LES BLOGUES
11/02/2018 08:00 EST | Actualisé 12/02/2018 09:39 EST

Quand toute la famille boit sauf...

Si la règle, dans notre famille, c'est que tout le monde s'investit à détruire sa vie, soyons l'exception de la règle et soyons-en fiers!

Getty Images/iStockphoto

Dans ma famille, c'est bien connu que mon grand-père et les frères de mon père ont tous eu un problème d'alcool. Pas un petit, mais un gros, un sérieux problème.

Si on dit que la pomme ne tombe jamais bien loin de l'arbre, je me suis toujours demandé quelle sorte de pomme mon père pouvait bien être pour avoir été le seul à ne pas être tombé au fond d'une bouteille d'alcool. Pourquoi arrivait-il à avoir une consommation raisonnable et occasionnelle alors que tous les autres terminaient leurs journées en ayant peine à aligner les mots et les pas?

Reproduire ou faire différemment

Je ne crois pas trop à l'hérédité ou à la prédisposition que nous pourrions avoir pour, par exemple contracter telle ou telle maladie... Vous savez, tous ces discours sur la génétique. En supposant que j'ai tout faux ici, je pense qu'il reste que tout ce que nous acceptons comme vrai finit par le devenir.

C'est pourquoi il faut toujours user de beaucoup de discernement avant de se résoudre à accepter un quelconque diagnostic. Il ne faut jamais oublier que nous sommes tous humains et que, la plupart du temps, l'humain se trompe. Il fonctionne selon les connaissances qu'il a acquises et qu'il possède dans le moment, selon ce qui lui paraît sensé, mais la vérité et les possibilités ne sont pas limitées par la connaissance que nous croyons posséder. Toute situation porte en elle le pouvoir d'évoluer, de se transformer, de se guérir et de guérir.

Toute situation porte en elle le pouvoir d'évoluer, de se transformer, de se guérir et de guérir.

Ceci dit, je dois admettre que l'environnement dans lequel nous sommes élevés risque d'avoir une certaine influence sur nos habitudes et comportements. C'est pourquoi l'enfant qui a été battu sera peut-être susceptible de battre à son tour et il en est ainsi de celui qui a vu son père tromper sa mère ou un de ses parents aux prises avec des problèmes d'alcool importants.

Ce sont nos souvenirs douloureux qui, bien souvent, nous poussent à refaire exactement ce qui nous a tant fait souffrir. Inconsciemment, nous reproduisons la situation problématique. C'est l'histoire qui se répète... Mais attention, pas pour tous!

Certaines personnes, comme mon père, ont compris qu'il était préférable de s'éloigner de ses démons plutôt que de s'y abandonner corps et âme. C'est pourquoi mon paternel est resté un buveur occasionnel agréable toute sa vie. Parce qu'il a su transformer ses pensées et travailler sur ses réflexes de sorte de ne pas reproduire ce qu'il avait vécu. Il s'est fait un devoir de faire différemment.

Je dois avouer que j'ai aussi emprunté cette route qui est de faire différemment. Mon enfance ne me prédisposait nullement à être une bonne mère pour mon fils, mais j'ai fait mentir les probabilités en mettant tous mes efforts sur la réparation de la situation et non sur l'aggravation de celle-ci.

Car c'est tout à fait cela; si nous nous laissons entraîner dans le même sillage que nos parents en reproduisant leurs erreurs, c'est comme si leur vie gâchée aura servi d'exemple alors qu'en fait elle se voulait davantage une leçon nous invitant à faire des choix beaucoup plus judicieux.

Si la règle, dans notre famille, c'est que tout le monde s'investit à détruire sa vie, soyons l'exception de la règle et soyons-en fiers!

Galerie photo Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images