LES BLOGUES
22/01/2019 12:07 EST | Actualisé 22/01/2019 14:23 EST

Contentieux électoral en RDC: la Cour constitutionnelle confirme Félix Tshisekedi

Les Congolais n'accepteront pas les intrusions des États tiers qui ont des intérêts économiques et stratégiques et qui ne souhaitent pas forcément la paix et la stabilité politique dans ce pays d'Afrique centrale.

JOHN WESSELS via Getty Images
Les partisans de Martin Fayulu, finaliste aux élections en République démocratique du Congo (RDC), brandissent un cercueil portant la note «Adieu Félix» alors qu'ils protestent dans la rue le 21 janvier 2019 à Kinshasa, contre la confirmation de Felix Tshisekedi en tant que président de la RDC.

La Cour constitutionnelle a rejeté le recours du candidat malheureux Martin Fayulu Madidi, qui contestait les résultats de la présidentielle. La Haute Cour a estimé que la requête n'était pas fondée, parce que l'intéressé n'aurait pas apporté des preuves convaincantes que les résultats publiés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) n'étaient pas conformes à la réalité.

La plus haute juridiction du pays a donc proclamé Félix Tshisekedi Tshilombo président élu de la République démocratique du Congo (RDC). Il devient ainsi le cinquième président depuis l'accession du pays à l'indépendance, le 30 juin 1960.

En raison des contestations post-électorales intervenues lors de ces consultations électorales, une délégation de l'Union africaine (UA), qui voulait se rendre à Kinshasa dès ce lundi 21 janvier, a reporté son déplacement sine die. En effet, les chefs d'État membres de ladite délégation devaient rencontrer les différents acteurs politiques congolais impliqués dans le processus électoral, y compris le président sortant, Joseph Kabila.

La rencontre visait notamment à les exhorter à s'engager sur la voie du dialogue constructif pour régler pacifiquement la crise post-électorale, et ce, dans un esprit de compromis et de réconciliation nationale, à s'abstenir de tout acte ou toute déclaration qui pourrait envenimer la situation et attiser la violence post-électorale, et surtout à garantir une solution politique qui soit dans l'intérêt du peuple congolais.

Les chefs d'État africains avaient préalablement appelé les autorités congolaises à suspendre toute proclamation des résultats définitifs de l'élection présidentielle jusqu'à leur venue. Mais la Cour constitutionnelle qui est l'ultime instance chargée d'examiner et de traiter les contentieux électoraux, la transparence des processus de dépouillement des votes et la publication des résultats définitifs, n'a pas attendu leur arrivée pour rendre son arrêt sur les différents recours relatifs à la présidentielle, présentés par le candidat malheureux Martin Fayulu.

Il faut dire que l'Union africaine est divisée sur la question. L'initiative de ces chefs d'État de la sous-région, au nom de l'Union africaine, était mal perçue tant par d'autres chefs d'État du continent que par les Congolais, qui considèrent qu'une telle démarche est inappropriée et peu crédible. Nombre d'observateurs de cette organisation continentale y voient là une immixtion incongrue dans les affaires intérieures d'un pays et une atteinte grave à l'indépendance de la justice d'un État souverain. Dans la mesure où cette initiative était susceptible de nuire à une procédure en matière de contentieux électoral, en imposant une médiation avant toute procédure judiciaire.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a bien perçu également le risque majeur pour une telle démarche du président de l'Union africaine, Paul Kagamé qui, bien que louable en théorie, s'avérait dangereuse pour la démocratie, parce que susceptible d'empiéter sur les domaines de compétence du pouvoir judiciaire. Ce qui risquait de saper l'autorité de la Cour constitutionnelle de ce pays et créer un précédent susceptible de compromettre l'indépendance de la justice.

Le secrétaire général des Nations unies a donc réagit rapidement pour recadrer les choses, en clarifiant que l'UA ne s'était pas exprimée en tant qu'institution, mais que c'était une initiative d'un groupe de chefs d'État africains invités par le chef de l'État rwandais, Paul Kagamé, président en exercice de l'UA. Toutefois, Antonio Guterres a souhaité que cette démarche se fasse dans le respect de la volonté du peuple congolais, de la démocratie et de la législation nationale applicable en matière de règlement de contentieux électoraux.

Nous espérons maintenant que le processus électoral en République démocratique du Congo se conclura sans violence dans le plein respect de la volonté du peuple congolais et des règles juridiques et constitutionnelles du paysAntonio Guterres

C'est donc un appel au strict respect de la légalité constitutionnelle et une invitation au respect de l'arrêt de la Cour constitutionnelle. En effet, dans une démocratie, l'autorité judiciaire est indépendante du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif. Il est donc essentiel que le pouvoir judiciaire soit véritablement indépendant et ne subisse pas des pressions de la part des autres pouvoirs.

En effet, même si l'utilité d'une telle démarche ne fait aucun doute, on imagine mal comment la Cour constitutionnelle pouvait obtempérer à une telle demande de l'UA, en violation des dispositions applicables de la Constitution de la RDC.

Toutefois, au vu de ce qui précède, il y a lieu de croire que si la mission africaine tient toujours, l'agenda devra être complètement remanié, sinon la démarche risque fort bien de s'avérer vaine et contre-productive, car les Congolais n'accepteront pas de telles intrusions des États tiers qui ont des intérêts économiques et stratégiques et qui ne souhaitent pas forcément la paix et la stabilité politique de ce grand pays d'Afrique centrale.

Maintenant que les contentieux électoraux sont définitivement réglés et que la Cour a confirmé les résultats des élections, le plus dur reste à venir.

Les Congolais, avec leur nouveau président, Félix Tshisekedi, doivent savoir que les défis à relever sont énormes pour ce pays. Tout le monde devrait se retrousser les manches, mettre la main à la pâte et travailler ensemble pour la reconstruction de ce pays qui recèle d'immenses potentialités.

À LIRE AUSSI:

» Sénégal: le respect du processus électoral, condition indispensable pour une élection apaisée

» Pour en finir avec les idéologies

» Ceux qui nous font briller et ceux qui nous éteignent

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.