LES BLOGUES
10/06/2018 08:00 EDT | Actualisé 10/06/2018 08:00 EDT

Faisons-nous les mêmes erreurs que nos parents?

J'ai, personnellement, été élevée à la dure. Sans marque d'affection et dans un climat d'hostilité.

Thanasis Zovoilis via Getty Images

Il y a l'image idéale du père et de la mère et il y a l'image de la personne que nous avons connue, celle qui nous a élevés et dont nous gardons tous un bon ou un moins bon souvenir.

Ce n'est pas si facile d'être parents, je l'avoue. Nous devons arriver à prendre soin d'un autre être humain que nous-mêmes alors que, pour la plupart, nous ne savons pas trop qui nous sommes et pourquoi nous agissons comme nous le faisons.

Sous l'influence de notre propre enfance

Il faut dire que nous sommes plusieurs à être très peu outillés pour faire notre job correctement. Nous n'avons pas vraiment eu de modèles inspirants sur lesquels nous baser alors nous reproduisons, inconsciemment, les erreurs que nos propres parents ont faites avec nous. C'est ce que nous avons vu; c'est ce que nous connaissons.

« On ne peut pas donner ce qu'on n'a pas reçu.» C'est souvent cette phrase qu'on entend pour expliquer – ou plutôt excuser – pourquoi nous n'arrivons pas à être un bon parent selon la définition que nous nous en faisons tous, c'est-à-dire une personne aimante, patiente, qui motive, encourage, réconforte, protège...

Ne serait-il pas merveilleux de pouvoir être ce type de personne avec nos enfants? Et que dire du bonheur, pour eux, d'être élevés dans de pareilles conditions!

Mais la réalité en est souvent toute autre. Surtout lorsque nous tombons dans le piège de reproduire ce que nous avons vécu, et ce, même si ce que nous avons vécu nous a rendus malheureux comme les pierres et a laissé des séquelles importantes dans notre vie.

Faisons de nos adultes de demain de meilleures personnes

J'ai, personnellement, été élevée à la dure. Sans marque d'affection et dans un climat d'hostilité. Lorsque mon fils est venu au monde, j'ai réalisé que j'avais deux choix : laisser parler mes réflexes conditionnés qui m'invitaient à reproduire certains des comportements de ma mère ou faire différemment.

Vous comprendrez que j'ai choisi la deuxième option et, étrangement, cela m'a totalement libérée d'un passé très lourd qui m'empêchait d'avancer. C'est comme si, en faisant le bien, je réparais le mal qui m'avait été fait. Ça a été toute une révélation!

C'est comme si, en faisant le bien, je réparais le mal qui m'avait été fait. Ça a été toute une révélation!

En fait, nos enfants, ce sont les adultes de demain et c'est maintenant, sous notre coupole, qu'ils sont en train d'acquérir tout ce dont ils auront besoin pour devenir des personnes épanouies et pleines de ressources. Notre rôle est donc d'une extrême importance.

N'oublions pas que, tout ce qui compte pour un enfant, c'est ce que pensent ses parents de lui. La façon dont nous regardons nos enfants, ce que nous leur disons ou ce que nous racontons à leur sujet, bien souvent devant eux... Tout cela contribue à renforcer leur estime ou, au contraire, à détruire celle-ci.

Pour ma part, je me rappelle encore à quel point certains discours répétés de ma mère m'ont pourchassée durant une grande partie de ma vie. Parce que je n'avais pas la capacité de discernement, j'en ai fait des « vérités vraies » alors qu'ils n'étaient basés sur rien en fin de compte. Mais pour l'enfant que j'étais, c'était ma seule source de référence pour savoir qui j'étais véritablement et qui j'allais devenir.

N'ayons pas peur de dire à nos enfants chaque jour à quel point nous les aimons et à quel point ils sont et deviendront des personnes extraordinaires. Croyez-moi, cela fera une différence énorme.