LES BLOGUES
22/04/2018 07:36 EDT | Actualisé 22/04/2018 12:03 EDT

Tous ces cerfs-volants qui, jamais, ne s’envoleront

Pourquoi la vie a-t-elle voulu mettre sur ma route ce complice de vie potentiel si c'est pour me l'enlever quelques semaines plus tard?

Shutterstock

Vous est-il déjà arrivé de vous retrouver dans une situation où vous vous sentez déchirés entre le fait que vous savez que ce qui se passe présentement est ce qui doit se passer, et ce, pour le bien-être de l'autre, mais aussi probablement pour votre propre bien.

Toutefois, vous ne pouvez quand même pas vous empêcher d'égoïstement penser que c'est trop injuste ce qui est en train d'arriver et, du coup, ce qui semblait être très clair et réglé hier remonte aujourd'hui à la surface et vous plonge encore dans des heures d'analyse et de questionnement.

C'est un processus totalement épuisant et démotivant, ce retour constant à la case départ. Tous ces doutes, ces peurs qui rejaillissent. Tout cela parce que, probablement, nous refusons de lâcher prise sur une situation sur laquelle nous n'avons, malheureusement, aucun contrôle.

Voici le dilemme dans lequel je me trouve présentement : apprendre à laisser partir quelqu'un avec qui j'entrevoyais beaucoup de possibilités.

Et il ne me passerait jamais par la tête d'oser vouloir exercer mon influence afin de modifier la décision qui a été prise car cela voudrait dire que je veux empêcher quelqu'un de vivre un de ses rêves et, cela, je ne pourrais pas.

Je sais trop bien à quel point les rêves sont précieux et je sais encore plus combien il est impensable et improbable de tenir captif un cheval sauvage. Surtout lorsque celui-ci est dans une phase de sa vie où il ressent viscéralement un besoin de renouveau et d'aventure.

Je dois apprendre à donner de la corde à ce cerf-volant qui désire s'envoler très haut car il se doit de vivre à fond toutes les expériences qui l'attendent, expériences qu'il a attendues toute sa vie.

DONNER DE LA CORDE

De ce fait, je dois apprendre à donner de la corde à ce cerf-volant qui désire s'envoler très haut car il se doit de vivre à fond toutes les expériences qui l'attendent, expériences qu'il a attendues toute sa vie.

Dans ma tête, toutefois, beaucoup de pourquoi... Pourquoi la vie a-t-elle voulu mettre sur ma route ce complice de vie potentiel si c'est pour me l'enlever quelques semaines plus tard?

Mais à quoi bon vouloir comprendre une situation que l'Univers a, encore une fois, si habilement ficelée. Il y a une raison. Il y en a toujours. Elle échappe à ma conscience pour l'instant, mais elle se fera bien connaître lorsque je serai prête à l'entendre.

Entre-temps, je ne peux que remercier la vie de m'avoir fait rencontrer cette personne magnifique, et ce, même si ça a été pour une période beaucoup trop courte. La grandeur des bonheurs passés en sa compagnie compense largement pour la durée du temps.

LET IT BE

Cette histoire me fait réaliser à quel point nous nous empêchons tous de vivre les appels de notre âme qui sont, souvent, comme un cri du cœur. Soit nous nous empêchons de les vivre, soit nous empêchons les autres d'y accéder.

En réalité, nous nous coupons de cette invitation à être et à laisser être tout ce qui a besoin de s'exprimer, de s'extérioriser, de se matérialiser.

Nous devons réaliser que, lorsque la longueur de la corde est insuffisante, nous empêchons le cerf-volant d'être et de faire ce pourquoi il a été pensé et créé.

Il en est ainsi pour tout ce que nous retenons de force par amour, par peur ou par haine. Ce sont là des cerfs-volants qui, jamais, ne s'envoleront.