment la prochaine fois.

Rien n'arrive pour rien

Ce qui me réconforte énormément, c'est de savoir que tout ce que j'ai pu vivre (et vivrai) en matière de turbulences n'a pas été vécu en vain. Les larmes de colère, de honte, de frustration ou de tristesse finissent toujours par nous apporter une meilleure compréhension. Un jour, nous savons exactement pourquoi c'est arrivé et, surtout, pourquoi ça devait arriver.

Cela demande parfois des années avant d'avoir un portrait plus juste et nous nous retrouvons même souvent coincés à revivre le même scénario encore et encore... Tout cela pour nous amener à bien comprendre comment la grande machine fonctionne réellement. Mais lorsque nous y arrivons... Wow! Rien n'est plus vu ou perçu de la même façon. Et surtout, rien n'est plus vécu de la même façon.

Si nous choisissons nos amis, nous choisissons aussi nos ennemis en quelque sorte.

Aujourd'hui, je réalise que la malchance, si elle existe, n'est pas quelque chose qui se colle à nous sans que nous ne l'ayons quelque part un peu invitée ou provoquée. Nous sommes d'une certaine façon toujours un peu responsable de ce que nous vivons et c'est encore plus vrai lorsqu'il s'agit de nos interactions avec les autres. Si nous choisissons nos amis, nous choisissons aussi nos ennemis en quelque sorte.

Au fond, tout est parfait même quand ça ne l'est pas, car l'imperfection est souvent la route que la vie emprunte pour nous faire réviser notre destination.

À LIRE AUSSI:

» La beauté de Montréal, au rythme des saisons
» «Scotch & Soda»: un spectacle à ne pas manquer cet été
» Enfants handicapés: vous avez dit équité? Quelle équité?

À VOIR AUSSI: