LES BLOGUES
02/03/2019 06:00 EST | Actualisé 13/05/2019 16:30 EDT

Ce qui se cache derrière «avoir raison à tout prix»

L'important, c'est qu'il y ait un équilibre entre exprimer son point de vue et l'imposer.

Image Source via Getty Images
Ça fait peut-être mal à l'ego de ne pas toujours avoir raison, mais ça fait sacrément du bien à l'âme d'être capable d'admettre qu'on a tort.

Sommes-nous de ceux qui ont toujours besoin d'avoir le dernier mot, même si le point que nous défendons n'est pas valable?

Avons-nous cet entêtement à ramener, encore et encore, notre version de l'histoire sans prendre à tout le moins une minute de notre temps pour bien écouter et analyser ce qui se dit dans le camp «adverse»?

Nous sentons-nous diminués, bafoués, humiliés ou frustrés lorsque, pour un motif ou un autre, nous sentons que ne remportons pas la partie? Que nos arguments ne sont pas assez solides pour tenir la route?

Quand ça devient un problème

Il est vrai qu'il y a du bon dans le fait d'être convaincus et d'être convaincants, mais lorsque notre conviction/certitude ne repose que sur notre désir d'imposer notre version de la chose, il commence ici à y avoir un sérieux problème.

La personne qui veut avoir raison à tout prix a souvent peur de perdre la face.

Selon sa croyance, ne pas gagner son point signifie probablement être faible, stupide, insignifiant. C'est pourquoi elle ne veut céder du terrain à personne.

Elle s'acharne donc à exprimer le même message, encore et encore, en espérant que l'autre va finir par capituler. En fait, c'est sa tactique pour ne pas en arriver à devoir admettre qu'elle s'est trompée.

Elle s'exprime aussi souvent avec beaucoup d'émotions, car elle se sent littéralement en danger: elle craint d'être démasquée. Une intensité et/ou une colère beaucoup trop intense par rapport à l'importance du sujet même...

La véritable honte

Nous avons peut-être peur d'éprouver de la honte parce que nous avons tort, mais ce qui est vraiment honteux, c'est plutôt de défendre une idée qui ne repose sur rien ou que nous savons fausse.

En réalité, les gens qui sont constamment dans la recherche d'avoir raison ont un gros problème d'estime.

Ils projettent une image d'eux qui les définit comme étant une personne forte et sûre d'elle, mais le simple fait de tenir mordicus à avoir raison, ça démontre immanquablement que la structure a des failles.

Le juste équilibre

L'ancienne moi avait très peu confiance en elle. J'ai moi-même éprouvé souvent ce sentiment d'humiliation lorsque j'arrivais à exprimer quelque chose et qu'on était en désaccord avec moi. De ce fait, j'avais souvent envie de monter aux barricades.

Depuis que j'ai appris à m'aimer davantage et à reconnaître ma véritable valeur, il est étonnant de constater à quel point mes réactions sont désormais très différentes.

En fait, la plupart du temps, je m'en fiche carrément d'avoir raison ou pas. Sauf si, bien entendu, ce que je défends, c'est du béton. Dans ce cas, comme tout le monde, je sens une certaine forme d'injustice et il est alors possible que je m'emporte un peu.

L'important, je crois, c'est qu'il y ait un équilibre entre exprimer son point de vue et l'imposer.

Ça fait peut-être mal à l'ego de ne pas toujours avoir raison, mais ça fait sacrément du bien à l'âme d'être capable d'admettre qu'on a tort. Du coup, on se sent libéré d'un poids, d'une charge, tellement inutile!

À LIRE AUSSI:

» Il était une fois, au pays des hommes intègres

» Surmontez votre peur de la mort et exprimez vos souhaits pour les soins en fin de vie

» Mon genre et non celui de l'État

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.