LES BLOGUES
25/02/2018 08:00 EST | Actualisé 25/02/2018 08:00 EST

Recalcul en cours ou redéfinir sa position par rapport à sa vie

Depuis que je fais l'exercice de me demander constamment ce que je veux, je constate que je vis moins de confusion ou d'incertitude par rapport à mon avenir.

Shutterstock

Le temps file à une vitesse vertigineuse. On parle d'aujourd'hui et on est déjà rendu à demain. C'est une donnée avec laquelle nous devons malheureusement composer. Nous ne pouvons pas « geler » le temps. Nous devons nous laisser entraîner par les tic-tac de l'horloge et voir à faire de chaque seconde de notre vie quelque chose de positif et de valable.

Quel est le bilan?

J'ai toujours pensé que pour savoir où on veut aller, il faut d'abord savoir où on se trouve présentement. C'est pourquoi nous devons nous poser certaines questions fondamentales.

Le portrait de notre vie actuelle nous satisfait-il? C'est un point qui semble peut-être complexe, mais la réponse devrait nous venir instantanément. Cela n'a rien de cérébral, mais tout à voir avec le ressenti. Au fin fond de nous, nous savons... même si nous voulons le nier, le cacher ou prouver le contraire.

Si on y va en proportion, quels sont nos plus grands bonheurs versus nos plus gros défis? Notre bien-être dépend-il entièrement des autres? Si c'est le cas, qu'arrivera-t-il lorsqu'ils n'y seront plus parce que, par exemple, ils auront réalisé que la vie les appelle ailleurs?

Et pour ce qui est de nos plus grandes sources de frustration et de peine, est-ce que nous les subissons sans broncher ou nous faisons ce qu'il faut pour les amenuiser ou les résoudre?

Beaucoup de questions, n'est-ce pas? Mais il s'agit ici d'une réflexion que nous nous devons d'avoir régulièrement afin de donner de nouvelles données à notre GPS. Il faut provoquer une action de « recalcul en cours » de temps à autre. C'est impératif.

Qu'est-ce que je veux?

Depuis que je fais l'exercice de me demander constamment ce que je veux, je constate que je vis moins de confusion ou d'incertitude par rapport à mon avenir. Cela me procure une certaine forme d'apaisement que de laisser aller mon esprit dans toutes les directions possible sans que mes peurs et mes insécurités ne viennent me refréner.

On a longtemps voulu nous faire croire que les rêveurs étaient des personnes qui ne vont jamais nulle part.

Si nos parents ou nos grands-parents nous ont souvent dit : « Arrête de rêver! », moi, je vous dis rêver grand, rêver fort, rêver tout le temps. On a longtemps voulu nous faire croire que les rêveurs étaient des personnes qui ne vont jamais nulle part. Si c'est le cas, c'est qu'ils ont abandonné leurs rêves en cours de route, car si un rêveur porte en lui la conviction de ce qu'il affirme, il obtiendra toujours ce qu'il veut. Et qui plus est, un rêveur qui est prêt à faire tout ce qu'il faut pour porter son rêve au bout de ses bras ne peut que crier victoire.

La plupart des situations portent en elles la possibilité d'évoluer, de s'améliorer. Si un problème existe, forcément sa solution aussi. C'est ce genre de discours que nous devons entretenir désormais, car nous attirons ce à quoi nous sommes convaincus.

N'hésitons pas à faire, de temps en temps, des recalculs de notre position, afin de nous rapprocher davantage de ce qui compte réellement pour nous dans la vie.

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost