LES BLOGUES
08/04/2016 10:21 EDT | Actualisé 09/04/2017 05:12 EDT

Les fausses couches amoureuses

Est-ce qu'il devrait y avoir une règle non écrite qui dit d'attendre trois mois avant d'en parler? Attendre trois mois, et s'il n'a pas l'air de vouloir partir, le match est bon, on peut en parler?

Je n'avais rien à écrire ce mois-ci, jusqu'à ce soir. Tout allait bien, des petits doutes par ci par là, mais rien d'alarmant. Et tout à coup, ça m'est tombé dessus, en plein Blind Pig, rue Ontario. Je pense que je fais des fausses couches amoureuses. Le terme et l'image sont peut-être lourds, mais c'est ce que j'ai trouvé qui se rapprochait le plus de comment je me sentais quand une relation ne fonctionne pas. Je sais que la douleur n'est pas la même, mais je vais essayer de l'expliquer.

Au début, quand tu rencontres quelqu'un, t'en parles pas trop parce que tu ne sais pas s'il va rester, si tu vas le garder, s'il va «s'accrocher». Plus les jours passent, plus tu te fais à l'idée de lui dans ta vie, tu commences à faire des plans dans ta tête, à t'attacher tranquillement, à en parler à ton monde. Dire à quel point t'es bien et heureuse et, tout à coup, tu le perds. Il ne te donne plus de nouvelles ou encore te dit que ça ne fitte plus, et il te laisse avec un vide dans le ventre. Et c'est là que les gens te regardent avec un peu de peine et de pitié dans les yeux. Parce qu'ils savent le nombre de fausses couches amoureuses que tu as vécues et te disent : «La prochaine fois sera la bonne. C'était juste pas le bon timing

Est-ce qu'il devrait y avoir une règle non écrite, comme lorsqu'on apprend qu'on est enceinte, qui dit d'attendre trois mois avant d'en parler? L'espèce de trois premiers mois où tu te retiens malgré toi à faire des projets, juste au cas. Les débuts incertains où t'as aucune idée de ce qui va arriver. Les trois mois réglementaires avant d'aller chez le médecin pour qu'il te confirme que oui, c'est bon, le bébé est OK. Devrait-on faire ça avec l'amour aussi? Attendre trois mois, et s'il n'a pas l'air de vouloir partir, le match est bon, on peut en parler?

Le problème, c'est qu'on est tellement heureux quand ça nous arrive enfin, qu'on a juste envie d'en parler, de se projeter dans le futur. Parce que oui, les filles, on a tendance à faire ça! On aime ça les scénarios, nous. Et pour vrai, trois mois, c'est long pour rester dans le secret, pour ne pas le vivre à fond. Sauf que chaque fois, ça fait de plus en plus mal quand ça ne marche pas.

Au fait, le cœur peut éclater et se remodeler combien de fois, à votre avis? Est-ce qu'un jour, comme lorsqu'on perd plusieurs bébés et qu'on accepte douloureusement que notre corps ne semble pas fait pour en avoir, on décide que notre cœur n'est pas fait pour aimer? Est-ce qu'on finit par abandonner l'idée de vivre une relation à deux? Avec les enfants, on peut toujours adopter, mais avec l'amour, il y a quoi comme solution? Les amitiés ne remplacent pas l'amour, aussi fortes soient-elles. Et l'amour d'un enfant non plus. Il reste quoi, alors?

Je viens de vivre une nouvelle fausse couche amoureuse. Je m'étais pourtant protégé le cœur, mais il a su dire les bons mots pour que je me laisse aller un peu. Pour que j'en parle un peu. Puis, j'ai pleuré. Je n'ai pas pleuré pour lui, parce que je le connaissais à peine. J'ai pleuré par épuisement du recommencement. Par épuisement de faire confiance en la vie, en abaissant mon mur, pour laisser entrer quelqu'un et que finalement, un tsunami vienne tout détruire en une seule phrase.

Le corps d'une femme est fait fort, son cœur aussi, mais jusqu'à quel point? Plus on vit d'échecs, plus on a peur des échecs. Plus on devient craintif devant le moindre signe, le moindre doute. Une crainte qui ne fait que grandir de fois en fois. Même si on veut faire confiance que cette fois-ci, c'est la bonne, notre cerveau veut juste se protéger parce qu'il se souvient des fois d'avant, des échecs qu'on a fini par surmonter.

Bref, je pense que pour les prochaines fois, parce que ben oui, c'est sûr qu'il va y avoir des prochaines fois (parce que le cœur ne comprend jamais rien!), je vais faire la même chose que lorsqu'on apprend qu'on est enceinte. En tout cas, je vais essayer. Je vais attendre trois mois avant même de prononcer son nom à qui que ce soit. Trois mois, le temps qu'il soit bien accroché dans mon cœur. Le temps de sentir son cœur aussi. Et à ce moment là, je pourrai commencer à exhiber mon bonheur, comme les futures mamans exhibent leurs bedaines!

Mais une question me reste : après combien de fausses couches amoureuses finit-on par se dire que l'amour, ce n'est pas pour nous?

Ce billet a été originalement publié sur le site de La Saison de la Chasse.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Le top 10 des erreurs à éviter lors d'une rencontre avec un homme Voyez les images