LES BLOGUES
29/03/2017 05:35 EDT | Actualisé 20/06/2019 06:48 EDT

Monsieur Arthur, les cyclistes ne méritent pas de mourir

Oui je sais, ma vie ne vaut peut-être pas beaucoup à vos yeux, car vous ne pourrez jamais me compter en tant qu'auditrice et m'inclure dans vos sondages BBM.

Bonjour Monsieur Arthur,

Vous avez un micro? Moi j'ai un clavier. L'un ou l'autre constitue un privilège, dès qu'on pèse sur le bouton «en ondes» ou sur «publier» . Je compte bien utiliser mon privilège, je vous certifie ma bonne foi sur ceci.

J'ai changé d'emploi: depuis 10 jours, je travaille dans le quartier St-Roch. Avant c'était la haute ville. Je prenais l'autobus pour m'y rendre, car, quand on a la fibrose kystique, partir de Limoilou et monter une montagne en commençant sa journée, c'est difficile sur les réserves d'énergie.

Mon statut de mère mono parentale ne me permet pas d'utiliser ma voiture quotidiennement pour me déplacer au bureau. Avec des stationnements au coût de 125$, et même plus par mois, ça ne rentre pas dans mon budget. Et, vous ne trouveriez pas ça ridicule de faire 1km matin et soir et payer autant quand mon stationnement à Limoilou se trouve à distance de marche du bureau?

Il me reste peu d'options: la marche ou le vélo.

Nous sommes chanceux dans Limoilou: depuis l'été passé, il y a de belles voies réservées sur la rue du Pont qui relie Saint-Roch et notre quartier.

Quand je ne vais pas porter mes filles à la garderie et à l'école à pied, j'aime bien prendre mon vélo: je suis au bureau en 5 min au lieu de 30 minutes, et je fais un peu de cardio. Vous savez, c'est important quand même pour les gens atteints de fibrose kystique de faire de l'activité physique; ça prolonge leur espérance de vie.

Parlant de mon espérance de vie: quelle est-elle si un matin, disons demain, un auditeur vous entend prononcer cette phrase:

«Moi ma définition d'un idiot, c'est quelqu'un qui fait du bicycle en hiver (...) Aujourd'hui, quelqu'un en bicycle, frappez-les (sic), soulagez-le, faites quelque chose.»

Vous direz à mes filles endeuillées que maman avait beau faire 1h de traitements (médicaments en nébulisation) quotidiens; avaler plus de 20 comprimés par jour; que l'automne passé, je suis passée par une chirurgie du système digestif parce que ce dernier ne voulait plus fonctionner; par 14 jours de prise d'antibiotiques intraveineux parce que mes poumons se portaient vraiment mal; que mon assurance collective investisse plus de 250 000$ par année de médicaments pour me maintenir en vie le plus longtemps possible, mais que ma vie, sur un vélo, ne vaille pas la peine de continuer, pas ce matin-là où je me suis fait frappée, sous vos ordres.

Oui je sais, ma vie ne vaut peut-être pas beaucoup à vos yeux, car vous ne pourrez jamais me compter en tant qu'auditrice et m'inclure dans vos sondages BBM.

Oui je sais, ma vie ne vaut peut-être pas beaucoup à vos yeux, car vous ne pourrez jamais me compter en tant qu'auditrice et m'inclure dans vos sondages BBM.

Mes filles ne vendent pas de publicité, elles n'ont pas d'actionnaires et elles n'ont pas de rapport de croissance de l'auditoire à défendre devant leur patron. Elles ont une maman qui malgré la maladie, veut seulement vivre le plus longtemps possible pour les voir grandir et faire du vélo... dans la rue.

LIRE AUSSI:

» Le pont de Québec dans un état inquiétant

» Budget fédéral: «rien pour Québec»

» Cuisine de rue à Québec: dévoilement du cadre du projet pilote

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST