LES BLOGUES
22/12/2017 09:00 EST | Actualisé 22/12/2017 09:00 EST

Et si les contes de Noël existaient pour vrai?

Je pense, personnellement, que si la vie fait en sorte que nous assistions à une scène qui nécessiterait notre intervention, c'est que nous devons, tout simplement, intervenir.

AOL

J'ai toujours pensé que les retards dans la vie arrivaient toujours pour une raison. Par exemple, lorsque nous avons un rendez-vous et qu'étrangement les actions qui nous permettront d'être prêts à temps se mettent soudainement à aller de travers, tant et si bien qu'il devient évident que nous ne respecterons pas les délais.

Chaque fois, je me dis que c'est parce que l'Univers a besoin que je sois sur place un peu plus tard, soit pour me protéger d'un danger, soit pour faire en sorte que je puisse rencontrer une personne X ou vivre une circonstance Y.

C'est ce qui m'est arrivé hier alors que je devais partir à pied de chez moi pour rencontrer une amie sur le coin d'une rue et que, pour différentes raisons, je n'arrivais pas à sortir de chez moi.

Finalement, quand j'ai réussi à m'engager sur le trottoir, j'ai croisé une jeune fille dans la vingtaine qui promenait un bien drôle de chien. Nous étions synchronisées au point que j'ai dû m'arrêter pour la laisser passer et c'est là que j'ai pu constater qu'il y avait quelque chose qui ne fonctionnait vraiment pas.

En fait, mon questionnement était au niveau de l'état de santé du chien. C'était littéralement un paquet d'os sur quatre pattes et ce dernier arrivait à peine à marcher, ce qui m'inquiéta au plus haut point.

Voyant mes points d'interrogation dans les yeux et ne pouvant m'empêcher de laisser échapper un « Oh my God », la jeune fille s'arrêta et me lança cette phrase avant d'éclater en sanglots : « Est-ce que vous pensez que je fais bien? »

Elle poursuivit avec : « C'est le chien d'un voisin et il est toujours tout seul et laissé à lui-même dehors. Je suis allée frapper à la porte plusieurs fois, mais le voisin ne répond pas. J'ai même appelé la SPCA et ils ne font rien. »

- Qu'est-ce que tu veux faire? lui ai-je demandé.

- Je vais l'emporter chez moi, me répondit-elle entre deux sanglots.

- Bien sûr que tu fais bien. Je ferais la bonne chose.

Nous nous sommes penchées vers le pauvre chien qui ne voulait, ou plutôt, ne pouvait plus avancer. J'avais l'impression qu'il lui restait moins de 5 % de batterie avant de s'éteindre.

La jeune fille me confia : « J'ai essayé de le prendre dans mes bras tantôt, mais j'ai l'impression que je lui ai cassé quelque chose... » Puis, elle se pencha pour essayer à nouveau d'empoigner le Berger allemand. Comme je transportais un gros sac de livres de la bibliothèque, j'hésitais à déposer le tout dans la neige, mais c'était ce que j'étais sur le point de faire. Toutefois, après quelques secondes seulement, elle dut déposer le chien par terre parce que, malgré sa maigreur qui faisait peur, il était tout de même un peu lourd et ne semblait pas confortable, et ce, même s'il n'avait absolument aucune réaction.

Nous l'avons alors caressé et il sembla puiser en lui un peu de courage pour se remettre à marcher. C'était un spectacle tout à fait bouleversant. Une image qui m'a hantée toute la journée, je dois dire.

Juste avant que la jeune fille ne s'engage dans une autre rue, j'ai mis ma main sur son épaule et je lui ai dit : « Tu sais, le chien est vraiment chanceux de t'avoir. Tu es un ange pour lui. Sincèrement. » Et c'est ainsi que nous nous sommes quittées.

Je pense, personnellement, que si la vie fait en sorte que nous assistions à une scène qui nécessiterait notre intervention, c'est que nous devons, tout simplement, intervenir.

Un peu plus tard dans la journée, je me suis mise à réfléchir à toutes ces occasions d'aider qui sont placées sur notre route et que nous ignorons parce que nous nous disons que ce n'est pas de nos affaires. Je pense, personnellement, que si la vie fait en sorte que nous assistions à une scène qui nécessiterait notre intervention, c'est que nous devons, tout simplement, intervenir.

Hier, cette jeune fille avait besoin de se faire dire que ce qu'elle était en train de faire était la bonne chose et la vie m'a placée sur sa route pour la rassurer en ce sens. Ce faisant, aujourd'hui, ce pauvre chien agonisant se voit offrir la chance d'avoir une meilleure vie ou de vivre tout court.

Finalement, est-il possible que les contes de Noël existent pour vrai?

Galerie photoLes billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images